ven. Mar 24th, 2023

Selon les données de Unioncamere,  le tourisme aura un besoin total d’emploi de 298 700, dont 178 800 pour la croissance de la demande et 119 900 pour le changement générationnel. En 2022, la demande de main-d’œuvre a augmenté de 15,4 %, dépassant les niveaux d’avant la période covide, mais un fort déséquilibre subsiste. En moyenne, les entreprises touristiques mettent 3 à 4 mois pour trouver le bon profil. 11,5 % des figures professionnelles nécessitent une période de recherche comprise entre 6 et 12 mois, et pour 6,4 % des emplois, le recrutement prend plus de 12 mois. Il s’agit d’une activité exigeante, qui affecte et se répercute sur les budgets des entreprises. En 2022, le manque de candidats est la raison principale de plus d’1/4 des recrutements prévus. Si l’on ajoute à cela l’inadéquation des compétences pour environ 11% des profils requis, le secteur risque de voir ses effectifs réduits de 73 500 personnes. Cependant, il est possible de générer de nouvelles économies territoriales grâce à la capacité des coopératives à mettre en réseau les entreprises, les associations et les institutions locales, à construire des chaînes d’approvisionnement intersectorielles et des pratiques de subsidiarité verticale et horizontale qui, autour de la redécouverte de la culture, peuvent également donner un élan innovant au tourisme, au vin et à la nourriture, aux productions typiques, à la créativité, à l’innovation et aux services de proximité pour aider les touristes et les habitants. Le monde coopératif est un candidat pour la gestion des « nouvelles économies » : grâce à ses caractéristiques de résilience, de diffusion et d’enracinement territorial, de gouvernance participative et de capacité de mise en réseau, il est particulièrement adapté à la valorisation de la culture comme une opportunité importante pour la croissance économique et sociale du pays, et propose donc de renforcer son rôle. Un défi relancé à l’occasion du Congrès national CulTurMedia l’association de référence des plus de 1.500 coopératives membres de Legacoop  actives dans les secteurs de la culture, du divertissement, du tourisme, de l’événementiel, de l’édition et de l’information, et dont la valeur totale de production s’élève à 1,5 milliard d’euros. plus de 1,640 milliard d’euros et plus de 31 000 employés.   » Le modèle coopératif « , explique Giovanna Barni , présidente de CulTurMedia Legacoop – enracinée dans les territoires et dans les personnes qui les habitent, est celle qui peut le mieux interpréter l’idée d’une relation plus avancée entre les secteurs public et privé et les citoyens pour le soin et l’activation des ressources culturelles avec la participation des communautés locales, en ligne avec les recommandations du Conseil européen sur la gouvernance participative du patrimoine culturel ». Le monde des coopératives vise donc les projets activés dans le cadre du Plan national de récupération et de résilience, sur les partenariats spéciaux public-privé pour la valorisation du patrimoine culturel, sur l’intégration des chaînes d’approvisionnement transversales, sur le bien-être culturel, sur la protection du travail culturel et créatif et l’innovation des compétences.

Le nouveau master en tourisme de la Treccani Accademia 

Le rôle de la Treccani Accademia,  qui, à partir de cette année, lance une série de cours de formation dédiés au secteur. En particulier, le master Tourisme : conception d’expériences et gestion des destinationsun cours post-universitaire de cinq mois destiné aux jeunes diplômés et six mois de stage en entreprise. Une initiative qui vise à répondre aux transformations majeures en termes de compétences et d’emplois. compétences générales qui peuvent rapprocher le monde des entreprises touristiques de ceux qui entrent dans le monde du travail. Il est stratégique de lancer un programme de formation pour sensibiliser les nouvelles générations au fait que le secteur du tourisme a non seulement d’importants besoins en matière d’emploi à tous les niveaux, des plus opérationnels aux cadres, mais qu’il s’agit également d’un secteur où il est possible de faire carrière et qui, avec la bonne formation de base et spécialisée, peut offrir de grandes marges de progression professionnelle dans différents rôles et postes. « Le secteur de l’hébergement touristique a besoin d’experts et de professionnels, mais on ne les trouve pas », souligne Rossella Calabrese Administrateur délégué de Treccani Accademia – et peut-être que les métiers du tourisme ont besoin d’être repensés et mieux racontés. Nous sommes un groupe d’édition et nous devons diffuser l’offre de formation pour transférer la valeur des métiers aux jeunes, et surtout une mise à jour des expériences ».

Human Company, BizAway, Costa Crociere et Federgroup recrutent 

Human Company se prépare pour la saison 2023 alors que la recherche de personnel se poursuit : ils sont plus de 800en fait, le postes ouverts dans les différentes structures du groupe e environ 20 pour le bureau de Florence. Activez les recherches de villages et de campings en Toscane, en Vénétie, dans le Latium et au Luxembourg, de l’hôtel historique « Villa La Palagina » au cœur de la Toscane et de l’auberge Plus à Florence. Les domaines de placement sont nombreux : pour le réceptif sont recherchées, par exemple, personnel de front et de back officequi seront respectivement chargés de l’accueil des clients et de la gestion des réservations, mais aussi du personnel de la salle de réunion. point infoqui fournissent des informations aux clients sur tous les événements se déroulant dans l’établissement et pour l’accueil, les premiers à entrer en contact avec les visiteurs entrants. Pour la zone aliments et boissons le les postes ouverts sont pour chef de cuisinepour désigner les personnes responsables de toutes les étapes de la préparation des aliments et de la sélection des menus, mais également pizzaïolo(s) qui géreront les processus de préparation des pizzas, serveurs e barmans. Plusieurs postes sont également disponibles pour les sécurité, nettoyage et entretien  et pour le détail  en tant qu’employés du marché – pour aider et guider les clients dans leurs choix d’achat – et caissières . Enfin, pour le siège de Florence, où environ 20 personnes seront employées au cours de l’année, nous recherchons actuellement des chiffres tels que un employé dans le domaine de la fiscalité et du bilan consolidé qui sera chargé de gérer les obligations fiscales du groupe, un recruteur de personnel pour suivre le processus de recrutement et aussi un employé du bureau central de réservation  pour la gestion des inscriptions et des réservations entrantes. Pour plus d’informations : https://lavoraconnoi.humancompany.com/ . Entre-temps, ss’attend à une année de forte croissance pour l’Union européenne. BizAway , la scale-up basée dans le Frioul et active dans le domaine du voyage d’affaires depuis 2015, avec le lancement d’un… plan de recrutement massif  qui prévoit un une augmentation d’environ 150 ressources d’ici la fin de 2023. . Les divisions concernées par cette augmentation de personnel seront principalement les suivantes Équipes produits et ventes pour la première partie de l’année, et les Équipe de service et d’exploitation  pour le second semestre. En outre, les postes suivants seront recherchés des personnalités spécialisées dans le domaine des finances, de la comptabilité et du personnel.  Il existe plusieurs positions  pour lesquelles il est déjà commencé le processus de sélection  pour les sites italiens suivants Ingénieur Backend &amp ; Chef d’équipe,  Ingénieur DevOps,  Ingénieur Frontend,  Spécialiste du reporting et de la trésorerie du groupe,  Spécialiste en informatique , Responsable junior de la réussite client, Spécialiste en fiscalité et comptabilité.  Ouvrir processus de sélection également pour les sites étrangers  en Espagne et en Albanie. Pour tous les détails sur les profils recherchés et pour envoyer votre candidature, vous pouvez consulter ce lien : https://jobs.bizaway.com/ . Comme la campagne pour les nouvelles embauches de Costa Cruises,  offrant de nombreux possibilités d’emploi  à bord de ses navires. Afin de faciliter la sélection de nouveaux candidats, la société italienne a organisé un Journée de recrutement   qui aura lieu le 1er mars 2023  en mode en ligne. L’événement, réalisé en collaboration avec LavoroTurismo une société opérant dans le recrutement et la sélection de personnel pour le secteur du tourisme et de la restauration, se concentrera en particulier sur sept figures professionnelles à bord : animateurs, photographes, réceptionnistes, commis de cuisine, sommeliers, directeurs de restaurant.  e techniciens du spectacle  (éclairagistes, techniciens du son, programmateurs de télévision). I les places disponibles sont d’environ 100 au total . Composition de la Journée de recrutement   peut se faire par le biais du site web : https://inrecruiting.intervieweb.it/costacrocierespa/it/career . Une fois que vous avez sélectionné la figure professionnelle qui vous intéresse, vous pouvez joindre votre CV et envoyer votre candidature. Le personnel de LavoroTurismo effectuera une première sélection des candidatures reçues et mènera un premier entretien vidéo en ligne avec les profils jugés les plus appropriés. Le 1er mars, le jour de Journée de recrutementl’entretien final, également en mode online, avec les recruteurs de Costa Crociere aura lieu. Les exigences pour les postes recherchés au Journée de recrutement  varient d’un emploi à l’autre, mais exigent tous un diplôme d’études secondaires, une bonne connaissance de l’italien et de l’anglais, la volonté de travailler en équipe et une expérience préalable dans des fonctions similaires à terre ou, mieux encore, à bord de navires de croisière. En outre, les sul site de Costa Crociere consacré au recrutement du personnel, https://career.costacrociere.it/ , vous trouverez toutes les opportunités offertes par l’entreprise, qui comprennent également des cours de formation gratuits destinés à l’emploi. Fedegroup  approuve le site  nouveau plan industriel qui en trois ans vise à dépasser les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires (avec un 2022 fermé à 60 millions d’euros d’euros). Dans notre pays, c’est prévu d’ouvrir 28 installations d’ici 2025: 14 accueils de loisirs, dont quatre en Campanie, dans les Pouilles et en Sicile au cours de cette année ; 11 restaurants dans des hôtels, des villages et des campings en Lombardie, en Vénétie et en Toscane ; trois restaurants routiers à Milan, Rome et Padoue. En termes de l’essaimage de l’emploi, a 100 % d’augmentation par rapport aux 1 200 employés actuels, pour atteindre un effectif de plus de 2 000 personnes en 2025 – entre l’Italie et l’étranger.. En outre, a choisi d’entreprendre une nouvelle politique de gestion des ressources humaines : tant en ce qui concerne les investissements dans la formation du personnel, avec l’ouverture à Milan et à Padoue de deux nouvelles antennes de Ho.Re.CaMp, le projet gratuit de formation spécialisée dans le secteur de la restauration et de l’hôtellerie, destiné aux parcours de recrutement, qu’en ce qui concerne le bien-être de l’entreprise, comme en témoigne l’allocation de 800 000 euros pour la consolidation du bien-être et de la formation, avec des services « sur mesure » pour ses employés. Tout cela fait suite à une augmentation des embauches stables au détriment des contrats  » sur appel  » qui caractérisaient le secteur. À cela s’ajoute l’élargissement de la ligne de gestion, tant pour les établissements italiens qu’étrangers, qui verra la formation du personnel sur place et le recrutement par le biais d’accords avec les collectivités locales. À ce stade, la sélection des serveurs et du personnel de cuisine est ouverte, suivie de celle de la ligne managériale. Vous pouvez également poser votre candidature sur le site web : https://www.fedegroup.it/it/lavora-con-noi.html#candidati .

Lire aussi:  Le travail. Pour les aides ménagères et les soignants, l'irrégularité est également le résultat de trop nombreuses lacunes

Le tourisme a le vent en poupe, à la découverte de nouvelles destinations 

Un 2023 toujours avec une valise prête. Après quelques années compliquées, le tourisme reprend du poil de la bête, peut-être même plus fort qu’avant. Boussole , la société de crédit à la consommation du groupe Mediobanca, présente son Observatoire spécial dédié aux voyages et aux vacances. Le budget alloué par les Italiens aux vacances est en augmentation, atteignant une moyenne d’environ 1 900 euros en 2023, en hausse par rapport à l’année précédente. La capacité de dépense sera également soutenue par les Acheter maintenant payer plus tard, un mode de paiement qui séduit notamment les Millennials et ceux qui souhaitent s’offrir quelques voyages ou services supplémentaires. Tranquillité et détente sont les mots d’ordre d’un tourisme qui, en 2022, avait pour destination privilégiée notre Péninsule, le plus souvent dans une région différente de celle d’origine. Quelle que soit la destination, les Italiens se montrent plutôt organisés et autonomes dans la planification, les segments les plus jeunes de la population préférant se tourner vers les agences de voyage. Plus d’un tiers des Italiens (36 %) ont l’intention de s’offrir plus souvent des vacances et, pour ce faire, ils sont prêts à franchir le plafond des 2 000 euros, en dépensant environ 2 400 euros. D’une manière générale, temps libre rime avec vacances : pour près de la moitié de l’échantillon (49%), voyager est la meilleure façon de passer le temps disponible, suivi de ceux qui voudraient se consacrer plus souvent à la cuisine (40%) et de ceux qui écouteraient plus de musique et iraient plus souvent au concert (38%) ou au cinéma (33%). Par ailleurs, à partir d’un sondage Enit-Agence nationale du tourisme  montre que 20% de ceux qui se sont rendus en Italie au cours des cinq dernières années affirment y être retournés au moins trois fois. Parmi les Autrichiens et les Suisses, ce quota s’élève à plus de 30%, tandis que les Suédois sont en queue de liste des voyageurs qui confirment leur intérêt pour les destinations italiennes, également en termes de fréquence des visites. Une autre enquête menée en collaboration avec Isnart et Unioncamere  montre une image de reprise générale du secteur en Italie, qui a produit un impact économique estimé à un total de 77 milliards d’euros, grâce aux dépenses engagées par plus de 770 millions de touristes, y compris les nuitées dans les structures d’hébergement et le logement chez des particuliers (résidences secondaires, résidences d’amis et de parents, appartements et chambres louées). Selon le Ivana Jelinic,  PDG d’Enit, 37,7% des personnes interrogées ont déjà exprimé leur intention de venir en Italie en 2023. « Selon les prévisions, 14,6% des touristes devraient être espagnols, 12,7% américains, 12,3% et 12,2% suisses et autrichiens. Quelque 35 % de ceux qui ont voyagé en Italie ont dépensé entre 500 et 1 500 euros. En 2022, le patrimoine naturel  est la première motivation de vacances, prenant la place de la classique Italie-art qui « tombe » en deuxième position : 18,1% des Italiens et 22,4% des étrangers partent en vacances au contact de la nature. Oui, les gens partent à nouveau en vacances, mais la tendance est à la baisse. modus operandi du voyageur : une plus grande attention est accordée au porte-monnaie, à la qualité des services offerts et une plus grande valeur est accordée aux relations interpersonnelles, du tourisme de retour à l’hébergement dans la structure de confiance. Le bon rapport qualité-prix est déterminant pour 11,4% des touristes (contre 3,4% en 2019). Le poids du tourisme de retour augmente : 14,7% voyagent à l’invitation de parents et/ou d’amis (7% en 2019). La qualité et les prestations récompensent les entreprises capables de fidéliser leur clientèle : près d’un touriste sur deux revient sur son lieu de vacances et un sur dix le fait pour rester dans l’établissement auquel il fait confiance. La pandémie a généré de nouvelles façons de passer du temps hors de chez soi et, grâce au travail agile, un touriste sur dix déclare avoir combiné travail et vacances, avec un impact probable en termes d’allongement de la durée du séjour. Internet influence plus que le bouche-à-oreille : consulté par les indécis, mais aussi par ceux qui ont une idée précise de l’endroit où aller et veulent organiser eux-mêmes chaque détail du voyage. En 2022, les informations en ligne influenceront 55% des touristes (13,5% en 2008), les offres des portails et des sites web 41,8%, les avis en ligne 13,3% et le tam tam des réseaux sociaux 11,7% des visiteurs. Dans les stations de montagne, donc, le tourisme est de retour. C’est ce qui ressort de l’enquête Rapport sur le tourisme gastronomique et vinicole en Italie, édité par Roberta Garibaldi.  Pour la première fois, le Rapport a analysé les attentes et les propensions à dépenser des touristes qui choisissent la montagne comme destination pour leurs vacances, et le résultat ne laisse aucune place au doute : plus de 90% des personnes interrogées, sans faire de distinction entre la population féminine et masculine, ont l’intention de combiner leur expérience en montagne avec les dégustations que l’on peut faire dans la région. En particulier, environ 68% souhaitent déguster les plats typiques de la localité choisie dans un restaurant local et plus d’un répondant sur quatre a prévu de visiter un restaurant ou un bar historique pendant son séjour à la montagne. L’expérience de la gastronomie en montagne tente surtout la partie masculine de la population et plus encore la tranche d’âge des 18-24 ans, où 27% dépassent ce chiffre. Et si la cuisine typique de montagne reste la référence pour la majorité des personnes interrogées, il faut noter que le touriste gastronomique contemporain est de plus en plus ouvert à de nouvelles expériences. Au-delà de la restauration, les vacances à la montagne offrent la possibilité de visiter de nombreux lieux de production alimentaire, et cet aspect devient particulièrement intéressant pour une immersion totale dans l’ambiance locale. Deux touristes sur trois expriment le désir d’approfondir cette connaissance en organisant des activités de différents types. La plus « populaire » est la visite d’une ferme (24%), suivie des fromageries (23%) et des caves à vin (22%). Les hommes sont plus enclins à organiser des visites de brasseries, tandis que les femmes sont plus attirées par les chocolateries. Parmi les autres expériences à tenter figurent la visite d’un marché local, choisie par plus de 40 % de l’échantillon, et les activités des petites boutiques de dégustation artisanales par plus de 37 %. Et plus de 57 % des répondants indiquent qu’ils souhaitent assister à un événement gastronomique, de préférence axé sur la nourriture, suivi du vin et de la bière. Parmi les expériences de tourisme actif, en revanche, les soins de bien-être (spas, massages…) ayant pour thème le vin, la bière et l’huile se distinguent. Parmi les plus jeunes (18-24 ans), l’intention de participer à des activités sportives de plein air telles que les randonnées gustatives, les excursions à vélo ou en VTT parmi les lieux de production des aliments est particulièrement élevée. Enfin, Enit signe un protocole avec Unpli-Unione nazionale Pro loco d’Italia  pour un modèle de développement intégré des localités mineures et des réalités locales pour créer en trois ans un réseau touristique territorial homogène. Les 26 bureaux dans le monde Enit et le réseau de plus de 6 200 associations Pro loco constituent un point de référence au niveau national avec les associations inscrites à l’Unpli, qui compte au total environ 600 000 membres et 300 000 bénévoles depuis 1962. Un engagement pour la promotion du lieu, pour la découverte et la protection des traditions locales, pour l’amélioration de la qualité de vie de ceux qui y vivent, pour la valorisation des produits et de la beauté du territoire.

Lire aussi:  Comment investir dans Société Générale en bourse en 5 min

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *