sam. Avr 13th, 2024

Elles ont vu le jour il y a une dizaine d’années. Les entreprises avaient du mal à trouver des diplômés aptes au travail. Alors – en imitant le système dual allemand – ils ont créé les instituts techniques supérieurs. Des cours de deux ans avec de nombreuses heures de pratique en entreprise. Une formule qui donne toute satisfaction : le taux de placement dépasse les 80%. Puis les Its ont été transformés en Fondations et Académies. Et avec la réforme de l’été dernier, l’objectif est de les renforcer et d’établir une relation encore plus étroite avec le monde de l’entreprise. Le système italien de l’Its est composé de 128 fondations, fréquentées par 19 137 étudiants.  Selon les données de contrôle de l’Indire (Institut national pour la documentation, l’innovation et la recherche en éducation), il y a 726 cours actifs tandis que les matières partenaires  ont atteint le nombre de 3.260 dont environ 45% sont des entreprises ou des associations d’entreprises. Au niveau des stages professionnels, il ressort que 80,4 % des diplômés ont trouvé un emploi un an après l’obtention de leur diplôme, dont 90,3 % dans un domaine correspondant à leur cursus. . Les filières les plus choisies par les jeunes sont celles liées à la mécanique et au système agro-alimentaire, mais aussi à la mobilité durable et à la mode. Au niveau national, en fonction du nombre de parcours activés et de l’attribution de prix, occupe la première place en Lombardie avec 55 cours, La Vénétie en deuxième position 40 cours, et en troisième position les Pouilles, 23 cours. Si l’on considère, par contre, le classement par meilleur institut, la première place revient au Piémont avec leSon pour la mobilité durableAérospatiale/Mécatronique.  Si l’on regarde les domaines technologiques des parcours, les Piedmont  a également remporté la première place dans le domaine de l’efficacité énergétique et des systèmes mécaniques, laOmbrie  pour les nouvelles technologies de la vie, le Lombardie  pour les services aux entreprises et les technologies de l’information et de la communication, les Pouilles  pour les technologies innovantes en matière de patrimoine culturel et d’activités touristiques, les Lazio  pour le système agro-alimentaire. « Ce sont des outils pour faire ressortir le talent et le mérite. explique Giuseppe Valditara,  Ministre de l’Education et du Mérite Ce qu’on appelle l’ascenseur social a parfaitement fonctionné en Italie jusque dans les années 70, mais aujourd’hui il est bloqué. Nous vivons dans une société inflexible, qui ne favorise pas la réussite scolaire et professionnelle de nos jeunes. À cela s’ajoute le chiffre de 1,2 million d’emplois, soit environ 46 % de la demande de main-d’œuvre, qui ne sont pas pourvus parce que les entreprises ne trouvent pas les qualifications adéquates. Voilà donc le grand défi du mérite, qui consiste à valoriser le talent et non à le ghettoïser. Dans ma vision du mérite, nous devons faire ressortir les talents de chaque individu.. Je suis favorable à une collaboration en équipe avec tous les prestataires de formation., une grande alliance entre les écoles, les entreprises, les institutions et les associations professionnelles, pour faire de notre école une école d’avant-garde, qui peut aussi être un modèle pour d’autres pays, en personnalisant l’éducation et en valorisant chaque personne ». La nouvelle réglementation a précisément pour but de de doubler le nombre de personnes actuellement inscrites à l’Its, pour atteindre environ 38 000 personnes d’ici 2026 en mettant l’accent sur l’amélioration de l’offre, notamment par la création de réseaux avec les entreprises, les universités et les centres de recherche technologique, les autorités locales et les centres de formation. Cette initiative, fortement souhaitée par les secteurs industriels du pays, constitue un grand pas en avant pour cet espace de formation déjà efficace et consolidé. Une dotation d’environ 1,5 milliard d’euros est disponible. Sur ce montant, 500 millions ont été débloqués il y a quelques mois. avec un accord entre le MIM-Ministère de l’Éducation et du Mérite et la Commission de l’Éducation, de l’Université et de la Recherche de la Conférence des Régions et des Provinces autonomes, et destinés au renforcement des laboratoires. La répartition des ressources permettra d’allouer 450 millions aux instituts existants, dont 60% seront attribués à l’Its du Centre-Nord et 40% à l’Its du Sud. Les 50 millions restants seront réservés aux nouvelles fondations. En plus de leur propension à l’employabilité, les Its ont une autre grande valeur : ce sont des forges de projets innovants et intelligents qui améliorent notre vie.

Lire aussi:  Euro 7 - Acea : "Peu d'avantages pour l'environnement et des voitures plus chères de 2 000 euros".

Bonnes pratiques : entre nouveaux accords et Fondations  

Afin de promouvoir et d’accroître la mise en réseau entre Its, les entreprises et les écoles, de nouveaux accords ont également été signés deux accords stratégiques ont également été signés. Le premier a été signé entre Unioncamere et Indire  et prévoit, entre autres, l’activation de parcours d’expérimentation assistée soutenus par la formation et la recherche pour répondre aux besoins d’emploi de territoires et de filières de production spécifiques. La deuxième convention a été signée, toujours par l’Unioncamere, avec l’Union européenne. l’association nationale Rete Its Italia  et prévoit l’organisation d’activités visant à promouvoir les parcours et la recherche Its, à identifier les priorités technologiques et les besoins professionnels des PME italiennes et à réduire l’inadéquation existante entre l’offre et la demande de main-d’œuvre. La collaboration entre les entreprises et le monde de la formation comme premier élément de requalification et d’enrichissement des compétences en TIC pour soutenir les plans de développement de la transformation numérique dans des secteurs cruciaux comme les télécommunications, la santé, l’industrie et l’énergie. C’est le thème central, par exemple, du nouveau projet lancé par la Commission européenne. Italtel.  La signature du partenariat avec Fondation Angelo Rizzoli Institut technique supérieur pour les technologies de l’information et de la communication qui propose depuis plus de dix ans des cours de spécialisation et de formation post-diplôme pour les futurs techniciens dans les domaines des TIC et du Smart Manufacturing (Industrie 4.0), fait partie de l’ambitieux nouveau programme de l’entreprise et constitue le premier accord signé dans ce domaine. La collaboration avec la Fondation Its Rizzoli permettra à Italtel d’offrir à de jeunes spécialistes la possibilité de travailler aux côtés de ses développeurs et de ses techniciens d’ingénierie par le biais de stages de formation et de contrats d’apprentissage, dans un contexte d’échange profitable de compétences et de contamination entre les générations. En particulier, les équipes de développement de logiciels d’Italtel utilisent depuis des années des méthodologies agiles, basées sur le cadre Scrum, ce qui constituera une occasion importante d’apprentissage méthodologique. Depuis quelque temps, le marché du travail présente en effet une pénurie de figures spécialisées dans les problématiques technologiques les plus innovantes. Selon Anitec-Assinform 57 mille opportunités sont également ouvertes aux non-diplômés, associées à des profils allant de développeur d’applications mobiles à analyste système, spécialiste du cloud à spécialiste des données, spécialiste de la sécurité de l’information à expert DevOps et spécialiste des réseaux.  C’est précisément pour cette raison,  Schneider Electric enrichit ses activités pour les jeunes avec un nouveau cours : Académie numérique intégrée Industrie 4.0,  conçu spécialement pour les étudiants de l’Académie. L’Académie numérique intégrée Industrie 4.0 s’adresse en particulier aux personnes suivantes étudiants dans les domaines de la mécatronique, de l’automatisation, de la mécanique, des TIC,   avec un double objectif : partager l’expertise technique  liées à l’évolution technologique de l’automatisation industrielle (automatisation durable, machines intelligentes, réalité augmentée et virtuelle, cybersécurité, etc.) et, surtout, mettre davantage l’accent sur les contenus qui peuvent faire comprendre comment tout cela est utilisé aujourd’hui, concrètement, par les industries italiennes et quelles sont les figures professionnelles spécifiques que les entreprises recherchent et forment. . À cette fin, outre les leçons et les activités pratiques soutenues par les professionnels de Schneider Electric, il y aura des contributions des entreprises clientes et partenaires de Schneider Electric et des experts externes. Le cours comprend 20 heures de cours en ligne, réparties sur cinq jours.  Les académies sont le cœur de la Le plan « nouvelles générations » de Schneider Electric  annoncé en 2021, qui prévoit de former plus de 4 mille personnes d’ici 2025  et a formé plus de 1 400 étudiants au cours de la seule première année. Il a débuté à Turin, avec un investissement de neuf millions d’euros, l’Académie de la mobilité durable l’une des 11 académies que le Région du Piémont  entend lancer d’ici la fin de l’année. Les Académies représentent un modèle organisé de chaînes de travail en réseau, composé d’opérateurs de formation et d’entreprises, axé sur les vocations des territoires à fort contenu d’innovation technologique dans le but de réduire l’inadéquation entre l’offre et la demande de travail dans le Piémont. Ils sont composés d’agences de formation accréditées, de moyennes et petites entreprises ayant une capacité de formation, en partenariat avec des sujets du système éducatif et de formation tels que les associations d’employeurs, les centres de formation professionnelle, ses fondations, les centres de recherche, les pôles d’innovation, les centres de compétences en étroite relation avec les écoles et les universités. Concrètement, le partenariat pour l’Académie de Turin est dirigé par l’association Cnos-Fap – Turin et comprend 16 agences de formation, 59 entreprises, 29 autres sujets dont des associations d’employeurs, des universités, des consortiums, ses fondations.

Lire aussi:  L'alarme. Confartigianato : 48% de la main-d'œuvre intraçable

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *