mar. Mai 28th, 2024

La 3e Journée nationale des professionnels et bénévoles de la santé, du social et des soins nous a rappelé l’importance des travailleurs de ce secteur. L’événement a été promu par les fédérations et conseils nationaux des associations des professions sociales et sanitaires : médecins et dentistes, infirmiers, pharmaciens, vétérinaires, techniciens de la santé et professionnels de la réadaptation et de la prévention, sages-femmes, chimistes et physiciens, physiothérapeutes, psychologues, biologistes, travailleurs sociaux. Pendant la pandémie, 500 décès ont été enregistrés parmi les professionnels de la santé et du social, la Journée leur est dédiée. Malheureusement, ils continuent à manquer – surtout les médecins de famille et les infirmières – et ne sont pas suffisants pour les besoins du pays. Un grand espoir est placé dans les fonds du PNR-Plan national de relance et de résilience. Ainsi que dans les réformes, dans les soins de santé territoriaux et un accès moins restrictif aux professions de santé (à commencer par la faculté de médecine). Entre 2010 et 2020, 111 hôpitaux et 113 salles d’urgence ont été fermés en Italie et 37 000 lits ont été supprimés.  On estime qu’il manque déjà plus de 20 000 médecins et 65 000 infirmières entre l’hôpital et le territoire. La pénurie de médecins et d’infirmiers touche l’ensemble du territoire italien, mais dans les zones intérieures du pays, caractérisées par un accès difficile aux services, elle prend les traits d’une « désertification sanitaire ». Si la surpopulation des cabinets de pédiatres est plus importante dans certaines provinces du nord, la pénurie de gynécologues hospitaliers est 17 fois plus grave à Caltanissetta qu’à Rome. Ce sont 39 provinces qui souffrent le plus et elles sont concentrées dans neuf régions. La carte est fournie par le rapport présenté par Cittadinanzattiva.  Des petits villages des Apennins ou des Alpes à ceux de la côte calabraise en passant par ceux de l’arrière-pays sarde et ligure, les zones intérieures représentent environ 53% des communes italiennes (4 261) et abritent un quart de la population. Si l’on considère les 39 provinces où les déséquilibres entre le nombre de professionnels de la santé et de citoyens sont les plus marqués, neuf régions sont les plus touchées : la Lombardie (Bergame, Brescia, Côme, Lecco, Lodi, Milan) et le Piémont (Alessandria, Asti, Cuneo, Novare, Turin, Vercelli) ; viennent ensuite le Frioul-Vénétie-Julienne et la Calabre avec quatre provinces menacées de désertification sanitaire, puis la Vénétie, la Ligurie et l’Émilie-Romagne avec trois provinces chacune ; le Trentin-Haut-Adige et le Latium avec deux. En détail, dans la province d’Asti, chaque pédiatre de famille suit 1 813 enfants, contre une moyenne nationale de 1 061 ; à Bolzano, chaque médecin généraliste suit en moyenne 1 539 citoyens, contre une moyenne nationale de 1 245 patients. Dans la province de Caltanissetta, il y a un gynécologue hospitalier pour 40 565 femmes, tandis que Rome affiche la meilleure situation, avec un pour 2 292. Si l’on considère plutôt les cardiologues hospitaliers, la situation de la province autonome de Bolzano est 70 fois pire que celle de Pise, avec un professionnel pour 224 706 habitants contre un pour 3 147.

La fuite des infirmières italiennes à l’étranger et la demande de personnel 

Environ 7 000 infirmières ont choisi de vivre et de travailler loin de l’Italie. Mais ce qui est encore plus impressionnant, c’est que 55% d’entre eux n’ont pas l’intention de revenir, 30% attendent un concours pour pouvoir revenir et 15% sont indécis sur ce qu’ils vont faire. Les destinations les plus populaires sont sans surprise l’Allemagne, l’Espagne, la Belgique et la Suisse. Ces deux dernières années, en raison du Brexit, le flux migratoire vers la Grande-Bretagne a considérablement ralenti et, de fait, certains professionnels ont décidé de retourner en Italie. ‘Le fait que de nombreuses infirmières décident, après avoir étudié dans nos universités, d’aller travailler à l’étranger’, explique. Silvia Movio directeur de la division Engineering &amp ; Manufacturing de Hunters – représente un problème majeur qui pourrait même s’aggraver dans les années à venir. L’urgence sanitaire en a donné la première démonstration : dans les premiers mois de la pandémie, nous avons vu des salles d’opération fermées par manque de personnel, des ambulances à l’arrêt faute d’infirmières, des services entiers avec trop peu d’opérateurs. Une situation que nous devons impérativement résoudre ». De quoi dépend la fuite des cerveaux ? La première raison est certainement économique Les infirmières italiennes ont, en effet, l’un des salaires les plus bas d’Europe. Leur salaire net est d’environ 1 400 euros par mois, et s’élève à environ 2 000 euros après de nombreuses années dans le service et avec une certaine spécialisation. En Allemagne, au Royaume-Uni ou en Suède, en revanche, le salaire moyen est d’environ 2 500 euros, en France de 1 600, en Espagne de 1 700 et en Belgique de 2 000. Enfin, en Suisse, nous sommes autour de 3 300 euros nets par mois, mais il faut tenir compte du fait que le coût de la vie est très élevé.  La deuxième raison est liée aux contrats.  En effet, seul un contrat sur dix en Italie est permanent, ce qui conduit de nombreux professionnels à chercher de meilleures opportunités en dehors de nos frontières. La concurrence des cliniques privées en Italie. «  ‘Il y a un autre aspect, ajoute Movio, que nous devons nécessairement prendre en grande considération : dans notre pays, les salaires de l’État sont, à expérience égale, les mêmes dans toute l’Italie. De nombreuses infirmières préfèrent donc opter pour les cliniques privées qui peuvent offrir des salaires plus compétitifs, surtout dans les régions où le coût de la vie est plus élevé. Il s’agit d’une tendance qui a commencé avant même la pandémie et qui, je crois, se poursuivra dans les mois à venir. Selon nos données, en effet, la demande d’infirmières pour les cliniques privées de tout le pays a augmenté de 25 % ». Il y a toutefois quelques nouvelles positives : les inscriptions aux tests d’admission sont en augmentation, même si les places restent rares. Apparemment, la pandémie a affecté les choix des très jeunes. . Les professions de santé – soins infirmiers sont, en effet, la classe de diplômés qui, en 2020, a connu la plus forte croissance en pourcentage du nombre de demandes d’examens d’admission : +7,5% pour les soins infirmiers et +4,6% pour les soins pédiatriques. Pour l’instant, les demandes concernent principalement le domaine de la recherche clinique/hospitalière. Parmi les profils les plus recherchés, on trouve médecin spécialiste  avec un salaire annuel brut de 45 000 euros jusqu’à deux ans d’expérience, 60 000 entre trois et cinq ans d’expérience et 100 000 au-delà de cinq ans d’expérience. Ils recherchent également des responsables de la pharmacovigilance . Les salaires sont attractifs : 40 000 euros jusqu’à deux ans d’expérience, 55 000 euros entre trois et cinq ans et 70 000 euros au-delà de cinq ans. Il existe également d’excellentes opportunités pour chefs de projets cliniques  qui perçoivent, en moyenne, 35 000 euros s’ils sont des profils juniors, 45 000 s’ils ont entre trois et cinq ans d’expérience, et 55 000 euros au-delà de cinq ans. Ils sont très demandés, alors, le associé de recherche clinique . Leur salaire commence à 25 000 euros bruts par an au cours des premières années d’expérience, puis passe à 35 000 euros pour les profils intermédiaires et à 45 000 euros pour les plus anciens. Ceux qui s’occupent de pharmacovigilance, quant à eux, reçoivent 25 mille euros au cours des deux premières années d’expérience professionnelle, 30 mille pour ceux qui ont de trois à cinq ans d’expérience, et 45 mille au-delà de cinq ans d’expérience. Les cliniques recherchent également gestionnaire de données  et offrent un salaire annuel brut d’environ 20 000 euros pour les figures juniors, 25 000 euros pour ceux qui ont entre trois et cinq ans d’expérience et 40 000 euros pour ceux qui ont plus de cinq ans d’expérience. Enfin, ce ne sont pas les possibilités qui manquent pour infirmiers.  Pour ces professionnels, les salaires bruts commencent à 20 000 euros et vont jusqu’à 40 000 euros pour ceux qui ont plus de cinq ans d’expérience.

Académie de télémédecine et cours de chef de district dans le domaine socio-sanitaire 

SaluberMD une société internationale spécialisée dans le développement de services innovants dans le domaine de la télémédecine, a réalisé l’étude de faisabilité de la mise en place d’un système de télémédecine. première académie dédiée à la formation de médecins pour les visites à distance.  Un service innovant pour tous ceux, médecins confirmés ou jeunes diplômés, qui souhaitent se familiariser avec la « télésémiotique » et acquérir les compétences nécessaires dans ce type de relation. L’Académie s’adresse aux résidents, aux médecins spécialistes et aux étudiants, à tous ceux qui souhaitent approfondir leur approche des examens à distance et accroître l’efficacité de leurs services. Les cours sont dispensés via la plateforme numérique fournie par Fastweb. La méthode Screen Side Manner a déjà fait ses preuves dans plusieurs universités du monde, notamment au Royal College of Surgeons d’Irlande, à l’Université de médecine de Bahreïn et à la West Virginia School of Osteopathic Medicine. La méthode a été spécifiquement conçue pour aider le personnel médical à apprendre à interagir avec le patient en optimisant l’efficacité du conseil numérique, avec la même rigueur scientifique et la même qualité de relation médecin-patient que lors des visites en face à face, créant ainsi une relation empathique qui n’est pas affectée par le dispositif électronique placé entre les deux. En Amérique, environ 40% de la population utilise les services de télésanté, alors que la moyenne italienne se situe entre 4% et 8%. L’offre de formation de l’Académie sera élargie dans les prochains mois.  lorsque d’autres spécialisations médicales telles que la cardiologie, la pédiatrie, la psychologie et autres seront ajoutées aux cours précédents. Dans le PNR, 204 millions d’euros ont été alloués pour soutenir la mise en œuvre de la télésanté et la formation des médecins eux-mêmes. Alors que le site c cours de formation pour les gestionnaires de district dans le secteur sanitaire et social lancé l’année dernière par Polis Lombardie . La deuxième édition, accréditée par Polis Lombardia, voit les protagonistes de la conception de la formation et de la gestion de la l’Université d’Insubria et l’école de commerce de Liuc. . Le cours prend débute le 7 mars  pour s’achever en juin, avec sept réunions basées à l’Université d’Insubria, dans la région de l’Est de l’Italie. monobloc du Circolo Fondazione Macchi Hospital of Asst dei Sette Laghi.  Via Guicciardini 9 à Varese, et le École de commerce Liuc , à Castellanza. Quatre objectifs de cours connaître le concept de district, tel qu’il est proposé aujourd’hui, permettant aux participants de contribuer à sa mise en œuvre ; soutenir les renversement de perspective  par rapport à l’expérience majoritairement pratiquée en Lombardie et dans le pays, c’est-à-dire « ce n’est pas le besoin qui va vers le service, mais le service qui va vers le besoin » ; garantie d’une introduction à l’environnement de travail de l’entreprise. connaissance d’un large éventail de questions que le directeur de district doit savoir évaluer ; il est conscient que le directeur de district doit savoir écouter, comprendre, coordonner, communiquer et être ouvert à l’innovation ou à la lecture des besoins de la population cible.

Les start-ups innovantes dans le domaine de la santé récompensées 

Les prix Angi 2022 ont été attribués à Innovation Dream Teamdivisée en 11 catégories. Gros plan sur la santé. Depuis le début de la pandémie, le Prix propose des solutions innovantes, cette année sous le signe de la prévention, de la télémédecine, des logiciels certifiés. La numérisation est appelée à jouer un rôle de plus en plus déterminant dans le secteur de la santé. Ont été récompensés dans la section Science & Santé Matteo Lobello, Simone Arelli et Flavio Federico de Zenit Studio.  pour l’application web visant à promouvoir la prévention et la sensibilisation aux infections sexuellement transmissibles et aux maladies sexuellement transmissibles. Nomos  pour des solutions intégrées de conseil et d’application pour la gestion des risques dans les hôpitaux et les établissements sanitaires et sociaux. Ces innovations sont appelées à marquer les esprits et à ouvrir la voie à des projets similaires, comme en témoignent les témoignages exceptionnels qui ont accompagné les lauréats et le prestige des organismes d’attribution. L’application web MakeItSafe permettra de comprendre, de s’orienter, de s’informer et de s’éduquer, en quelques clics, de manière totalement anonyme, si l’on a couru le risque de contracter une infection sexuellement transmissible, en suggérant les bons comportements de prévention et les centres auxquels on peut s’adresser. Des textes simples et rapides à consulter, des vidéos illustratives et une iconographie intuitive encourageront la prévention et le diagnostic précoce. Une initiative qui a reçu l’approbation des institutions, avec la coordination du Centro Operativo Aids, de l’Istituto Superiore di Sanità. Une autre entreprise importante du secteur, pharmaceutique, qui a joué un rôle de premier plan pendant la pandémie grâce à ses médicaments antiviraux, a également reçu le prix Zenit Studio. La contribution de Nomos, qui a récemment joué un rôle de premier plan au Policlinico di Tor Vergata avec son logiciel de lutte contre les bactéries multirésistantes aux antibiotiques et les infections liées aux soins, phénomènes qui sont en augmentation et figurent parmi les principales préoccupations des prochaines décennies, est également très importante.

Nous recherchons des pharmaciens et du personnel de vente à Bologne. 

La croissance de Medi-Market , un groupe de pharmacies (Pharmacy by Medi-Market) et de parapharmacies (Medi-Market) qui est leader en Belgique dans le secteur de la santé et du bien-être. L’entreprise, qui a clôturé l’année 2022 avec une croissance de +104% pour sa branche italienne par rapport à 2021, annonce l’ouverture d’un nouveau magasin à Bologne. Medi-Market est toujours à la recherche de personnel pour l’ensemble de ses points de vente en Italie, aussi bien pharmaciens et vendeurs.  Et dès maintenant surtout pour la nouvelle ouverture à Bologne. Lire la suite et voir tous les postes : https://www.linkedin.com/company/medi-market-italia/jobs/.
 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *