mar. Avr 16th, 2024

« Un gentleman est parti ». Avec ces mots, il exprime Angelita Yruela deuil pour la perte de Fernando Baquero (Séville, 1934-2023), qui est décédé ce vendredi à l’âge de 88 ans. Son nom est déjà gravé en lettres d’or dans l’histoire de la Fraternité de la Rédemptiondont il était un frère aîné et honoraire. Beaucoup de ses membres le considèrent comme « responsable » -avec le chanoine Eugenio Hernández Bastos et le cercle de confréries dont il s’est entouré – de ce qui est aujourd’hui la corporation du Lundi Saint et du niveau de force qu’elle a atteint.

Parler de Fernando Baquero c’est parler de la Redención, ou de la Baiser de Judascomme il aimait appeler la confrérie qu’il aimait et à laquelle il a consacré tant d’années d’efforts et de sacrifices. « J’aime ces noms parce que nous sommes une confrérie de la pénitence », disait-il lorsqu’on l’interrogeait sur le nom de la confrérie.



Baquero a rejoint la confrérie dès ses débuts, lorsqu’elle a été fondée en Santa María la Blanca. À quelques mètres de là, dans la rue Doncellas, il avait sa maison. Une démission de dernière minute du conseil de direction de Don Eugenio Hernández Bastos (coadjuteur de l’église) lui permet d’occuper le poste de secrétaire. À partir de ce moment-là, il a établi une relation avec la Redención qu’il a maintenue jusqu’à la fin de sa vie.

De Misericordia à Santiago

Dans un rapport qui lui est consacré Diario de Sevilla en Carême 2017 a rappelé la grande attente provoquée dans la ville par le choix du mystère, celui du baiser de Judas et de la trahison de Jésus, un passage non encore représenté dans la Semaine Sainte sévillane. Don Eugenio s’est chargé de cette tâche et a réussi à la mener à bien avec l’aide d’un groupe important de jeunes.

Lire aussi:  Que symbolise la cagoule des Nazaréens ?

L’implication de Baquero dans la recherche d’un siège canonique définitif pour la confrérie fut également décisive. Après Santa María la Blanca, la confrérie s’est installée dans l’église de Santa María la Blanca. Misericordiad’où elle a fait sa première procession pénitentielle avec le mystère en 1959.;  Cette année-là, seuls 82 nazaréens sont sortis.  . Ce grand membre de la confrérie s’est intéressé à Santiago, qui dans ces années-là était complètement abandonné. Elle devint rapidement l’église où la Redención commença à écrire l’étape la plus féconde de son histoire. Elle n’a cessé de croître.

De la même manière, son implication a été un facteur clé pour la Virgen del Rocío pour sortir dans son gracieux paso de palio. Angelita Yruela rappelle les noms des confrères qui, avec le chanoine Hernández Bastos ( » le prêtre qui venait de Hervás « ), ont réussi à forger l’avenir de la confrérie.  » Baquero faisait partie du groupe des trois Manueles : Bautista, Mazuelos et Yruela, mon frère, avec qui il était inséparable « , raconte Angelita.

Un intérêt constant pour l’apprentissage

Plus de 60 ans d’amitié ont uni la saetera à Baquero. « J’étais à son mariage et à la communion de ses enfants et petits-enfants », se souvient-elle avec émotion. Cette cofrade bien connue – qui était un frère à El Baratillo depuis 75 ans – laisse derrière elle une veuve, trois enfants et cinq petits-enfants. « C’était un homme exemplaire en tant que fils, mari et père ». Et un Sévillan avec un intérêt permanent pour l’élargissement de ses connaissances, une qualité que l’âge n’a pas ralentie. En effet, comme le souligne Angelita, peu après sa retraite, il s’est inscrit à l’université de Séville pour étudier l’histoire, une spécialité dans laquelle il a ensuite obtenu un doctorat.

Lire aussi:  Frères et costaleros pour un grand enterrement saint

« C’était un grand bienfaiteur de la confrérie. Quand il n’y avait pas d’argent, il a inventé la tombola. Il a aussi organisé la première exaltation de la saeta. La Redención lui doit beaucoup », dit Angelita.

La mémoire de l’actuel frère aîné

Egalement le frère aîné actuel de la Redención, Manuel Cuvilloa des mots d’éloge quand il se souvient de Baquero.  » Gentillesse, humilité, amour pour sa confrérie et ses membres. Toujours au service de la fraternité ». « C’était la seule personne qui portait le titre de frère honoraire », souligne Cuvillo, qui met en avant le lien que sa famille entretenait avec Baquero : « Je l’aimais comme un oncle. Nous avions l’habitude de passer l’été ensemble. Il avait toujours son réveil pour sortir tous les enfants de l’eau et faire une petite tapa à deux heures de l’après-midi sur la plage ». « Il est et sera toujours l’éternel frère aîné de notre Hermandad del Rocío ».il ajoute.

Baquero a été le frère aîné de la Redención entre la fin des années 1980 et le début des années 1990. Son lieutenant lui a succédé, ; Manuel Yruela  qui est décédé en avril 2013. Deux noms de grandes confréries, héritiers directs de Don Eugenio, qui ont jeté les bases de la force actuelle du Beso de Judas, l’une des confréries qui a le plus augmenté en nombre de nazaréens ces dernières décennies.

Le site funérailles pour le repos éternel de Fernando Baquero auront lieu ce samedi, à 9h30, dans la chapelle de la morgue SE-30..

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *