jeu. Juil 18th, 2024

La pause pour les deux derniers engagements du tour de qualification européen est une bonne occasion pour quelques réflexions sur le championnat, la TV, etc.

Le dix-neuvième jour de la série A1 LBF Techfind a confirmé les valeurs de classement : Schio, Venise et Bologne font leur championnat, Sassari essayant d’être prêt à profiter d’un faux pas du deuxième et du troisième, Geas, Ragusa et Campobasso se disputant des places proches d’une grille acceptable dans les play-offs, San Martino di Lupari résistant et un groupe de trois équipes, Faenza, Crema (en forte croissance) et Moncalieri qui semblent s’être détachés de la zone dangereuse du classement, ainsi que Lucca (sur la photo Miccoli et Natali) avec la victoire dans le derby contre Valdarno respirer. Brescia et Valdarno doivent faire quelque chose de plus s’ils veulent confirmer la série. Voici les résultats et les classements.

Maintenant, pause pour le Équipe nationale senior qui sera appelé à jouer deux matches, au Luxembourg et en Suisse, pour clore un cycle qui l’a déjà conduit aux Championnats d’Europe en Israël-Slovénie du 15 au 25 juin : le 9 février le challenge à Luxembourg (19h), dimanche 12 le dernier engagement à Freiburgau domicile de la Suisse (17 h).

L’Italie se présente à ces rendez-vous avec cette équipe :

#0 Jasmine Keys (1997, 1.87, A, Famila Schio, 21, 103)
#2 Matilde Villa (2004, 1.70, P, Umana Reyer Venezia, 1, 4)
#3 Nicole Romeo (1989, 1.70, P, Iveco Eirene Ragusa, 30, 230)
#4 Martina Bestagno (1990, 1.89, C, Famila Schio, 51, 273)
#8 Costanza Verona (1999, 1.70, P, Famila Schio, 8, 69)
#9 Cecilia Zandalasini (1996, 1.86, A, Segafredo Zanetti Bologna, 65, 700)
#11 Francesca Pan (1997, 1.85, G-A, Umana Reyer Venezia, 15, 111)
#12 Valeria Trucco (1999, 1.86, A, Geas Sesto San Giovanni, 8, 15)
#19 Martina Fassina (1999, 1.82, G, Umana Reyer Venezia, 8, 66)
#21 Silvia Pastrello (2001, 1.76, G, Fila San Martino di Lupari, 4, 11)
#22 Olbis Andrè (1998, 1.92, C, Segafredo Zanetti Bologna, 40, 270)
#23 Laura Spreafico (1991, 1.82, A, Gernika Bizkaia – Espagne, 32, 104)
#24 Ilaria Panzera (2002, 1.80, G, Geas Sesto San Giovanni, 2, 1)
#30 Beatrice Attura (1990, 1.70, P, Iveco Eirene Ragusa, 14, 67)

Athlètes disponibles
#00 Elisa Policari (1997, 1.81, P, E-Work Faenza, 2)
#1 Francesca Pasa (2000, P, 1.75, Segafredo Zanetti Bologna, 1, 2)
#5 Anna Togliani (1998, 1.70, P-G, Magnolia Basket Campobasso, 0, 0)
#6 Ilaria Milazzo (1994, 1.65, P, Fila San Martino di Lupari, 0, 0)
#7 Gaia Gorini (1992, 1.81, P, Geas Sesto San Giovanni, 89, 307)
#10 Giulia Natali (2002, 1.77, G, Gesam Gas+Luce Lucca, 2, 6)
#13 Caterina Gilli (2002, 1.85, A, Gesam Gas+Luce Lucca, 0, 0)
#14 Sara Ronchi (2003, 1.84, G, Delser Libertas Basket Udine, 0, 0)
#16 Carlotta Zanardi (2005, 1.82, P, Brixia Brescia, 0, 0)

Les absences de Mariella Santucci et Lorela Cubaj de l’Umana Reyer Venezia, aux prises – étrangement – avec le même problème très ennuyeux et qui, une fois remis à la cause de l’Orogranata, devraient sans doute aussi revenir chez les Azzurro étant donné la qualité et l’importance de leur présence dans l’effectif.

Nous nous réjouissons de la présence d’Anna Togliani, bien qu’en tant que réserviste à domicile pour la première fois, de la confirmation de Giulia Natali, de Silvia Pastrello et le retour de Gaia Gorinitous ensemble avec Constance Verona et 7 autres font partie de la collection d’interviews de pianetabasket.com, que vous pouvez trouver ici.

Et vive le retour de Francesca Pan après un an et demi de calvaire. L’objectif de cette équipe nationale est d’honorer ses engagements parce que la qualification de quelqu’un d’autre dépend des résultats des deux compétitions de l’équipe nationale – également dans les scores – et donc l’Italie en tant que qualifiée ne peut pas se permettre un engagement qui n’est pas au-dessus de tout soupçon. Mais ce n’est pas le problème de cette équipe.

« Ayant atteint la fin de ma vie de pécheur, de sénéchal du monde, en attendant de me perdre dans l’abîme sans fond de la divinité silencieuse et déserte, en prenant part à l’inconcevable lumière des intelligences angéliques, gardé désormais avec mon corps lourd et malade dans cette cellule » ( oui c’est une partie de l’incipit du Nom de la Rose d’Umberto Eco) j’ai décidé que rien de plus ou presque rien de moins ne peut être caché aux oreilles et aux yeux des lecteurs, ou du moins de ceux qui s’intéressent au basket féminin. Le principal problème aujourd’hui, par exemple, serait d’essayer de maintenir au moins l’équipe nationale en dehors de l’UE. des poisons du palaisde la la modestie technique d’un championnat où tous les initiés attribuent les défaites embarrassantes à « U ».n avancer malgré tout« , d’un Service de télévision dans laquelle tout fonctionne : le score, le temps, les noms, les plans, les caméras qui une fois sont trois, une fois sont deux, parfois cela ressemble à un (à mon avis dans cinq champs) et si ce n’est pas un, l’autre ou les autres sont utilisés de manière à donner l’impression qu’il s’agit d’une seule et même personne., ce qui donne un spectacle si différent d’un champ à l’autre (sous réserve des spécifications techniques de chaque lieu) et négligé que l’on se demande si l’on a bien fait de le faire. pourquoi il devrait attirer les autres à part ce public minimal de fans ou d’initiés si les responsables se fichent déjà d’offrir un produit homogène et aussi nivelé vers le haut que possible ? Un championnat, un monde tout comme le vrai – Malheur à ceux qui disent que le sport est une île heureuse en dehors de la société civilisée. – des manœuvres de ceux qui assignent d’abord puis enlèvent les finales de la Coupe d’Italie sans expliquer, des calendriers faits mal, très mal, de sorte que si Zandalasini et Ciavarella avaient des gens autour d’eux qui pouvaient mieux les conseiller, ils auraient pu exprimer leurs raisons de manière substantielle de façon à trouver tout le monde de leur côté sans les distingues qui ont été là. La WNBA, les engagements de la Coupe, l’été, les équipes nationales : nous savons quels sont les obstacles à un calendrier normal. Pourquoi, au début de la saison, personne n’y pense et ne tape durement sur la table en disant : « Assez !

Parce que ça convient à tout le monde, tout le monde a quelque chose à y gagner. Alors au moins le silence, un silence sain de honte. Parce que si ça ne se passe pas bien, il suffit de ne pas s’asseoir à la table de basket. Facile. Tout le reste n’est que fanfare, bouffonnerie, vantardise, mensonges en sachant qu’ils mentent. Le mal pour tous, tout le monde. Comme le petit théâtre qui pourrait se jouer cet été lors de la constitution des groupes des deux plus grandes équipes nationales de jeunes, U20 et U19 : lequel des deux staffs aura le plus de poids politique pour pouvoir choisir librement et normalement ? Tout le monde considérera-t-il que la Coupe du monde U19 est plus importante pour la croissance de nos filles que les Championnats d’Europe U20, certes honorables, où nous pouvons remporter une médaille mais qui sont moins décisifs pour l’avenir technique des joueuses ?

Si le personnel technique et de gestion parviennent toujours à sortir cette équipe nationale et les équipes de jeunes de la fange habituelle à laquelle elles sont confrontées à chaque fois et à chaque fois qu’elles se présentent. une gestion qui ne prête pas attention au bien-être et à la croissance réelle du mouvement des femmes, alors les filles peuvent nous donner une certaine satisfaction.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *