lun. Mai 20th, 2024

Hier, lorsque nous décrivions l’autel du Quinario de La Exaltación, nous avons souligné qu’à l’heure actuelle, le cabinet de Luisa Roldán est l’un des plus recherchés. et souhaité sur le marché de l’art contemporain. Son travail a été réévalué à tel point que les galeries d’art les plus renommées de la planète se disputent l’accès aux œuvres de ce sculpteur « distingué » de Séville, comme elle se définit elle-même dans le contrat de livraison de l’Ecce-Homo de la cathédrale de Cadix. Le directeur d’un prestigieux musée nord-américain s’est même vanté de posséder trois pièces de La Roldana dans sa collection. Dans l’Exaltation, ils sont quatorze. De plus, ils sont visibles et remplissent la fonction pour laquelle ils ont été créés il y a près de quatre siècles.

Non content de cela dans la chère corporation de Santa Catalina, un autre nom clé de la Semaine Sainte de notre époque a également consacré et multiplié son travail pour cette fraternité du Jeudi Saint. Nous abordons maintenant le très riche patrimoine musical de la confrérie. Aucun répertoire ne saurait être complet sans La Estrella Sublime, Pasan los Campanilleros, La Esperanza de Triana…. Tous par le maestro Manuel López Farfán, créateur de ce que l’on appelle la « forma marcha ». » et créateur d’une nouvelle façon de composer et de créer des marches processionnelles. Car si dans le domaine artistique, ils ont des pièces de Luisa Roldán et Leonardo de Figueroa, dans leur collection musicale ils ont jusqu’à trois marches les marches processionnelles de López Farfán, un cas unique dans l’histoire de nos confréries.



Comme le souligne José Manuel Castroviejo, figure de proue de l’étude des marches processionnelles, tout a dû se passer lorsque ce musicien et compositeur a accompagné le palio de las Lágrimas dans la fanfare du 34e régiment d’infanterie de Grenade, dont il a été musicien et chef d’orchestre dans deux étapes différentes. La première marche, datant de 1896, est curieusement dédiée à Leonor Navarro, mère de son professeur de musique, Juan Antonio Gómez. Au départ, il s’appelait « En mi amargura » (Dans mon amertume)mais dix ans plus tard, le 5 mars 1906, il ajoute le titre « El Cristo de la Exaltación ». Cette marche a été récupérée par la Banda Municipal de Sevilla cent ans plus tard.

Sur 1907, Farfán écrit une nouvelle œuvre pour la confrériea, sous le titre Au Saint Sacrement de l’Exaltationune marche solennelle et classique, mais sans perdre l’empreinte de Farfán. Castroviejo affirme que « son titre est frappant, Al Santísimo de la Exaltación au lieu de l’attendu Au très saint Christ de l’Exaltation ; il pourrait s’agir d’une simple erreur d’omission, puisque le 22 du même mois il signe une autre marche intitulée Au très saint Christ d’amour (dédié à cette corporation) et dans lequel le mot « Christ » apparaît ». La première de cette marche a suscité un tel intérêt qu’elle a été rapportée dans de nombreux films d’actualités et journaux de l’époque.

Le lien étroit entre Farfán et la confrérie s’est poursuivi après ces deux compositions. En 1926, alors qu’il est à la tête de Soria 9 et dans la dernière partie de sa production artistique, il consacre à nouveau une nouvelle pièce à l’Exaltation, cette fois à la Sainte Vierge, intitulée La Virgen en sus Lágrimas, très proche du style des marches des années 1920, comme El Refugio de María ou El Dulce Nombre, avec l’un des trios les plus réussis du compositeur. Le titre La Vierge dans ses larmes est tiré de l’invocation de la Vierge, apparaissant parfois comme « Notre Dame dans ses larmes ».comme indiqué par le compositeur dans la dédicace de la partition originale.

Bien que ces compositions sont progressivement tombés dans l’oubli et ont été ostracisés, la bande de la Croix Rouge et son directeur Enrique García ont récupéré les dizaines de Al Santísimo de la Exaltación y La Vierge dans ses larmes. Bien qu’elles soient réalisées avec plus ou moins de régularité, il est certain qu’au moins dans les cercles de confrérie les plus étroitement associés au monde de la musique processionnelle, ils restent reconnus. et comme exemple d’un héritage musical enviable. Et nous, au moins, nous essayons de les partager avec vous tous.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *