lun. Juin 24th, 2024

Le véritable défi du secteur italien de l’orfèvrerie concerne le changement générationnel et l’insertion des jeunes. On compte plus de 11 000 entreprises employant plus de 30 mille  employés et dans le comparaison internationale L’Italie occupe la première place en termes d’employés dans l’UE, loin derrière la France (19,9 milliers d’employés) et l’Allemagne (16,8 milliers d’employés). Le site vocation artisanale de l’orfèvrerie italienne, qui compte plus de 8 000 personnes. entreprises artisanales. Il y aurait aussi des emplois « en or » qui attendent les jeunes. Il est dommage que les personnes directement concernées n’en soient souvent pas pleinement conscientes. Une recherche menée par le portail étudiant Skuola.net  en coopération avec Federorafi  – l’association professionnelle Confindustria qui représente les entreprises des secteurs de l’orfèvrerie, de l’argenterie et des métaux précieux en général – affirme que, malgré le fait que l’on parle peu de ce monde du point de vue des débouchés, son pouvoir d’attraction est vraiment fort. En effet, sur un échantillon de 3 mille collégiens et lycéens, plus d’un sur quatre se montre intéressé par un rôle de premier plan dans la conception, la production et la vente de bijoux.  Le tableau varie considérablement en fonction des parcours scolaires suivis par les filles et les garçons. Le taux de prédisposition le plus élevé est enregistré chez les étudiants des instituts techniques où plus de la moitié (52%) n’écarte pas l’idée d’un emploi dans le secteur de la bijouterie. La réponse de ceux inscrits dans les instituts professionnels est également très positive, puisque 40% d’entre eux se disent prêts. Il est normal, en revanche, que parmi les lycéens, une telle perspective ne figure pas en tête de liste des préférences : en effet, seuls 13% d’entre eux accueilleraient volontiers un emploi dans ce segment de production pour le moment. En revanche, le chiffre moyen se confirme chez les collégiens (24% y sont favorables), où les garçons sont tous ensemble, sans être influencés par l’adresse fréquentée. Le sexe, cependant, peut aussi modifier l’équilibre. Les garçons semblent plus intéressés (40%) que les filles (21%). En entrant dans le détail, la phase industrielle qui semble titiller le plus les étudiants pour le stade post-diplôme est la phase préliminaire, celle de la conception et du design des objets de valeur. Parmi ceux qui se disent prêts à travailler dans ce secteur, pas moins de deux sur trois aimeraient vraiment  » créer  » des objets de toutes pièces. Environ un sur cinq, en revanche, aimerait mettre la main sur les produits finis, les fabriquer physiquement. Enfin, une personne sur sept se sentirait plus à l’aise dans la promotion des produits, dans la peau d’un vendeur ou d’un responsable du marketing. Ici aussi, l’école peut avoir une influence décisive, c’est certain : les élèves des écoles techniques misent en masse sur le design (76% le font, +12% par rapport à la moyenne), les élèves des écoles professionnelles sur la production proprement dite (41% la choisissent, le double du chiffre général), les lycéens montrent une plus grande inclination pour la post-production (19%, contre une moyenne de 14%).

Des exportations record à la difficulté de trouver du personnel qualifié 

L’industrie est divisée en plusieurs districts, avec une concentration dans les provinces de Vicenza, Arezzo et Valenza, couvrant le 69,3 % des ventes italiennes à l’étranger.  Il faut ensuite ajouter Milan,  dont les origines sont anciennes et qui reste une vitrine internationale unique..  Alors que le quartier des orfèvres en Campanie est structuré autour de trois pôles : Naples, Marcianise et Torre del Greco,  compte plus de 2 000 entreprises actives dans la production, la vente en gros et le commerce. En outre, il y a environ 13 296 entreprises dans le commerce de détail des montres, des bijoux et de l’argenterie.  De 2013 à 2021, environ 4 000 bijouteries ont fermé. Le chiffre d’affaires total des bijouteries en Italie est estimé à un peu moins de cinq milliards d’euros. Plus de 40% du chiffre d’affaires total est produit par des opérateurs des régions du Nord-Ouest. Le chiffre d’affaires est en augmentation par rapport à 2020, mais n’a pas encore atteint les niveaux pré-pandémiques. Les bijoutiers en Italie emploient 33 890 personnes.  Le secteur  confirme une bonne dynamique du chiffre d’affaires et de la production, portée par par d’excellents résultats sur les marchés internationaux. Dans la période janvier-septembre, les exportations de bijoux ont réalisé une croissance de 26,6% en valeur et de 30% en quantité. Globalement, les exportations de bijoux en métaux précieux se sont élevées à 6,7 milliards d’euros en septembre 2022, avec un rétablissement complet des niveaux d’avant la crise. (+41,6% en valeur et +9,3% en quantité). D’un point de vue géographique, les États-Unis, avec plus d’un milliard d’euros, ont été les plus actifs. d’euros, reste le premier marché, notamment en raison du renforcement du dollar, mais la croissance de l’économie américaine s’est poursuivie. des exportations de bijoux fabriqués en Italie diffusé sur les principaux marchés tels que la Suisse et la France et les Émirats arabes unis. Le scénario dans lequel les entreprises du secteur vont opérer est conditionné par une grande complexité et une incertitude et il sera important de continuer sur la voie du renforcement de la compétitivité afin de pouvoir réagir rapidement. aux défis permanents qui se présenteront. Les statistiques et les conclusions contenues dans lella III édition de l’étude économique réalisée par le Goldsmiths’ Club en collaboration avec le Département des études et de la recherche d’Intesa Sanpaolo –  réalisées en décembre 2022 auprès de plus de 40 entreprises actives dans le secteur de la production et de la distribution – confirment la bonne tenue du secteur. Ce point de vue est également soutenu par les statistiques officielles de l’Istat, qui indiquent une variation de l’indice du chiffre d’affaires dans la période janvier-octobre de +25%, mieux que les secteurs de la mode et de la fabrication. Du point de vue de la production industrielle, le secteur confirme également la bonne tenue des opérations, avec une croissance tendancielle sur la période janvier-novembre, tant par rapport à 2021 (+15%) qu’à 2019 (+28%). La capacité du secteur à être compétitif également dans le contexte international avec une forte poussée des exportations est confirmée : au cours des neuf premiers mois de 2022, les ventes à l’étranger de bijoux en or ont augmenté de 30% en valeur et de 11% en quantité ; même dans la comparaison avec la période pré-Covid, le secteur montre des niveaux de récupération complets, avec une croissance de 40% en valeur et de 16% en quantité. Le secteur italien de la bijouterie a réussi à consolider sa position dans les principaux points de vente commerciaux et a notamment gagné des positions aux États-Unis où il a atteint une part de marché de 12,7% en novembre 2022. Pour 2023, l’enquête montre des attentes de ralentissement et de plus grande prudence généralisées dans les différentes classes de taille ; pour les entreprises de plus grande taille, toutefois, un sentiment majoritairement positif demeure tant pour le marché national (56% des répondants) que pour le marché étranger (61%). En termes de perspectives, les attentes des opérateurs se concentrent sur les opportunités dérivant de la résolution du conflit et de la reprise des flux touristiques internationaux, ce qui a été indiqué surtout par les micro et petites entreprises avec un pourcentage de 60% ; pour les grandes entreprises, la première opportunité est plutôt représentée par les opérations d’acquisition et de croissance dimensionnelle (44%), ce qui démontre une grande sensibilité aux opportunités de renforcement que le marché peut offrir. Les défis concurrentiels sont principalement concentrés dans la comparaison avec d’autres acteurs nationaux ou européens, tandis que les plus grandes difficultés sont représentées par le problème de la recherche de main-d’œuvre, indiqué par un répondant sur deux (ce chiffre s’élève à 87% des cas pour les entreprises spécialisées dans la production).  et qui, en raison d’une réduction progressive des problèmes liés à la gestion des matières premières et des fournitures, occupe la première place ; par rapport à l’enquête réalisée au début de l’année, le pourcentage indiquant des difficultés à trouver de la main-d’œuvre est passé de 27% à 51%. Pour 2023, l’enquête fait apparaître des anticipations de ralentissement et de plus grande prudence généralisées aux différentes classes de taille ; pour les grandes entreprises, le sentiment reste toutefois majoritairement positif tant pour le marché domestique (56% des répondants) que pour le marché extérieur (61%). Selon les projections de la multinationale américaine McKinsey ,  en 2025 le bijoux de marque avec un taux de croissance annuel prévu de 8 à 12 %. Cette tendance s’applique aussi bien aux grandes marques qu’aux marques émergentes. De même, la ventes en ligne marqueront une progression totale attendue entre 13% et 21%. Cependant, le développement numérique devra être correctement structuré car les consommateurs s’attendront à recevoir le même service en termes d’attention que dans l’expérience du magasin physique. L’accent sera donc mis de plus en plus sur des expériences hybrides ou phyghital pour stimuler les ventes. Enfin, le durabilité (entendue comme la traçabilité des matières premières et la transparence sur l’origine du produit naturel ou synthétique) jouera un rôle clé dans l’orientation du choix des acheteurs, faisant passer les achats de bijoux de 20 % à 30 % d’ici le milieu de la décennie dans le monde entier (surtout en Europe et aux États-Unis).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *