mer. Mai 22nd, 2024

Un véritable renouveau. Le site le manteau de la Virgen del Socorrol’une des pièces les plus importantes de la broderie sévillane, peut être vue restaurée à l’hôtel de ville. Fondation Cajasol. Ce jeudi a vu l’inauguration de la exposition Sous un manteau d’amourqui a organisé la Fraternité d’amour pour présenter l’une des pièces les plus précieuses sur le plan artistique de l’équipement des confréries du XXe siècle. L’exposition, qui restera ouverte jusqu’à Samedi 18 février– est divisé en trois salles expliquant la genèse et la conception de l’œuvre, ainsi que le processus de mise au point qu’elle a subi pendant deux ans dans les ateliers de l’Institut d’études politiques. Manuel Solanoà Morón de la Frontera, sous la supervision de la Institut andalou du patrimoine historique (IAPH)..

C’est, sans aucun doute, le couronnement de chaque dimanche des Rameaux. Un bijou dont l’éclat a été trop longtemps éteint et que la société El Salvador a récupéré. C’est l’une des grandes nouveautés patrimoniales de la semaine sainte à venir. La cape de la Virgen del Socorro retrouve sa splendeur originelle, telle qu’elle a été conçue. Joaquín Castilla et il l’a capturée en velours et en or Conchita Fernández del Toro en 1957, après quatre années d’exécution laborieuse.



Pour faire connaître l’histoire de ce manteau, El Amor a organisé une exposition à la Fondation Cajasol, qui a été inaugurée ce jeudi lors d’une cérémonie à laquelle a assisté le délégué à la gouvernance et aux grandes festivités de la mairie de Séville, Juan Carlos Cabrera; le maire de Morón de la Frontera (la ville où la pièce a été restaurée), Juan Manuel Rodríguez; le directeur de l’IAPH, Juan José Primo Juradoet le frère aîné de la société Domingo de Ramos, Juan Cruzado Candau.

Joaquín Ruiz Franco-Bauxfrère de l’Amour, a été le commissaire de cette exposition, montée par Pages du Sud. Dans les déclarations à Diario de Sevillaa expliqué que le titre de l’exposition, Sous un manteau d’amourfait référence à l’aide que la Vierge apporte à ses enfants et à l’amour de ceux qui ont rendu ce manteau possible dans les années 1950 grâce à des dons et à leur travail.

Conception et exécution

L’exposition est divisée en trois salles. Le premier se concentre sur le genèse, conception et exécution de ce vêtement, qui a été brodé par Conchita Fernández del Toro à l’âge de 71 ans, alors que son atelier avait déjà fermé, ce qui explique qu’il ait été réalisé dans les locaux de la confrérie, rue Villegas. Avec un design renaissance de Joaquín Castilla, il convient de mentionner l’aide de l’orfèvre. Manuel Secoqui a fourni une plaque forgée qui fixait le volume que devaient atteindre les pièces brodées.

Le coût du manteau un million de pesetas (un montant assez élevé pour l’époque) et la brodeuse a reçu la médaille du mérite du travail pour avoir réalisé une pièce qui, selon les experts, serait « presque impossible à reproduire » aujourd’hui. Pour cette salle, le travail de documentation a été fondamental, ce qui nous permet de montrer des photos du processus d’exécution et des dessins qui ont été produits..

Les architectes de la restauration

La deuxième salle est consacrée à la restauration de la cape, effectuée dans les ateliers Solano, où elle a été déposée le 24 novembre 2020. Un processus très méticuleux au cours duquel on a cherché un velours d’un ton et d’une texture similaires à l’original, d’où la recherche de fabricants de la plus haute qualité. Il a été trouvé dans la ville italienne de Lecco, près du lac de Côme.

En plus de Solano, le restaurateur de textiles suivant a également participé à cette restauration Laura Polqui a nettoyé une partie de la broderie ; Afonso Aguilarqui a réalisé une dentelle aux fuseaux en or fin, dont la longueur dépasse 18 mètres et qui entoure le périmètre de l’ensemble de la pièce textile ; et l’architecte Sergio Cornejoqui a reconstitué numériquement le dessin original du manteau, sans les déformations ultérieures, pour lesquelles il a un drone a été utilisé à l’intérieur du Salvador qui a capturé des images aériennes du manteau.

Le sac d’ivoire et la coiffe

Dans la troisième salle, le protagoniste de l’exposition est exposé : le manteau de la Virgen del Socorro, maintenant restauré et positionné dans le bon angle pour pouvoir être vu en détail. En plus de cette pièce, l’exposition présente également la le sac d’ivoire et la coiffe de surnombretous deux avec des motifs de Castilla et également brodés par Fernández del Toro dans les années 1950. Tous deux ont été restaurés par l’IAPH.

En plus de ces objets et du répertoire photographique, l’exposition comprend également deux audiovisuels. La première montre la dernière phase de la restauration. La seconde, en collaboration avec l’Université de Séville et par le biais de la École d’ingénierie technique du bâtimentanalyse l’important volume obtenu par la broderie sur ce manteau, pièce maîtresse de l’artisanat de la Semaine Sainte à Séville.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *