dim. Jan 29th, 2023

Il ne s’agit pas d’une nouvelle aventure de Robert Langdon, le protagoniste des romans à suspense à succès d’il y a quelques années, et encore moins d’une référence aux œuvres de Dan Brown. Plutôt « Le code De Silva »  publié par Artioli Editeur 1899 qui a été présenté il y a quelques jours à Milan, est une roman automobile  dont le véritable protagoniste est le d esign . Et ce n’est certainement pas une coïncidence si leMusée du design ADI C’est là que se trouve le Compasso d’Oro, le prestigieux prix récompensant la carrière de l’artiste. Walter De Silva. 

En parcourant les pages du livre, on peut apprécier une histoire qui vise à satisfaire la curiosité de ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire de l’Europe. conception des voitures  et, surtout, les mécanismes à l’œuvre chez certains des constructeurs automobiles les plus influents, à travers des anecdotes et des épisodes passionnants qui illustrent comment naît et se réalise le style d’une voiture. Mais c’est aussi l’histoire des discussions, parfois très animées, qui ont permis de trouver un compromis raisonnable pour mener à bien le projet. Mais c’est aussi l’histoire de la façon dont on arrive au sommet de la division « Design » d’un grand constructeur automobile, en devant affronter de véritables batailles au sein de sa propre entreprise pour convaincre l’ensemble du personnel de direction, présidents et PDG compris, de la validité du projet, sachant pertinemment que le style se prête aux interprétations les plus disparates.

C’est le contenu de l’autobiographie technique de la Commission européenne. Walter De Silva un designer de renommée incontestable, avec une expérience de haut niveau dans un nombre impressionnant de marques : Fiat, Alfa Romeo, Audi, Seat, Volkswagen, Skoda, Lamborghini, Bentley et Bugatti,  ainsi que des contacts directs dans Ducati et Porsche . Une longue histoire, racontée par De Silva sous une forme brillante et spontanée, dans le style classique de l’auteur qui a réussi à transférer sur le papier sa capacité d’expression dans le Design, y compris les humeurs, le pathos, les humeurs et les états d’âme qui ont caractérisé la genèse des nombreuses voitures qu’il a signées. Le tout accompagné de nombreux dessins originaux, publiés en marge du texte. L’histoire de De Silva se déroule avec aisance grâce à sa fragmentation en épisodes, dont beaucoup mettent en scène l’auteur et des noms célèbres de l’élite automobile mondiale, tels que les ingénieurs… Ghidella et Cantarella  (protagonistes de la période compliquée que le groupe Fiat a traversée dans les dernières années du siècle dernier), Avvocato Agnelli  et son frère Umberto  surtout. Et puis, les dirigeants de Groupe Volkswagen où un monarque brillant et absolu, le professeur Ferdinand Piëch petit-fils de Ferdinand Porsche . Lui qui voulait « absolument » De Silva dans le groupe.

Lire aussi:  L'étude. Livraison de colis à domicile : boom des émissions nocives

Mais les véritables vedettes sont bien sûr tous les modèles célèbres du designer milanais, comme les prototypes Alfa Romeo Proteo et Nuvola et les berlines 156 et 147. Plus encore les modèles étudiés et conçus pour le groupe VW, parmi lesquels l’Audi A6 de « troisième génération », sur laquelle a été lancée la célèbre calandre « Single Frame », au design audacieux qui embrasse toute la zone avant et qui caractérise depuis lors (2004) toute la production de la société d’Ingolstadt. Ce sont des souvenirs de journées « infernales » parsemées de succès mais aussi de batailles sans merci pour faire valoir ses idées. Tels sont les principaux ingrédients qui sonnent presque comme un véritable code à suivre pour comprendre la discipline du design automobile et le fonctionnement de certains constructeurs dans un secteur qui, bien qu’en pleine mutation, repose encore sur la passion et la créativité de ceux qui sont chargés de concevoir de nouveaux produits, tout en devant faire face aux contraintes de plus en plus fortes imposées par la transition vers une mobilité durable que l’on aimerait voir uniquement électrique d’ici quelques années…

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *