lun. Jan 30th, 2023

Le site marché automobile  est en pleine (et compliquée) évolution, et la distribution . Il y a des signes d’un changement numérique, mais les analyses s’accordent à dire que dans des pays comme le nôtre, de nombreux acheteurs potentiels choisissent encore la méthode traditionnelle. Nous en avons parlé avec un acteur majeur tel que BYmyCAR : 110 points de vente en France, en Suisse, en Espagne et en Italie, plus de 3 000 employés, 22 marques représentées, environ 80 000 véhicules vendus par an et un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros. environ 2,4 milliards d’euros l’année dernière. En Italie, elle a fait ses débuts il y a un an avec l’acquisition des concessionnaires de Milan, auparavant gérés directement par Bmw Italie  sous la bannière de Bmw Milan . À la tête du géant français – en tant que PDG et actionnaire – se trouvent Carlos Gomes gestionnaire expérimenté qui était auparavant directeur général de Fiat pour la péninsule ibérique et responsable des régions Amérique du Sud et Chine de PSA, avant de devenir vice-président exécutif sous la direction de Carlos Tavares.

« Celle avec Bmw Milan a été la première opération d’internationalisation de notre présence, ayant précédé celle avec Renault à Barcelone et BMW à Madrid ; nous sommes donc aujourd’hui le premier groupe de distribution en France, mais aussi en Europe du Sud tandis que les ventes à l’étranger représentent plus de 15 % de notre chiffre d’affaires », explique M. Gomes. Dans l’offre, l’électricité joue un rôle non négligeable.  « Nous avons une centaine de produits sur notre liste et de nouveaux arrivent chaque jour, de fabricants classiques mais aussi de ceux encore inconnus. Par exemple, nous avons annoncé notre partenariat avec BYD dont nous serons le premier distributeur en France. Le marché demande des électriques compactes, mais il y a une série de clients avec des ressources qui veulent des machines plus grandes et les marques sont capables de les fournir : par exemple, la Bmw i4, iX, et i7 . Il s’agit d’une tendance irrépressible, notamment dans certaines villes où la part atteint 20 %, et les clients se préparent à les gérer, car ce n’est pas facile », souligne-t-il.

Lire aussi:  Nuvolaris. La startup technologique qui vous emmène dans les nuages mais qui a un cœur italien

Et nous en arrivons à la distribution.  Plusieurs maisons ont décidé de changer du système basé sur le concessionnaire au contrat d’agence.  « Nous nous adaptons à la volonté des fabricants, qui font des choix différents. Nous avons des contrats qui prévoient des prix uniques pour l’ensemble du marché, sans aucune flexibilité, et d’autres qui laissent au contraire une marge de manœuvre, bien que réduite, à l’agent « , souligne le PDG de BYmyCar,  » Nous sommes dans un moment où tout le monde étudie quel sera le meilleur système : nous ferons des analyses pour comprendre ce qui fonctionne bien pour le client et ce qui fonctionne bien pour nous, avec un parcours à suivre dans les trois ou quatre prochaines années. Le distributeur vient d’années compliquées et doit toujours faire face à des délais qui lui posent quelques problèmes. Il y a une pénurie de produits, pas une pénurie de demande : ce n’est pas un hasard si nous avons terminé l’année avec un carnet de commandes de près de 19 000 unités, contre 17 000 à la fin de 2021. » 

BYmyCAR a commencé comme un groupe de distribution, mais veut aujourd’hui s’occuper de la mobilité au sens large. . D’où le projet de Cosmobilis  qui est structurée en trois divisions. Le premier concerne la distribution de voitures et comprend, outre BYmyCAR, EliteAuto, une plateforme de vente numérique multimarque avec environ 10 000 voitures par an. La seconde est une division de mobilité et de services, qui comprend une société de location à court terme, un service de taxis de type Uber, racheté par Renault il y a deux ans, et une auto-école numérique (pour l’enseignement de la théorie) qui a déjà formé 800 000 élèves, permettant aux jeunes d’économiser plusieurs centaines d’euros en frais. Enfin, la troisième est une division technologique qui s’occupe de la numérisation des processus pour les concessionnaires. « La combinaison de ces services permettra d’offrir aux clients des solutions de mobilité adaptées à tous les besoins, d’un jour à un mois ou à trois ans », conclut M. Gomes.

Lire aussi:  Marché. Voiture petite et bon marché : voici ce que vous pouvez choisir

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *