lun. Jan 30th, 2023

Seul Apple manque (pour l’instant) à l’appel. Même si le géant de Cupertino, pour la première fois depuis de nombreuses années, a le démérite d’être sorti en 2023 du « top 100 » des entreprises où il fait bon travailler, selon le classement de Glassdoor, une société qui recueille les avis anonymes des employés. Sinon, il y a eu une écatombe d’emplois dans la Big Tech ces derniers mois. De Google à Spotify, de Microsoft à Twitter, en passant par Amazon et Facebook, la quasi-totalité des géants américains de la technologie ont déclenché une vague de licenciements pour tenter de joindre les deux bouts, d’augmenter les parts en bourse et de réagir à la baisse des investissements publicitaires au cours des deux dernières années.

Quel impact ces réductions de personnel pourraient-elles avoir sur l’Europe et l’Italie ? Il est certain que des milliers d’employés d’entreprises américaines travaillant dans notre pays vont perdre leur emploi. Mais il pourrait aussi y avoir des effets indirects. Après tout, le rapport publié en décembre par Atomico sur l’état de la technologie en Europe montrait déjà des signes de ralentissement. Si l’on compare le pourcentage de recherches d’emploi pour des postes technologiques de 2021 à 2022, l’Italie a enregistré une baisse de 6,3 %. Dans l’ensemble, la part des offres d’emploi dans le secteur technologique a diminué, passant de 44 723 pour un million d’annonces totales en 2020 à 32 999 en 2022.
Le ralentissement de la technologie numérique en Italie est également confirmé par les syndicats : « Il y a un ralentissement en cours – explique Giulia Guida, secrétaire nationale du Slc CGIL et responsable du secteur de l’industrie et de l’artisanat -. Bien que dans un scénario d’évolution du professionnalisme, en outre, dans divers secteurs (de Tlc à l’édition), nous assistons à une production de contenus numériques (des podcasts à d’autres activités) que les entreprises « sous-traitent » souvent. C’est ce qui se passe dans de nombreux cas avec les formulaires contractuels « gris ». C’est pourquoi M. Guida insiste sur le fait que le travail numérique doit s’inscrire dans un cadre réglementaire clair : « Sinon, nous risquons de ne pas maîtriser le processus d’évolution du secteur ».

Lire aussi:  Les signaux des marchés. L'apocalypse des crypto-monnaies pourrait être très proche

Le danger de se laisser submerger par la révolution technologique sans se doter de stratégies et d’outils capables de la diriger est également souligné par Marco Bentivogli, ancien syndicaliste, aujourd’hui coordinateur de l’association « Base Italia » et auteur de plusieurs ouvrages sur le monde du travail et l’innovation technologique. « Il y aura un impact mondial très important de ce boom des licenciements de la Big Tech, et l’Italie ne sera que marginalement touchée, mais ce n’est certainement pas un bon signe », argumente Bentivogli. « Notre pays, en fait, n’a pas encore vraiment misé sur le numérique et l’intelligence artificielle, se limitant à être une terre de colonisation des grandes « licornes » étrangères ». Le thème technologique, selon M. Bentivogli, est lié aux questions relatives aux progrès de l’intelligence artificielle. « Un exemple : ChatGPT, le système d’algorithmes génératifs développé par OpenAi, connaît une explosion, montrant une certaine capacité à remplacer une partie des emplois générateurs de contenu », explique Bentivogli. Nous devons toutefois veiller à ce que cette « innovation » ne produise pas une armée de travailleurs sous-payés dans le Sud, comme le dénonce une récente enquête du Time. Nous avons besoin de réponses, de stratégies et d’investissements pour lutter contre ce phénomène ». Pour M. Bentivogli, cependant, l’Europe et l’Italie risquent d’être exclues de ces grands jeux : « La création d’une souveraineté technologique européenne devient de plus en plus urgente et, au niveau national, le ministère des entreprises et du Made in Italy (l’ancienne Mise) devrait s’occuper de la mise en place d’une stratégie en matière d’intelligence artificielle et créer une véritable colonne vertébrale italienne de génération et de transfert de technologies sur le modèle de Fraunhofer ».

Lire aussi:  Comment acquérir du Polkadot en Janvier 2023 ?

Pour Francesco Cerruti, directeur général de l’Italian Tech Alliance (l’association italienne du capital-risque, des investisseurs dans l’innovation et des start-ups et PME innovantes), la vague de licenciements dans les grandes entreprises technologiques pourrait également avoir des répercussions positives sur le marché italien. Il faut partir du principe que la quasi-totalité des suppressions d’emplois concernent des géants et interviennent après que la période pré-Covid ait vu un nombre d’embauches probablement supérieur à ce qui était nécessaire pour le secteur », raisonne Cerruti, « cela s’est produit à cause d’évaluations basées sur une croissance présumée et à cause d’une attitude « phagocitatrice » des Big Tech comparable à celle du Psg dans le football, qui consiste à acquérir les meilleurs profils sur le marché indépendamment des besoins de l’équipe ». Aujourd’hui, la crise du secteur pourrait entraîner un rééquilibrage sur plusieurs fronts : « Certains profils quittant les Big Tech pourraient se délocaliser vers les zones plus « périphériques » de l’activité technologique, notamment en Italie, où les grands groupes sont très peu nombreux. En général, d’ailleurs, nous pourrions aboutir à un marché plus humain, plus varié et plus compétitif, avec une augmentation de la présence des petites entreprises et moins dominé par le « Psg of Tech ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *