dim. Fév 5th, 2023

Les femmes atteignent moins souvent l’orgasme lors d’un rapport sexuel que les hommes. Des chercheurs américains viennent d’étudier les raisons de ce phénomène et les moyens d’y remédier.

Comme il existe peu de données sur le lien entre l’orientation sexuelle et la fréquence des orgasmes, des chercheurs américains ont mené une étude sur 52 500 adultes. Ils ont examiné plus de 30 caractéristiques et comportements différents qui pourraient être associés à la fréquence des orgasmes.

Orgasme : quel rôle joue l’orientation sexuelle ?

Plus de 26.000 hommes hétérosexuels et plus de 24.000 femmes hétérosexuelles ont participé à l’étude sur l’orgasme, 452 hommes homosexuels et 340 femmes homosexuelles, 550 hommes bisexuels et plus de 1.000 femmes bisexuelles. Les chercheurs ont ainsi pu déterminer quel groupe avait comparativement le plus de mal à atteindre l’orgasme pendant les rapports sexuels.

L’étude, publiée dans la revue spécialisée « Archives of Sexual Behavior », constate que 95% des hommes hétérosexuels, 89% des hommes homosexuels et 88% des hommes bisexuels déclarent avoir normalement un orgasme pendant l’acte sexuel. Chez les femmes, en revanche, ce n’était le cas que de 86% des homosexuelles, 66% des bisexuelles et 65% des hétérosexuelles. Les chercheurs ont examiné la différence dans les actes sexuels entre les femmes qui avaient plus ou moins souvent un orgasme.

Comment les femmes atteignent plus souvent l’orgasme

Comparées aux femmes qui atteignent moins souvent l’orgasme, celles qui ont une plus grande capacité orgasmique ont déclaré, entre autres, avoir plus de rapports sexuels oraux, être plus satisfaites de leur relation, dire à leur partenaire ce qu’elles veulent au lit, porter de la lingerie de charme et essayer de nouvelles positions et fanatsies.

Lire aussi:  La participation de Cosco dans le terminal est pratiquement bouclée

Les femmes atteignaient plus souvent l’orgasme lorsque le rapport sexuel combinait des baisers profonds et des rapports oraux avec des rapports vaginaux. Les chercheurs supposent que la cause de ce phénomène est à chercher dans l’évolution et le développement socioculturel. sh

A lire également

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *