ven. Juil 19th, 2024

Heures supplémentaires obligatoires et non rémunérées, avec des engagements qui s’étendent aux week-ends et aux heures de nuit. Une sorte de « taxe » sur l’employé. Ce sont des chiffres inquiétants qui ressortent d’une étude de l’Inapp. 60% des employés font des heures supplémentaires  mais un quart d’entre eux ne reçoivent pas de rémunération supplémentaire. Dans l’ensemble 15.9%  des employés font des heures supplémentaires impayé  tandis que 50% travaillent à des heures antisociales, c’est-à-dire la nuit, le samedi et les jours fériés.

Selon l’enquête Inapp Plus (Participation, Labour, Unemployment Survey), qui a porté sur 45 000 personnes  de 18 à 74 ans, il existe de grandes différences entre les sexes : 64,7% des employés masculins font des heures supplémentaires contre 54,1% des employées féminines, les raisons étant liées dans la plupart des cas (51,2%) à des charges de travail excessives et à des pénuries de personnel, tandis que seulement 18,4% disent faire des heures supplémentaires pour gagner plus d’argent. Ensuite, il y a 8,1% qui disent ne pas pouvoir refuser. L’enquête souligne que 18,6 % des salariés travaillent à la fois la nuit et les jours fériés (environ 3,2 millions de personnes), 9,1 % travaillent également le samedi et les jours fériés (mais pas la nuit), tandis que 19,3 % travaillent également la nuit (mais pas le samedi ni les jours fériés). Les hommes connaissent davantage le travail de nuit uniquement et le travail de nuit et les jours fériés ; les femmes, en revanche, travaillent davantage le samedi ou les jours fériés.

Souvent, la demande de travail exige une disponibilité qui entre en conflit avec les exigences de la vie », a déclaré la commissaire européenne à l’emploi. le président de l’Inapp, Sebastiano Fadda  – il est vrai que pour certains secteurs économiques, comme le commerce ou les soins de santé, et pour certaines professions, comme celles du secteur des services, le travail de nuit ou les jours fériés est inhérent à la nature du service, mais il est également vrai que ce mode semble se répandre même là où il n’est pas strictement nécessaire. Il est urgent de mener une réflexion sérieuse sur l’organisation et l’articulation du temps de travail, mais aussi sur sa quantité et sa répartition ». Toujours selon le rapport, « une certaine rigidité est également enregistrée sur le front des congés » : 21,3 % des salariés (environ 4,7 millions) déclarent qu’ils ne peuvent ou ne veulent pas prendre de congé pour des raisons personnelles, 54,8 % peuvent en prendre et les 23,9 % restants peuvent moduler leur engagement professionnel. Les hommes ont une plus grande autonomie, tandis que les femmes subissent une plus grande pression.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *