sam. Avr 13th, 2024

C’est un fait que les confréries sont présentes dans notre société, en tant qu’entités totales et vertébrées. En outre, ils participent à toutes les sphères publiques et privées ; ils ne se limitent pas seulement au carême, à la semaine sainte et au calendrier liturgique. Réunions, activités, programmes sociaux, initiatives culturelles ? En plus d’être un outil de pouvoir dans certaines sphères, bien qu’elles ne soient pas toutes et que toutes n’aient pas toujours réussi à rester stables au cours de l’histoire. Aujourd’hui, en revanche, ils disposent d’une puissance humaine et sociale sans précédent : la fiesta traverse une période de massification illimitée qui l’oblige à être dans l’actualité tous les jours et toutes les heures.

Les articles et les études ne manquent pas, dans lesquels il est prouvé – il n’est pas nécessaire d’approfondir, il suffit de vivre la Semaine Sainte elle-même – que les confréries transcendent le plan religieux, elles ont une capacité caméléon à s’adapter et à coexister avec toutes sortes de sphères. Aujourd’hui, cette idée est transférée au sens littéral : Au cours de la dernière décennie, les confréries ont franchi la frontière du droit canonique lui-même. et les plus récentes ont été établies en tant que dignes associations de confréries au niveau civil, bien sûr.



Le 15 janvier dernier, l’Asociación Abnegación y Cruz, du quartier de San Bernardo, a organisé l' »igualá » du paso de misterio qui, depuis trente ans, est en procession le samedi précédant le dimanche de la Passion. Bien qu’elle ne soit pas reconnue par l’Église, elle travaille et vit comme telle, poursuivant les mêmes buts et professant les mêmes dogmes. Ils encouragent également la charité par des activités caritatives et organisent des messes dans l’église paroissiale de San Bernardo.

Lire aussi:  C'est le Rosario de Cádiz qui figure dans la campagne touristique de l'Andalousie.

Cette igualá, nous insistons, a été suivie par 173 aspirants.Ce nombre était considérablement plus élevé que celui de nombreuses confréries pénitentiaires. Soit pour le plaisir, soit par pur plaisir, soit par appartenance à l’association elle-même, bien sûr. Comme dans toute autre confrérie, peut-être ? Quelle est la différence et, s’il y en a une, où se situe-t-elle ? Ne participent-ils pas au même travail ? Le hobby est-il en contradiction avec le respect et l’engagement ?

L’année dernière, le paso de misterio a été doté pour la première fois de nouvelles images secondaires, et cette année, il portera de nouveaux cartouches. Elle a récemment signé un contrat avec l’Agrupación Musical Virgen de los Reyes. En mars dernier, des centaines de personnes l’ont accompagné. C’est la réalité de notre société et de notre époque.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *