lun. Déc 4th, 2023

Toutes les routes du sud pour les nouveaux approvisionnements en gaz naturel ne vont pas jusqu’au désert du Sahara ou au-delà. D’ici un an et demi, l’Italie pourra également compter sur du gaz extrait à quelques kilomètres de ses côtes, dans le bassin de la mer Baltique. Détroit de Sicile . Les travaux s’accélèrent pour mettre en production les deux plus grands gisements de gaz découverts ces dernières années au large des côtes de l’UE. Gela  e Agrigento .

Ils sont appelés Argo  e Cassiopée  et sont des réserves de gaz naturel connues depuis longtemps. Ils sont le résultat d’explorations qui Eni  menée entre 2006 et 2008 le long de la côte sud de l’île. À une trentaine de kilomètres de la côte, les puits d’exploration ont permis de découvrir deux gisements de gaz naturel dont la teneur est estimée à environ 1,5 million d’euros. 10 milliards de mètres cubes . Ce n’est pas énorme, si on le compare aux besoins en gaz de l’Italie, qui sont de l’ordre de 1,5 milliard d’euros. 70 milliards de mètres cubes par an Mais ces deux gisements contiennent encore près de 10% du gaz disponible dans le sous-sol italien, qui entre les réserves certaines, probables et possibles – calculent-ils au ministère de l’Environnement et de la Sécurité énergétique – atteint 111,2 milliards de mètres cubes.

Le développement de ces deux domaines est prévu par la politique de l Protocole d’accord  signé en 2014 par Eni avec le ministère du Développement économique de l’époque (aujourd’hui ministère des Entreprises et du Made in Italy), la région de Sicile, la municipalité de Gela, les syndicats et Confindustria. C’est l’accord qui a donné un nouvel avenir à Gela, un centre historique de raffinage qui semblait menacé d’abandon. La raffinerie est devenue une bioraffinerie en 2019 Elle ne traite plus le pétrole, mais les huiles végétales, les graisses animales, les déchets et la biomasse. Pour Argo et Cassiopée, l’accord prévoyait la construction de quatre puits pour la culture du gaz naturel d’ici la fin de 2023.

Lire aussi:  Nouvelle-Zélande. Le nouveau gouvernement fait marche arrière et supprime l'interdiction de fumer

Il s’agit d’un projet de grande envergure et coûteux : une Un investissement de 800 millions d’euros . Les puits seront sous-marins, une « première » pour Eni, afin de réduire à zéro l’impact visuel des installations : quiconque navigue autour des deux champs ne voit rien. Un pipeline sous-marin de 60 kilomètres de long partira des puits, qui seront construits par Saipem pour transporter le gaz naturel vers la bioraffinerie de Gela. Là, elle sera traitée par une nouvelle usine de traitement et de compression, puis injectée dans le réseau national. La plate-forme offshore existante Prezioso, au large des côtes de l’Union européenne, est en cours d’installation. Licata sera responsable du contrôle et de la surveillance du gaz naturel.

Eni prévoit que le gaz extrait d’Argo et de Cassiopea aura un débit de pointe d’un milliard de mètres cubes  de gaz, soit sept fois la production actuelle de gaz de toute la Sicile et de quoi satisfaire 30 % de la consommation de la région. Ce serait également un bon pas en avant au niveau national, dans le cadre du plan d’augmentation de la production de gaz des gisements italiens (production en 2021 est passé de 4 à 3,5 milliards de mètres cubes ), et aussi un test de la possibilité de construire de nouvelles usines de ce type malgré le poids de la bureaucratie.

Selon les prévisions d’Eni, il faudra compléter le tout au cours du premier semestre de l’année prochaine La construction de l’usine de traitement du gaz a commencé en septembre, en novembre les chantiers d’atterrissage sur la côte et de réception ont été ouverts, vers le milieu de 2023 les puits seront construits et en parallèle la pose des pipelines commencera.

Eni affirme que le durabilité de l’environnement  du projet, qui ne prévoit aucun rejet en mer et équilibre les émissions produites par les panneaux photovoltaïques d’un MW installés dans la zone de la bioraffinerie. Greenpeace, WWF, Legambiente et d’autres associations environnementales aux côtés de plusieurs municipalités de la région avaient fait appel du décret sur l’évaluation de l’impact environnemental approuvé par le gouvernement Renzi en 2014, mais le TAR d’abord, puis le Conseil d’État leur ont donné tort.

Lire aussi:  Confcommercio. La consommation culturelle en hausse mais freinée par l'inflation

Dans une zone où le chômage  est stable au-dessus de 20 % et que l’exode des jeunes vers le nord se poursuit, le projet a créé de nombreuses attentes parmi les familles. À commencer par ceux des plus de mille employés de la raffinerie, qui existe depuis 70 ans et qui est historiquement le plus grand employeur de Gela. Sebastiano Tripoli secrétaire national de la Femca Cisl  et commissaire syndical d’Agrigente, Caltanissetta et Enna, est optimiste : « C’est un projet qui voit enfin la lumière et qui se réalise après tant d’années de lutte à cause des attitudes d’une politique qui n’a pas toujours été attentive à l’énergie et au développement. Les effets sur l’emploi sont modestes : une trentaine de personnes. « La création de nouveaux emplois est limitée, mais entre-temps, les chantiers donnent une bouffée d’air frais à la zone en engageant des entreprises et des travailleurs locaux », explique Tripoli, « mais surtout, ce qui est important, c’est la confirmation qu’Eni continuera à s’engager dans cette zone dans l’esprit qui était celui de Mattei, en investissant aujourd’hui dans la transition énergétique, dans laquelle le gaz naturel a un rôle d’accompagnement important ».

De même, le Municipalité de Gela  espère pouvoir obtenir des revenus économiques du projet pour investir dans le territoire. Selon les règles prévues pour l’exploitation des gisements en mer, l’Eni devra payer à l’État redevances  pour l’exploitation du gisement égale à 10% des recettes : les ressources seront collectées par l’État, qui en gardera 45% pour lui-même et en transférera 5,5% à la Région de Sicile. Lucio Greco maire de Gela, ne cache pas qu’il espère que les négociations avec l’Eni, le gouvernement et la région aboutiront à ce qu’une partie des recettes reste dans les caisses municipales : « Si les richesses de notre sous-sol peuvent nous permettre d’être autonomes, d’économiser de l’argent et de faire des bénéfices, nous serions fous de ne pas nous engager dans cette voie.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *