lun. Déc 4th, 2023

Les investissements d’impact restent une niche dans la finance durable. Sur les 35 301 milliards d’investissements recensés dans le dernier rapport de la Commission européenne, les investissements à impact restent une niche dans la finance durable. Gsia l’alliance mondiale pour la finance durable, seuls 352 milliards sont classés comme « investissements à impact ou communautaires ». Cela représente moins de 1 %. Les données sont maintenant quelque peu datées (le rapport se réfère à 2020) et quelque chose s’est amélioré ces dernières années, mais il est clair que l’investissement d’impact est l’une des formes les plus compliquées de la finance durable : il s’agit de cibler les investissements sur des objectifs positifs sur le plan social ou environnemental et il faut donc mesurer et rendre compte des impacts obtenus grâce aux fonds investis. Réaliser des investissements avec des critères de sélection ESG, en écartant les obligations et les actions des entreprises qui ne répondent pas à certaines exigences environnementales, sociales ou de gouvernance, est beaucoup plus simple.
L’investissement d’impact, cependant, évolue également. Une étape clé pour leur croissance est l’introduction d’instruments d’investissement cotés, rendue possible par les règlements sur la finance durable approuvés par l’Union européenne entre 2020 et 2021. « Tant que l’investissement d’impact évoluait sur des marchés non cotés, sa taille ne pouvait que rester modeste. On a parlé de très beaux projets, comme la construction d’immeubles d’habitation pour fournir des logements aux personnes dans le besoin ou la construction d’hôpitaux pour fournir des services de santé précieux dans des territoires compliqués, mais les volumes globaux en dehors d’un marché coté restent limités », explique-t-il. Stefano Mach qui, avec un groupe de collègues de la société d’investissement Azimut en 2018, a fondé IMPact Sgr une société de gestion d’actifs spécialisée dans la finance d’impact.
« Ce que nous faisons, explique Mach, c’est mesurer l’impact d’un investissement à partir de produits plutôt que d’entreprises. Nous évaluons l’impact de chaque produit d’une entreprise, puis nous évaluons le poids de ce produit sur le revenu total. A ce stade, nous donnons une note d’impact ». Il arrive que certaines entreprises soient très bien notées sur le plan ESG mais qu’elles soient mal notées sur le plan de l’impact, par exemple parce qu’elles fabriquent des produits mauvais pour la santé. En fait, même les bases de données qu’IMPact utilise pour faire ses notations sont différentes de celles utilisées pour les notations ESG : les fournisseurs de données traitent des millions d’études scientifiques sur les produits et les secteurs pour arriver à un résultat.
« C’est une manière différente d’aborder les problèmes des entreprises individuelles. Nous n’en sommes encore qu’à un stade embryonnaire de ce type de marché, qui cube globalement environ mille milliards de dollars d’investissements. La marge de progression est énorme », ajoute M. Mach, qui est directeur général d’IMPact (les deux autres cofondateurs, Fausto Artoni  e Gherardo Spinola  sont respectivement président et directeur des investissements). IMPact gère 3,5 milliards d’euros et a lancé quatre fonds « Article 9 », c’est-à-dire conformes aux exigences du règlement européen sur la durabilité dans le secteur des services financiers (Sfdr). « Nous n’en sommes vraiment qu’au début sur le volet de l’investissement d’impact. Nous pouvons déjà constater l’intérêt de nombreux investisseurs institutionnels, par exemple des fonds de pension et des compagnies d’assurance », prévient M. Mach. « Nous pensons que d’ici cinq ans, beaucoup de ces acteurs auront des mandats pour investir uniquement dans les produits de l’article 9. En Europe du Nord, nous observons actuellement une croissance explosive ». Les petits épargnants pourraient se retrouver dans le sillage des investisseurs institutionnels. « Presque toujours, le petit épargnant choisit ce que sa banque pousse, donc la clé réside dans les choix faits par la direction de la banque », conclut M. Mach. « Ensuite, si nous allons vers un Mifid qui inclura également des questions sur la volonté d’impact de l’investisseur individuel, alors chaque banque devra ajuster les produits offerts. C’est un scénario qui peut ouvrir de grandes opportunités de développement ».

Lire aussi:  La Convention. Un petit "bon" prêt pour ne pas tomber dans le piège de l'usure

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *