jeu. Avr 18th, 2024

Électrique oui, mais « con juicio ». A l’heure où le la course à l’électrification pure  semble être devenu le médicament de prédilection des fabricants, il est réconfortant de voir qu’il existe des marques moins obsédées à cet égard. C’est le cas de Suzuki qui a été l’un des premiers et le plus lourd pour ses modèles européens à se concentrer sur lahybride léger sans aller plus loin. Aujourd’hui, cependant, l’époque impose des choix plus radicaux et il était inévitable que le constructeur japonais procède à cette conversion. Avec la bonne mesure. Voici donc, il y a quelques jours, au salon de l’automobile de New Delhi, le lancement du concept eVX , le prototype qui anticipe son premier modèle fonctionnant à 100% sur batterie . Il s’agit d’un SUV compact de 4,3 mètres de long aux lignes angulaires et futuristes : Suzuki prévoit de le lancer sur les marchés (y compris en Europe) en 2025.

Le fabricant japonais est donc prêts à adopter la mobilité électrique a récemment annoncé, lors de la présentation de son plan d’affaires, le lancement de 17 modèles alimentés par batterie d’ici 2030 à l’échelle mondiale et des investissements dans cette technologie d’environ 14 milliards d’euros mais n’a pas l’intention d’abandonner les technologies de propulsion traditionnelles.  Cinq électriques – dont la légendaire Jimny  en version 100% batterie – principalement des SUV et des compacts du segment B, qui représenteront 80% de l’offre publique afin de s’adapter de manière non traumatisante à la nouvelle réglementation. En fait, Suzuki a clairement indiqué qu’elle ne se limiterait pas aux seuls véhicules électriques à basse consommation, mais qu’elle lancerait également de nouveaux modèles fonctionnant au gaz naturel, au biogaz et aux mélanges d’éthanol, en fonction des marchés cibles. . Le président Toshihiro Suzuki  a déclaré que l’entreprise n’abandonnera pas les technologies endothermiques et hybrides en raison du manque d’installations de recharge, du coût élevé des véhicules électriques et des inquiétudes quant au manque de matières premières nécessaires à la fabrication des batteries.

Concernant l’Italie Bien que dans une année complexe pour le secteur automobile, avec des difficultés dans l’approvisionnement en composants et la disponibilité de l’espace de transport sur les routes logistiques intercontinentales, Suzuki a terminé 2022 avec un mois de décembre positif. Selon les données publiées il y a quelques jours par l’UNRAE, au cours du dernier mois de l’année, le constructeur basé à Hamamatsu a enregistré une hausse de 47,77 % des immatriculations par rapport au même mois de 2021, avec 2 190 véhicules enregistrés contre 1 482. En décembre 2022, la part de marché de Suzuki a atteint 2,07 %, une progression significative par rapport aux 1,71 % du dernier mois de 2021. Parmi les architectes de cette brillante performance de fin d’année, on peut citer Ignis qui, en décembre, était le septième modèle le plus vendu du segment A avec 479 unités, et Vitara,  huitième parmi les amateurs de tout-terrain avec 326 voitures enregistrées, soit près du double des 166 enregistrées en décembre.

Il s’agit d’un signe encourageant de reprise, face à un bilan négatif sur douze mois (-45%) par rapport à 2021 où Suzuki avait pourtant enregistré des résultats d’immatriculation record. Grâce à un Gamme 100% transmission intégrale  (à l’exclusion de Swace) et 100% hybride  (à l’exception du Jimny N1), « en 2023, nous continuerons à présider tous les segments pertinents du marché italien », a déclaré le président de la Commission européenne. Massimo Nalli Après le redressement de décembre dernier et l’augmentation de la disponibilité de nos voitures, nous allons reprendre la croissance de la marque sur le marché italien, qui montre qu’il apprécie les voitures Suzuki comme efficaces, technologiques et bien équipées ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *