lun. Juin 24th, 2024

A image jamais vue auparavant. Une composition dont il n’existait aucune trace documentaire et qui, grâce à des recherches et à un travail d’archives, apporte un éclairage sur le passé de notre Semaine Sainte. L’artiste Ricardo Gil a recréé, de manière figurative, ce à quoi ressemblaient les pasos de la très ancienne confrérie du Pópulo ou Lavatorio.fondée en 1598 à San Esteban, puis déplacée à Santa María la Blanca. Cette confrérie jouissait d’une grande popularité et d’une grande acceptation dans la Séville du XVIIe siècle, et ses figures titulaires sont toujours vénérées dans l’église de la Judería.

Cette confrérie primitive avait pour figures titulaires les personnages suivants mystère des toilettes sacrées (qui n’a pas survécu jusqu’à aujourd’hui), les Christ du Mandat (qui est revenu dans les rues trois siècles plus tard dans Via Crucis, réalisé en 1599) et la Virgen del Pópulosculptée par Pedro Nieto en 1640, le patronage qui a donné naissance à cette confrérie. On sait qu’en 1662, elle fit sa dernière procession pénitentielle documentée le jeudi saint avec trois chars, qui sont ceux que Ricardo Gil a recréés. Ce qui apparaît en couleur sur les dessins est ce qui, avec une certitude absolue, faisait partie de ces trois pasos.



Tout ceci en vue d’une exposition monographique organisée par l’église paroissiale de Santa María la Blanca sur le thème de cette confrérie. du Pópulo ou Lavatorio. L’exposition, qui débutera le mercredi des Cendres prochaina, pourront être visitées dans ce temple des trois religions jusqu’au vendredi des Douleurs. Outre le riche patrimoine documentaire constitué de livres et de dossiers, il sera également possible de des pièces uniques telles que le simpecado du Pópulo, les poteaux de la confrérie dans la rue et l’orfèvrerie de la Madre de Dios del Pópulo et du Cristo del Mandato. À ne pas manquer.

État actuel

Malgré une croyance répandue, la confrérie du Pópulo ne peut être considérée comme éteinte: à un moment donné dans le passé décennie des années 70 du 20ème siècle, il était en service, bien qu’avec un caractère sacramentel. Ainsi, les cent ans requis pour qu’une confrérie soit considérée comme éteinte ne se sont pas encore écoulés. En outre, à ce jour il existe un groupe de fidèles chargé de diffuser l’histoire de cette confrérie. et de mener des actions caritatives pour maintenir vivante cette relique de notre Semaine Sainte. Bien que son apogée ait été brève, de nombreux personnages illustres de la ville sont venus grossir la liste des frères de cette confrérie : Montes de Ocaqui est devenu membre du conseil d’administration pendant des décennies, les Marquis de Villamanrique et le chanoine Justino de Nevechargé d’entreprendre la fusion entre la confrérie sacramentelle de Santa María la Blanca et la confrérie pénitentielle.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *