dim. Jan 29th, 2023

Il n’y a pas si longtemps, il fallait être très attentif pour savoir quand le crieur public était choisi. Le calendrier des principales dates marquant l’arrivée de la Semaine Sainte n’a pas été rendu public. Il peut s’agir d’un jour ouvrable ou d’un samedi après-midi. C’était presque comme si le conseiller de service vous faisait une faveur en vous avertissant simplement de l’annonce interne : « Demain, c’est la réunion, je ne vous ai rien dit, sinon je vais me faire mal voir ».. Tout cela ressemble à de la musique céleste aujourd’hui, mais c’était ainsi et cela faisait partie du charme. Il fallait avoir sous la main les numéros de téléphone, bien sûr fixes, des éventuels crieurs publics, afin de pouvoir composer les chiffres dès que l’on connaissait leurs noms. La présentation de l’affiche était un autre événement presque familial, sans rapport avec ce qui se passe actuellement à la Fundación Caja Rural del Sur. Tout était plus intime et, surtout, différent.. C’étaient les années du Plan Trabajadera et de la Chaises à louer pour toute la Semaine Sainte. Les billets pour le Pregón n’étaient pas en vente. Ils vous ont été donnés soit par le conseiller informateur, soit par un ami du Conseil municipal, soit par un ami d’une entité privée qui en avait un de disponible pour le quota de courtoisie institutionnelle. Avec l’acte de distribuer les pâtisseries, en charge de l’attachante tertulia El Cirio Apagaola même chose se produisait avant. Vous découvrirez la célébration du dîner à la Casa Manolo dans la petite enveloppe brune que vous avez reçue de la part de ; ce gentleman de la tête aux pieds, Jesús Martín Cartaya.  . Les images sur papier étaient, bien sûr, accompagnées d’une note où Jesús vous donnait les détails du texte dans son incomparable écriture d’écolier.

C’était comme ça. Pas de notes précédentes, pas tweetssans chronogrammes, sans Cecop. Aujourd’hui, nous connaissons l’agenda officiel et l’agenda officieux, celui des cultes et celui de la mudá des Hérodecelle du Conseil et celle de la première torrija de la Campana, celle de la Miserere dans la cathédrale et celle de la Virgen de la Esperanza lorsqu’elle se lève dans son paso mais sans le chandelier fondu. Tout, sauf la remise des pâtisseries. C’est peut-être le seul rite dont nous continuons à avoir connaissance, car les photographies nous sont envoyées au petit matin. Et je trouve même ça beau. Un e-mail à 01h35, à l’heure où la Sainte Croix des Nazaréens de Séville fait se lever les conseillers du palquillo, est un voyage dans le temps, vers ces années passées où l’attente était ponctuée par la surprise innocente de ces rites. Il était temps de regarder de plus près les photos de Jesús. Le visage effrayé du pregonero, le sourire de l’inoubliable Juan Dávila en même temps que Luis Rodríguez Caso y Joaquín Delgado-Roigla hauteur de Antonio Sotole bonheur de Ignacio Montaño, Antonio Hermosilla, Alfredo Flores, José Sánchez Dubé… Et toujours l’image de la Virgen de los Reyes avec des fleurs blanches fraîches que les tertulianos ont placé autour du cadre pour l’occasion. La Patronne et le chandelier avec la bougie apagao étaient les deux motifs fixes depuis la fondation de la tertulia en 1966. L’une des curiosités des photos, d’ailleurs, était et est toujours d’analyser la marque de vin rouge ou le contenu des verres à long drink lorsque les photos ont été prises sans la précaution de soulever la table.

Lire aussi:  Voici les alternatives à la Raya Real pour les tracteurs à El Rocío




Cette année, elle s’est tenue pour la première fois dans un autre restaurant en raison de la fermeture du bar de la Calle Castilla. Les candélabres ne manquaient pas. Et l’analyse montre que pâtes gaufrées et un grand verre avec une rondelle de citron. Peut-être que c’est… Une cerise ? Quelle bonne discussion ! Espérons que 2023 ne sera pas une semaine de Pâques au cours de laquelle nous devrons écrire, ne serait-ce qu’une seule fois, que du Après-midi sans confréries, après-midi de Rives. Ou avec Mirinda… Les cultes du Gran Poder et du quinario de las Penas sont terminés. Les pâtes sont passées. Rappelle-toi où ils gardaient l’alfa.

Les « déchus » de Sierpes

Ne dites pas que ça ne vous est pas arrivé ces jours-ci ! Vous rencontrez un ami dans la rue ou le téléphone sonne directement pour entendre le même refrain répété. « Savez-vous Pacovele ou quelqu’un du Conseil ? Ils m’ont pris mes sept chaises, vous savez, toutes les sept !!! ». Nous entendons alors des adjectifs et des lamentations qui ne devraient pas être reproduits. Les morts de Sierpes sont une fraternité entière. Vous ne savez pas si c’est pire quand vous leur dites que vous n’avez pas le téléphone portable du président ou qu’ils doivent attendre le tirage au sort de février où ils pourraient gagner un siège alternatif sur la Plaza Virgen de los Reyes avec le droit à la taverne de Peregil. C’est pire… Vous entendez plus de plaintes et de véritables jurons. Cela donne envie de demander quand auront lieu les funérailles, vu le dégoût exprimé par certains. ; « Et vous soutenez cette barbarie, Monsieur le Procureur ! »  . Alors, finalement, c’est la faute de la presse, ces maudits rongeurs, ces messagers ! C’est dans le salaire. Ou pas, comme dirait le Galicien.

Précieuse homélie

Celle donnée l’autre jour par le Fr. Jiménez Sánchez-Dalp aux funérailles de ; notre Paco Santiago  fondateur de La passion numériquepar la suite L’art sacré. Don Ignacio a remis les clés principales à l’inoubliable Paco, dont il a rappelé qu’il était toujours à la disposition de la paroisse de Santa María de las Flores. Il a lu l’un des poèmes que Santiago a laissé écrit pour sa femme, Sonia ; et il a souligné le travail de tous les photographes qui font un effort tant dans les cultes que dans les bullas pour que plus tard nous puissions prier les images que nous portons dans nos portefeuilles ou que nous plaçons sur la table au travail, dans le salon ou sur la tête du lit. Et tellement vrai, Don Ignacio ! Une homélie qui a été un véritable baume pour les fidèles présents. L’homélie avait la profondeur que méritait la trajectoire de l’homme qui a innové l’information numérique sur la fraternité. Le premier portail de Paco a été la première grande étape. Et il est toujours vivant.

Lire aussi:  Le Christ des trois déchus de Triana avec le classique de La Amargura

Le seul

Charo Padilla était la seule femme présente lors de la remise des pâtes au crieur public. Casellas. Il n’a pu participer à la bière de bienvenue que parce que, comme on le sait, il a son émission de radio en direct à cinq heures du matin. La reine de la nuit de Canal Sur Radio semble être fixé depuis de nombreuses années comme l’unique pregonera (crieur public).

Le portier

Premier coup. Entendu au dîner des Rois Mages : « L’homme noir de cette année, Alejandro Marchenacelui de l’Amargura qui était trésorier du Conseil… Tu l’as vu ? Il n’y aura pas longtemps qu’il y aura un Baltasar plus actif, plus joyeux, qui aura mieux joué le personnage. Il n’a pas manqué d’énergie ! Regardez-le dans une vidéo sur la rue Asunción ». Deuxième coup : l’affiche n’est-elle pas un peu tardive ? Le premier samedi du Carême nous a fait attendre trop longtemps pour voir l’œuvre de… Daniel Franca. Celui qu’il a peint pour Cadix est une merveille. Nous sommes sûrs, en tout cas, que l’attente en vaudra la peine. Troisième coup. Il y a des rues qui seront de petites courses officielles le samedi saint, des endroits où il est plus commode de se trouver que même sur l’itinéraire par lequel ils passent tous. Les balcons sont très chers ce jour-là. Gardez un œil sur le marché. Et des chandeliers en haut. La commission pour 2023. Nous devons emmener l’émérite, notre Ratzinger à la hispalense, au clocher de la Giralda. Ce n’est pas possible que Don Juan José n’a pas encore grimpé jusqu’au Patio de la Azucena, où l’on peut admirer Séville sans Sévillans et, oui, avec des dizaines et des dizaines de touristes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *