sam. Mai 25th, 2024

Le 20e anniversaire de la « loi 30 » du 14 février 2003, connue de tous sous le nom de loi Biagi, risque d’être passé sous silence. C’est exactement ce qui s’est passé l’année dernière pour le paquet Treu, qui a cinq ans de plus, puisqu’il est entré en vigueur en juillet 1997, après deux ans d’un affrontement politique féroce qui a préparé l’effondrement de la coalition qui soutenait le premier gouvernement Prodi. Souligner cette circonstance n’est pas seulement une question d’enregistrement. Presque comme si, en attendant la énième loi déjà annoncée sur le sujet, on parlait de deux vieux vestiges de l’histoire tourmentée des réformes du travail dans notre pays. Hier, la « flexibilité régulée » des lois Treu et Biagi, et aujourd’hui la « simplification » des règles du travail, selon du moins les lignes de programme présentées il y a quelques semaines au Parlement par le ministre du travail en fonction.

En effet, la disproportion entre l’énorme attention portée, dans le débat politique et syndical, à ces deux réformes dans la phase de leur conception, de leur approbation et de leur mise en œuvre ultérieure sur le lieu de travail par rapport au silence assourdissant qui les entoure aujourd’hui est frappante. Tout se passe comme s’il n’était pas nécessaire dans notre pays, après une période de sédimentation suffisamment longue, de dresser un bilan politique définitif de ces lois sur lesquelles on a déversé des fleuves de paroles sans pour autant presque jamais entrer sérieusement dans le fond du litige. Ces brèves considérations suffisent à elles seules pour tirer une première leçon de cette lointaine saison des réformes qui a été marquée par le retour de la violence du terrorisme, avec l’assassinat de Marco Biagi, et qui a divisé non seulement les syndicats et les spécialistes du sujet eux-mêmes, mais le pays tout entier entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre.

Tout cela, cependant, sans un seul suivi statistique institutionnel et une évaluation partagée de leur impact réel sur notre économie et notre société. En bref, nous savons avec certitude d’où nous partions, avec un chômage des jeunes supérieur à 30 % et un taux d’emploi parmi les plus bas du monde occidental, avec seulement une personne sur deux en âge de travailler ayant un contrat de travail régulier. Au contraire, nous ne savons pas, selon une logique plausible de cause à effet, si ces lois ont contribué ou non à améliorer les conditions de travail des nombreux exclus, jeunes et femmes in primis. I  n réalité, Marco Biagi était conscient de l’importance de la phase d’évaluation politique (qui est différente de la propagande du parti) après une période adéquate d’observation scientifique du fonctionnement de la loi. Ce n’est pas un hasard si la réforme qui porte son nom s’est caractérisée par de larges traits d’expérimentalisme et de pragmatisme, notamment en ce qui concerne la lutte contre le travail non déclaré, l’inclusion des groupes défavorisés sur le marché du travail, la formation en apprentissage en faveur d’une plus grande et meilleure intégration entre l’école et le travail, le lancement de politiques actives du travail modernes et d’une bourse du travail nationale qui fait encore défaut à notre pays aujourd’hui, après vingt ans de tentatives et d’investissements publics considérables.

De ce point de vue, la plus grande limite de la réforme a été son incapacité à mettre en œuvre l’article 17 du principal décret législatif d’application (276 de 2003), qui prévoyait le démarrage institutionnel d’une collecte précise et capillaire de données et d’informations fonctionnelles à la construction d’une base statistique homogène et partagée pour les actions de suivi et d’évaluation ultérieure. Une tentative reproposée plus tard avec la réforme Fornero de 2012, mais elle aussi sans produire de résultats. De sorte qu’il est aujourd’hui impossible de dresser un bilan fiable et systématique de cette réforme et des autres réformes du marché du travail. De sorte que, sur la base de ces lois, chacun est désormais « libre » de soutenir tout et le contraire de tout. Et cela n’aide certainement pas les décideurs politiques et les partenaires sociaux eux-mêmes à faire des progrès significatifs dans la recherche de réponses durables, plutôt que de raccourcis commodes, aux deux questions qui sont toujours aussi centrales pour les travailleurs et les entreprises aujourd’hui qu’il y a vingt ans : la question des bas salaires et du travail de mauvaise qualité, d’une part, et la question de la stagnation de la productivité du travail, d’autre part.

La sympathie de longue date de l’auteur pour la « loi 30 » ne peut toutefois le dispenser d’une évaluation honnête de cette loi. Ce serait rendre un mauvais service à Marco Biagi lui-même que de considérer la date du 20e anniversaire en termes de célébration. Au contraire, il est vrai que, sans que l’on puisse en évaluer les raisons profondes, la « santé » de notre marché du travail est restée critique ces dernières années. La quantité d’emplois a certainement augmenté. Mais dans le même temps, la souffrance des personnes qui travaillent s’est également accrue, et avec elle les inégalités avec des caractéristiques géographiques, de genre, de race et d’âge marquées. Le rapport ISTAT de l’année dernière nous confronte à un nouveau problème social. L’emploi standard ne représente plus que 59 % de la population active totale.

En 2000, il était d’environ 65 %. On observe une augmentation significative de l’emploi temporaire et du nombre de travailleurs dont la rémunération (annuelle ou horaire) est insuffisante en raison de la faible intensité ou continuité de l’emploi, c’est-à-dire de la durée effective des contrats de travail. Il est difficile de dire si cela est imputable aux lois qui ont cherché à combattre le travail non déclaré et les faibles taux d’inclusion ou plutôt à l’innovation technologique qui a conduit à une contraction massive du travail dans les secteurs manufacturiers et industriels et à la création de nouveaux emplois dans des secteurs pauvres en raison de leur faible valeur ajoutée et des possibilités d’emploi intermittent et discontinu. Il est vrai, d’autre part, que les politiques actives modernes pour les nouveaux marchés du travail n’ont jamais décollé, tandis que de grandes parties du travail non productif, comme le travail domestique et les soins, restent en dehors de l’idée du travail (et de sa) protection.

Marco Biagi lui-même, à y regarder de plus près, considérait sa loi comme une « passerelle » vers un projet plus ambitieux de « Statut pour tous les emplois » qui dépasserait la contraposition rigide entre travail autonome et travail subordonné et repenserait radicalement notre modèle social en déplaçant la trame de la protection contractuelle et de la sécurité sociale du contrat vers la personne. Cet engagement est possible à condition de placer la logique participative au centre des politiques syndicales et du travail avec l’implication active et effective des partenaires sociaux. C’est ce qui s’est passé avec le protocole Ciampi de 1993 et avec le pacte pour l’emploi de 1996, qui a tracé la voie des réformes du marché du travail, amorcées précisément par les lois Treu et Biagi, mais encore à mi-chemin de la transition des protections « d’emploi » vers des protections de nouvelle génération pour les marchés du travail modernes et transitoires.

Et c’est la deuxième grande leçon que nous laisse la loi Biagi : le dépassement des logiques conflictuelles et la prise de conscience de la nécessité de procéder sur les questions complexes du travail de la manière la plus partagée possible. Le moment est en effet venu, grâce aussi aux ressources du PNR, de relancer avec conviction la saison des pactes sociaux qui, dans notre pays plus qu’ailleurs, se sont souvent révélés un facteur décisif pour surmonter des urgences économiques comme celle que nous connaissons depuis plus d’une décennie, et qui se mêlent aujourd’hui à des changements climatiques et démographiques drastiques qui mettent fortement en péril la prospérité atteinte par notre société au siècle dernier. Il y a une énorme disproportion entre l’intensité du débat politique et syndical de l’époque et le silence assourdissant d’aujourd’hui Le passage de la protection « métier » à la nouvelle génération de protection, initié par la loi Treu, est encore à mi-chemin aujourd’hui

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *