dim. Jan 29th, 2023

La saison NBA est arrivée à mi-parcours et c’est donc l’occasion de faire le point sur ce qui a été vu sur le terrain jusqu’à présent dans les deux conférences.

EASTERN CONFÉRENCE:
De manière surprenante, c’est à l’Est qu’un niveau de compétitivité plus élevé a été constaté en cette première partie de l’année. Les huit premières équipes du classement ont toutes un bilan positif et la lutte pour la première place est ouverte à tous les résultats. En tête du groupe avec un avantage de trois jeux, on trouve le Celtics de Bostonqui, malgré l’affaire Udoka pendant la pré-saison et quelques dérapages de trop, s’est avérée jusqu’à présent être la meilleure équipe de la conférence et de la ligue, emmenée par le duo Tatum-Brown.

Quelques difficultés supplémentaires pour le Bucks d’Antetokounmpo, qui souvent sans Middleton n’ont pas encore trouvé la parfaite quadrature du cercle, adoptant un rythme de croisière.
Après un début plein de difficultés, le Nets ont décidé de relever l’entraîneur Steve Nash et de confier l’équipe à Jacque Vaughn. L’ancien élève de Popovich est celui qui a propulsé la renaissance de Brooklyn grâce à un Kevin Durant en format MVP et un Kyrie Irving enfin concentré uniquement sur les questions de terrain.

D’excellentes indications ont également été fournies par les jeunes Cleveland Cavaliersstable dans les hautes sphères de la Conférence Est. Donovan Mitchell et ses coéquipiers représentent un adversaire difficile à vaincre dans une série d’après-saison.
Gagnant mais pas convaincant Philadelphiequi, sous la houlette de l’entraîneur Doc Rivers, continue de montrer des lacunes importantes avant les playoffs et semble être un cran en dessous des quatre premiers de la classe.
En sixième position – la dernière qui vaudrait un accès direct à la post-saison – on retrouve les surprenants New York Knicksqui, malgré les doutes de la veille du match et quelques moments de difficulté, se révèlent être une équipe avec un  » s  » majuscule grâce à la présence de Jalen Brunson dans la boîte.

Derrière New York, nous trouvons IndianaUne autre grande surprise de cette première partie de la saison. Les Pacers jouent un basket extrêmement fonctionnel et ont trouvé en Haliburton le futur franchise man, outre l’excellent impact avec la ligue du rookie Ben Mathurin. Reste à évaluer ce que le front office de la franchise d’Indianapolis décidera de faire avec Turner et Hield, toujours sur le marché et attractifs pour de nombreuses franchises.
Décevants jusqu’à présent Miami HeatAprès d’excellentes saisons, l’équipe semble avoir perdu le lustre de ces dernières années et la fameuse culture Heat inculquée par Pat Riley. Avec une moyenne d’âge plus élevée que leurs rivaux, la fenêtre pour le titre est très étroite et quelques échanges seront nécessaires pour revenir et rivaliser en playoffs.

Lire aussi:  LBA - Résultats et classement de la semaine 15

En neuvième position se trouve la première équipe avec un bilan négatif à l’Est, les Hawks d’Atlanta. L’ancienne équipe de Gallinari avait misé cet été sur Dejounte Murray pour former une paire de backcourt avec Trae Young, mais l’expérience ne porte pas les fruits escomptés pour le moment. La relation entre la star de l’Oklahoma et le coach McMillan est au plus bas et les résultats en sont la parfaite représentation sur le terrain. Il est difficile de penser que McMillan pourra conserver son poste jusqu’à la fin de la saison : un changement de cap est urgent pour atteindre la post-saison.
Également décevant Toronto e Chicagotous deux s’accrochent encore au train des play-in plus sur les démérites de leurs concurrents directs que sur leurs propres mérites. Les Raptors sont sur le point d’affronter un mois qui décidera de leur avenir en vue de la trade deadline, tandis que les Bulls sont contraints d’appuyer sur l’accélérateur en ne disposant pas de leur propre choix à la prochaine draft (donné au Magic dans l’acquisition de Vucevic).
Une année sans infamie et sans éloge pour Washingtonqui, comme prédit à la veille de l’événement, reste dans des limbes dont il est difficile de sortir, surtout si Beal continue à avoir des problèmes physiques.
Positif au contraire la saison de la Magiedu moins pour ce qui est des objectifs d’une équipe en pleine reconstruction. Les jeunes d’Orlando, emmenés par l’étonnant Paolo Banchero, prouvent qu’ils peuvent être suffisamment compétitifs et ont les cartes en main pour retrouver les playoffs dans un avenir proche. Rouge profond au contraire pour Detroit et Charlotte, désormais concentrés sur le tanking et la recherche de la meilleure position possible en vue de la loterie.

OUEST CONFÉRENCE:
Le niveau exprimé jusqu’à présent par les 15 équipes occidentales a été extrêmement décevant, à l’exception de quelques notes heureuses. Denver e Memphis se disputent le haut du tableau et ont été les deux équipes les plus régulières en première partie de saison grâce à Nikola Jokic et Ja Morant. Derrière eux se trouvent les deux équipes les plus surprenantes, à savoir… La Nouvelle-Orléans e Sacramento. Les Pelicans ont également occupé la première place pendant longtemps avant de chuter en raison de la blessure de Zion Williamson. Les Kings, en revanche, ont lentement carburé et, sous la houlette de Mike Brown, semblent prêts à retrouver les playoffs après 16 saisons d’absence.

Lire aussi:  MARCHÉ NBA - Les Celtics, Payton Pritchard pourrait être échangé

Sans flashs particuliers, l’année de Dallas qui, avec Doncic à la barre, a pour objectif d’arriver à la post-saison dans la meilleure condition possible, tant physique que technique. Clippers et Warriors à peine suffisants, qui s’accrochent au seuil des 50% de records. Pour les deux équipes, les blessures de leurs leaders (George, Leonard et Curry) ont représenté un obstacle difficile à surmonter et elles sont toujours à la recherche de la bonne alchimie.
En hausse Minnesotaqui, après le désastreux échange pour Rudy Gobert, a eu du mal à insérer le long Français dans les mécanismes du coach Finch, en raison également de l’absence prolongée de Karl Anthony-Towns. La performance des Timberwolves a également été affectée par un banc vidé du talent et de la profondeur qui avaient permis à la franchise de Minneapolis d’atteindre les playoffs la saison dernière.

En chute libre, au contraire, la Sunsqui, sans Devin Booker, perdent des places au classement match après match. La magie qui entourait l’équipe qui s’est rendue jusqu’aux finales en 2021 semble avoir disparu. Le Jazz, après un début de saison sensationnel, redescend doucement sur terre. Un Markkanen all-star a cependant maintenu l’Utah dans la zone des play-in, un résultat impensable en début de saison.

Autre mini-surprise, les Tonnerrequi, emmenés par Shai Gilgeous-Alexander, sont dans le sillage de leurs rivaux pour tenter d’arracher un laissez-passer inattendu pour les play-in. Oklahoma City, sans Holmgren, pourrait décider de faire le vide dans la seconde moitié de la saison en vue de la loterie, mais pour le moment, ils font partie des équipes les plus en forme de la ligue.
Décevants par rapport aux attentes plutôt que les deux Portland que la rive de Los Angeles Lakers. Les Blazers, malgré l’échange estival pour Jerami Grant, peinent à trouver une continuité, tandis que Lebron sans Davis blessé peut au mieux maintenir les hommes de Los Angeles non loin de la zone de post-saison.
Mauvais, voire très mauvais, les deux Texans San Antonio e Houston. Si au moins les Spurs sont entrés dans leur première année de reconstruction, les Rockets, pour la troisième saison consécutive, risquent fort de finir comme la pire équipe de la ligue, sans montrer aucune amélioration ni développement des jeunes draftés par l’après-Harden.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *