dim. Fév 5th, 2023

Insister sur l’idée que nous avons partagée l’autre jour concernant le caractère unique du Santo Entierro Grande et les possibilités d’innovation qu’il nous offreNous retournons presque vingt ans en arrière, plus précisément en 2004. Quatre siècles s’étaient écoulés depuis le décret du cardinal Niño de Guevara par lequel les confréries étaient obligées de faire une procession pénitentielle jusqu’à la cathédrale, dans le but de réglementer des processions quasi autarciques et à la discipline douteuse. De cette façon, l’Église assurait le bon fonctionnement des confréries et évitait également (sans succès dans certains cas) les conflits, les procès et les altercations concernant l’ordre de passage et l’ancienneté des guildes.

Le fait est que pour commémorer cette initiative, un Santo Entierro Grande a été organisé, le dernier à ce jour. Parmi les douze pasos invités figurait celui du mystère des Sept Paroles, l’un des ensembles les plus accomplis et personnels de notre Semaine Sainte. Au cours de l’inhabituel voyage de retour (Postigo, Molviedro et Museo), le paso a été accompagné par l’Unión Musical Sevillana, c’est-à-dire par une fanfare, tout comme le fera le Cachorro le 8 avril avec La Puebla del Río.



Quand Farfán a sonné

À l’époque, la technologie n’avait pas encore totalement débarqué dans nos foyers, mais il y a toujours des passionnés. Miguel Ángel Vilas, muni de son magnétophone, a capturé quelques moments uniques de cette journée mémorable, dont l’entrée du mystère qui nous concerne dans l’église paroissiale de San Vicente. Après avoir écouté, par exemple, Le Madrugá dans la rue Castelar, le point et la fin de ce parcours ont été relevés comme une signification retentissante et complète de la semaine sainte.un moment où tout prend un sens et où l’on retrouve des images autrefois banales. Le son de Les sonneurs de cloches passent par làdédié à la Virgen de los Remedios, la Vierge douloureuse qui, chaque mercredi saint, accompagne le Cristo de las Siete Palabras au pied de la croix. Il y aura bientôt cent ans que Manuel López Farfán, révolutionnaire et génie de notre musique, a changé la façon de comprendre et d’appréhender notre festival de rue. Des moments qui ne devraient pas être si extraordinaires pour des occasions extraordinaires.

Lire aussi:  Quelles marches pourraient être jouées après l'Amargura pendant la Carrera Oficial dans le Santo Entierro Grande ?

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *