ven. Mai 24th, 2024

Une décennie plus tard, personne n’oublie tout ce qui s’est passé le 17 février 2013. dans la ville de Séville. Ce qui devait être un jour d’attente maximale et presque sans précédent dans la religiosité populaire locale, s’est transformé en frustration et en absence. La pluie a empêché la célébration de la Via Crucis pour l’Année de la foi.une prière extérieure massive appelée par l’Archevêché pour s’associer à cette célébration. Cette année de la foi a été convoquée par le pape Benoît XVI à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II et du vingtième anniversaire de la publication du Catéchisme de l’Église catholique. Un chemin de croix qui, presque dès le moment de sa genèse, n’a pas été exempt de controverses et de débats. dans cette ville qui est la nôtre.

Le choix des étapes

Pour cette Via Crucis Magno, qui devait être priée dans la rue, étaient. un total de quatorze pasos ont été convoqués, plus la Sainte Croix de Jérusalem du Silence et la relique du Lignum Crucis de Vera Cruz : Montesión, Redención, San Gonzalo, Carmen Doloroso, Torreblanca, San Esteban, Los Gitanos, Pasión, Gran Poder, La Estrella, Montserrat, Siete Palabras, Cachorro et Cristo Yacente. Tous représenteraient chacune des stations du chemin de croix, et un parcours spécifique a été établi dans lequel ils seraient distribués selon l’ordre liturgique : Avenida de la Constitución, Fray Ceferino, Plaza del Triunfo et Plaza Virgen de los Reyes, à gauche selon le sens de la marche. Le site sélection des pasos n’était pas du goût de nombreuses confréries.qui se sont senties lésées et déplacées.



La pluie

Après des mois de réunions sur la sécurité et la mobilité, le 16 février, samedi, est arrivé, et les informations qui avaient circulé pendant la semaine ont finalement été confirmées. Il y avait un risque notable d’eau le dimanche 17, premier jour du Carême. Concrètement, « il y a une forte probabilité de pluie, mais elle sera légère. Il y a un risque toute la journée, surtout l’après-midi et le soir », selon Juan de Dios Soriano, météorologue d’AEMET. Certains ont reproché aux responsables de ne pas avoir décidé de suspendre l’événement le samedi même. compte tenu de ces prévisions. Tout a continué comme avant jusqu’au dimanche même, mais avec une condition sine qua non : si une confrérie décidait de ne pas sortir, aucune autre confrérie ne sortirait. Soit toutes, soit aucune.

Le jour du chemin de croix

Le Conseil avait prévu pour le même jour 17 une réunion à dix heures du matin. avec les frères aînés pour analyser la situation et prendre une décision ferme. Pendant toute la journée, deux cent mille personnes, venues de tous les coins du pays, attendaient des nouvelles. Peu avant le début du premier transfert, à 11h30 du matin.(le départ du Cachorro était prévu à 12h15), l’équipage du Conseil a publié un communiqué annonçant la suspension des transferts. Montserrat avait annoncé qu’elle ne sortirait pas, une décision qui a été appuyée par Calle Castilla et trois autres confréries. Le site Via Crucis Magno était, de facto, suspendue.

Réactions

Il y avait cependant des assemblées d’officiers, comme celle de Montesión, qui annonçaient leur décision de quitter l’armée. pour descendre dans la rue. Des rumeurs fausses et infondées ont circulé sur les réseaux sociaux, affirmant même que des confréries comme les Siete Palabras allaient faire descendre leurs chars dans les rues, le chaos était donc servi malgré l’accord signé au préalable. Mais sans doute le nouvelle était à Santa Marina. La Junta de Gobierno de Torreblanca avait demandé à présider seule la Vía Crucis de la Fe, demande qui a été refusée. Cependant, le corporation a décidé de porter le mystère de Jésus Captif devant Pilate sur l’actuelle Plaza Señor de la Resurrección, soulevant l’ovation de tout un quartier. Toute la ville n’a pas compris ce geste, le qualifiant de regrettable et d’inutile. Beaucoup de nombreux confrères ont affirmé que l’image du Conseil avait été endommagée. et que l’image projetée par les confréries de Séville n’était pas la plus adéquate. Tout a été réglé lorsque Manuel Soriaconseiller du Palais pour les questions de fraternité, a fait référence à l’accordsoit toutes, soit aucune.

Le reste de la journée

Bien qu’aucune mesure n’ait été prise, le plan B envisagé par les institutions a été activé. Le chemin de croix a été prié dans la cathédrale de Séville, avec une participation massive des fidèles malgré le mauvais temps. et l’absence des transferts. Un écran géant a même été installé à l’extérieur de la cathédrale métropolitaine afin que la prière puisse être suivie dans la rue. Toute la journée, les églises sont restées ouvertes afin que les visiteurs puissent contempler les pasos montés. Voir 60 000 visiteurs à la Collégiale du Divin Sauveur.où le Seigneur de la Passion s’est dressé dans une image mémorable. Dix ans plus tard, le chemin de croix de l’Année de la Foi est toujours présent comme un épisode des plus controversés. dans l’histoire récente de la religiosité populaire sévillane.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *