jeu. Sep 28th, 2023

La La confrérie des gitans et la Federación de asociaciones de mujeres gitanas de Andalucía (Fédération des associations de femmes roms d’Andalousie). Fakali ont signé un accord de collaboration pour travailler ensemble dans les domaines du développement social, de l’éducation, de la médiation et de l’intervention auprès des familles dans la région de Bruxelles-Capitale. Polígono Sur de Sevilla, une zone « présentant de graves difficultés sociales, un taux élevé d’absentéisme scolaire et une vision très limitée de leurs horizons professionnels et personnels ».

Cet accord est inclus dans « l’engagement social » de la confrérie et de Fakali de « collaborer et accompagner toutes les familles en risque d’exclusion, en général, et celles appartenant à l’ethnie Rom, en particulier, avec lesquelles nous continuerons à travailler professionnellement dans la promotion éducative des enfants, en réglementant et en établissant conjointement des mesures qui favorisent des modèles de développement inclusif et socialement responsable », selon la corporation Madrugada.



Ce travail conjoint vise la diffusion, l’échange et le transfert d’expériences et de bonnes pratiques accumulées dans leurs domaines d’action respectifs, « qui témoignent d’une prise de conscience sociale de la citoyenneté la plus défavorisée pour permettre sa pleine participation à la vie économique, sociale et culturelle sur un pied d’égalité avec le reste de la société ».

La participation des États-Unis

Dans l’intention de promouvoir une collaboration conjointe et de créer des synergies dans le domaine de la « médiation familiale » et du développement social dans le cadre du projet de Le mentorat scolaire dans le Polígono Surqui est effectué par le Faculté de psychologie, Université de Séville (US)avec la collaboration de Los Gitanos, dans différents pays. centres éducatifs Les écoles primaires (« priorité de cet accord ») et secondaires. Tout cela dans le but de répondre aux besoins socio-émotionnels et d’élargir les horizons éducatifs et professionnels des enfants des cinquième et sixième années de l’école primaire et des première et deuxième années de l’ESO, dans le cadre du « Projet Cayetana ». Éduquer aux valeurs’, un travail conjoint d’intervention et de médiation sera développé », indique l’accord signé.

Lire aussi:  Le silence

L’accord vise à promouvoir, en coordination avec les responsables du projet de tutorat susmentionné, la participation des familles dans les écoles, « en faisant prendre conscience de l’impact que le comportement et les attitudes des parents ont sur la situation socio-éducative de leurs enfants ». En ce sens, le personnel technique qualifié, affecté à ces fins, sur proposition de Fakali, peut apporter des modifications au projet à l’initiative et au consensus des deux parties.

Un accompagnement social continu

L’objectif est également de parvenir à une relation plus fluide entre les familles et les écoles, « pour servir de lien de communication entre les deux parties ». Pour réaliser ces prémisses, la confrérie et Fakali mèneront des actions spécifiques telles que la médiation interdisciplinaire ; des rencontres avec les autorités sociales et locales, principalement compétentes en matière d’inclusion et de services sociaux ; et des rencontres régulières avec les familles.

En outre, un service de conseil et d’orientation sociale et d’autres domaines pouvant influencer directement ou indirectement le développement socio-éducatif des familles ; le traitement des formalités bureaucratiques qui peuvent être nécessaires ; un service d’accompagnement sur place vers différentes ressources pour les familles moins qualifiées et le tutorat de deux stagiaires du Master en Intervention et Médiation Familiale coordonné par la Faculté de Psychologie, stages qui ont leur origine dans l’accord existant et actuel entre la Confrérie de Los Gitanos et Fakali. Université de Séville (US).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *