mar. Juil 23rd, 2024

Environ six jeunes travailleurs sur dix ont souffert d’un malaise principalement émotionnel, mais aussi physique (dans 13% des cas) sur le lieu de travail, principalement dû à l’épuisement émotionnel de épuisement professionnel ou la pression extrême associée à la charge des demandes de travail sur les appareils mobiles personnels. Ce sont les données de lObservatoire WellFare  – une plateforme d’écoute directe avec les jeunes générations créée par le Cng-Conseil national des jeunes dans le but de guider les institutions dans une réflexion approfondie sur les nombreuses questions critiques liées à la santé mentale, relationnelle, sociale, physique et créative des jeunes Italiens – présenté lors de la première réunion du Les journées du bien-être qui a eu lieu au siège du Département des politiques de la jeunesse et du service civil universel, en présence, entre autres, de : Maria Cristina Pisani , présidente du Cng, Francesco Marchionni , conseiller présidentiel du Cng et Rosaria Giannella Coordinatrice de l’Office de la politique de la jeunesse. Journées du bien-être est le projet conçu par le Cng en collaboration avec le Département des politiques de la jeunesse et du service civil universel pour promouvoir des parcours de prévention, d’information et de sensibilisation, orientés vers le bien-être physique et mental des jeunes générations. Les recherches de l’Observatoire, qui étudie l’état de santé psychophysique des jeunes à l’école, à l’université et au travail, ont impliqué environ 300 jeunes âgés de 15 à 35 ans provenant de toute l’Italie, avec différents niveaux de scolarité et différentes professions.  En particulier, selon l’enquête, 20 % des jeunes interrogés estiment qu’il est nécessaire d’avoir plus de flexibilité dans les horaires de travail, notamment par une gestion du travail axée sur les objectifs. Les jeunes suggèrent quelques pistes pour augmenter le bien-être au travail à travers, par exemple, la promotion d’activités de soutien à la gestion des pressions quotidiennes (19%), la prévention du bien-être psychophysique (14,1%) et le soutien à la maternité (13,9%). « L’anxiété, le stress et la nervosité conditionnent fortement la vie professionnelle des moins de 35 ans, également en raison de la pression sociale due aux attentes des autres, et sur ce point les médias sociaux ont eu un impact extrême et une grande responsabilité », a déclaré le président du Cng. La société des records extraordinaires, racontés comme ordinaires, crée une dangereuse dystopie entre le réel et le perçu, qui peut conduire à une série de problèmes de santé mentale. La peur du jugement, les attentes et le sentiment d’inadéquation figurent en effet parmi les principales raisons rapportées comme causes d’anxiété, tout comme les incertitudes quant à l’avenir et les échéances pressantes dans les études et le travail. Malheureusement, des cas récents en sont un témoignage dramatique. Notre enquête montre que pas moins de quatre jeunes sur dix se sont adressés à un psychologue ces dernières années et que deux autres envisagent de le faire. C’est un signe positif qui nous incite encore plus à ne pas laisser les nouvelles générations seules et à construire avec elles des stratégies de soutien intégrées ». En ce qui concerne les jeunes scolarisés, selon l’enquête, environ 92% des jeunes disent disposer d’un bureau d’aide psychologique au sein de leur établissement mais, dans le même temps, 48%, soit près d’un sur deux, estiment que l’établissement n’a pas suffisamment informé les élèves des possibilités d’aide psychologique, qu’elles soient internes ou externes à l’établissement lui-même. En outre, presque tous les étudiants déclarent être fortement affectés par les niveaux de pression exercés par leur établissement pour obtenir de bonnes notes. En revanche, les chiffres pour les universités sont différents, où les bureaux de soutien psychologique sont réduits par rapport aux écoles, étant absents pour trois répondants sur dix. La pression académique est particulièrement ressentie par les étudiants en relation avec un lien négatif avec leur professeur (une pression subie par la moitié des répondants), qui est suivie par le fardeau de devoir socialiser avec les autres étudiants dans le seul but de maintenir de bonnes relations professionnelles futures (un fait exprimé par plus de trois étudiants universitaires sur dix). Par rapport à cela, l’angoisse de la compétition académique et la peur de ne pas répondre aux attentes des parents semblent être des données mineures. Sentiments présents pour plus de deux étudiants sur dix.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *