lun. Juil 22nd, 2024

Les aides familiales, les bonnes, les baby-sitters. Ils sont deux millions de travailleurs, mais 52,3% sont irréguliers. C’est ce que révèle le 4e rapport annuel sur le travail domestique de l’association Domina.  Selon l’étude, le secteur est clairement en tête du triste classement pour le taux d’irrégularité, contre une moyenne nationale de 12%. Elaborant les données de l’Inps, Domina révèle que l’année dernière, les familles italiennes ont dépensé plus de 15 milliards d’euros pour le travail domestique : 8,1 milliards pour la composante régulière et sept milliards pour la composante irrégulière. « Le secteur, explique Domina, a contribué en 2021 à la création de 17,6 milliards de valeur ajoutée, soit 1,1% du PIB national. Il en est résulté une économie de 10,1 milliards pour les caisses de l’État (0,6 % du PIB), c’est-à-dire le montant que l’État devrait supporter si les personnes âgées soignées à domicile étaient admises dans un établissement ». Dans certains territoires, l’impact sur le PIB est plus important : l’Ombrie (1,51%), la Sardaigne (1,48%) et le Latium (1,4%). Les familles sont également préoccupées par l’augmentation des salaires des soignants. Avec la hausse de l’inflation, qui a déclenché à partir de janvier 2023 une augmentation de 9,2 % du salaire minimum, le coût de la prise en charge des personnes âgées et non autonomes risque de devenir insoutenable. C’est l’avis de près de six ménages sur dix employant des travailleurs domestiques. 59% des ménages associés à Assindatcolf- Association nationale des employeurs domestiques  qui ont répondu à un questionnaire entre décembre 2022 et janvier 2023, ont déclaré que les dépenses liées aux services d’un aidant étaient inabordables ou seulement partiellement soutenables. Les raisons de l’inabordabilité des dépenses liées aux services d’un aidant sont, d’une part, le besoin croissant de soins et, d’autre part, l’indisponibilité future des ressources ayant déjà utilisé leurs économies pour maintenir le niveau actuel et nécessaire de soins. Voici ce qui ressort de l’étude Le travail domestique. Une ressource pour la nouvelle protection socialeproduit par le Censis.  Selon le rapport, dans l’échelle des priorités des instruments les plus urgents à adopter dans le domaine de la protection de la non autosuffisance, les familles placent en premier lieu la mise en place d’incitations à l’embauche pour réduire le coût des aidants. Vient ensuite, en deuxième position, la promotion d’interventions sanitaires préventives au domicile de la personne âgée. En troisième position, l’amélioration du vieillissement actif, avec l’offre d’un accès facilité aux services sanitaires et sociaux. Interrogées sur les nouveaux instruments de protection prévus par le projet de loi d’habilitation en faveur des personnes âgées, huit familles sur dix (82,9%) ont déclaré préférer une prestation universelle en espèces proportionnelle aux besoins réels de soins, avec la prévision d’une augmentation de la présence de personnel domestique employé régulièrement, par opposition au montant de l’actuelle allocation d’accompagnement sans restriction d’utilisation, choisie par seulement 17,1% des personnes interrogées. Outre l’état d’esprit des ménages dans la situation économique actuelle, l’étude aborde également des questions plus générales, telles que le vieillissement de la population et l’irrégularité du travail domestique. On compte un peu plus de 14 millions de personnes âgées de 65 ans et plus et environ trois millions de personnes souffrant de limitations sévères dans leurs activités habituelles. « On espère que certaines mesures récentes, telles que le Plan national de lutte contre le travail au noir, la loi sur la famille et, surtout, le projet de loi de substitution sur les politiques en faveur des personnes âgées, actuellement en cours d’examen au Parlement, répondront, au moins en partie, à la solution de ces problèmes critiques », a-t-il déclaré. Andrea Zini Notre espoir est que dans la rédaction finale de la loi, et ensuite dans l’adoption des décrets délégués, les indications provenant directement des familles, qui sont maintenant conscientes de la façon dont la gestion de la non-autosuffisance ne peut plus être confiée à des solutions précaires, temporaires ou de bricolage, seront prises en compte. Au contraire, des aides concrètes sont nécessaires pour pérenniser les dépenses et, dans le même temps, mettre en lumière le « travail irrégulier ». En temps de crise, le travail domestique et de soins aux personnes reste un pilier de l’économie et du bien-être italien. Le pétrole – Organisation internationale du travail  estime que le secteur pourrait générer, s’il était soutenu par des politiques économiques et sociales, environ 1,4 million de nouveaux emplois d’ici 2030 . Selon les données Inps ,  les travailleurs domestiques réguliers étaient plus de 961 000. Parmi eux, il y a une nette prédominance de femmes (85%) et une forte présence étrangère (70%), principalement d’Europe de l’Est. Bien que ces dernières années, on ait constaté une augmentation des hommes et de la composante italienne. Les femmes italiennes représentent encore plus d’un quart du total (27,4%). Les hommes étrangers représentent 12,4% des travailleurs domestiques, tandis que les hommes italiens représentent 2,6%. Par ailleurs, le nombre d’employeurs réguliers de domestiques a augmenté de 13,3% entre 2019 et 2021. Il y a plus d’un million d’employeurs d’aides domestiques, de baby sitters et de soignants connus de l’Inps, avec une croissance sur la période de trois ans qui est de 18,3% en Lombardie mais atteint 34,2% dans les Pouilles. Un coup de pouce à l’émersion des relations de travail domestique est venu de l’amnistie pour les travailleurs extracommunautaires lancée en 2020, mais l’augmentation ne couvre pas la totalité des ménages qui utilisent des aides domestiques. Parmi les employeurs, on compte plus de 100 000 personnes gravement handicapées, soit une augmentation de 8,4 % entre 2019 et 2021. Le salaire mensuel moyen des travailleurs domestiques est de 962 euros pour les Italiens et de 911 euros pour les étrangers.

L’Observatoire européen des services aux personnes et aux ménages. 

La Effe-Fédération européenne pour les emplois familiaux &amp ; les soins à domicile a inauguré Effe Lab, l’Observatoire européen des services à la personne et du logement qui collectera et produira les données nécessaires pour proposer des innovations et des solutions sur des questions clés : lutte contre le travail irrégulier, formation, pénurie de main-d’œuvre, conditions de travail, attractivité du secteur, dialogue social. Elle examinera en particulier le nouveau concept de « domicile », après la période de pandémie, qui est devenu un élément essentiel de l’économie européenne. lieu potentiel de soutien pour les citoyens et un besoin essentiel pour répondre aux besoins de soins de longue durée en Europe. Pprésente une cartographie interactive du secteur dans l’Union européenne, qui représente 3,4 % de l’emploi total dans l’UE. S’appuyant sur l’expertise et les connaissances des membres de l’Effe et de ses partenaires du monde académique et professionnel, l’Effe Lab aura pour objectif de présenter aux institutions européennes et aux États membres des pistes de réflexion et des bonnes pratiques utiles pour structurer et organiser le secteur du travail domestique en Europe. et à créer un débat sur les politiques de soins et de travail à domicile pour aider les États membres à faire face au vieillissement de la population et à la demande croissante de services de soins.

Opportunités dans le numérique et le commerce de détail 

Opportunités dans les trois Entreprise numérique – Studio Cappello, Adviva et Wmrh  – pour un total d’environ 20 postes ouverts . Le lien pour les consulter tous est le suivant : https://inrecruiting.intervieweb.it/studiocappello/it/career . Les rôles prioritaires actuels en matière de recherche sont les suivants :

Spécialiste principal du contenu numérique ; 

Responsable marketing, relations publiques et communication. 

En plus de : Secrétaire général, graphiste numérique, spécialiste du suivi Web, responsable du développement des affaires numériques, spécialiste du référencement, spécialiste de la publicité numérique, développeur Web, spécialiste des revenus. . En outre, des stages sont toujours disponibles. Bien que Capital de détail  recherche des personnes ayant de l’expérience dans l’industrie du sous-vêtement comme directeurs des ventes la connaissance de la langue anglaise est requise. Par la suite, l’entreprise s’occupera activement du volet formation du personnel en intégrant la formation de « vendeur/gestionnaire de magasin » avec toutes les compétences nécessaires à la gestion numérique des ventes en ligne, des expéditions et des retours.des accords de coopération avec les marques et des opérations co-brandées seront mis en place et des sessions de formation sur les produits seront organisées avec les entreprises pour mieux former le personnel des magasins et offrir une approche sur mesure adaptée aux besoins spécifiques du client final. En outre, Retail Capital recherche trois employés de marketing  (un créateur de contenu, un graphiste et un spécialiste du marketing numérique) qui seront également en charge des canaux sociaux. La sélection se fait sur la base d’une expérience dans le secteur de la mode et de la vente au détail ; les contrats sont à durée déterminée et deviendront ensuite des contrats à durée indéterminée. Les candidatures peuvent être envoyées à l’email : [email protected] .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *