sam. Fév 4th, 2023

Une « trêve » de trois mois sur les augmentations des prix catalogue, avec « la prolongation des contrats actuels, en maintenant leurs conditions ». Car c’est vrai, 2023 verra de nouvelles hausses de prix, notamment dans le secteur alimentaire, « mais pour l’instant, le nœud du problème est de comprendre quand et combien augmenter : il y a trop d’éléments d’incertitude et les familles souffrent déjà ». Depuis son « observatoire privilégié », Francesco Pugliese directeur général de Conad le leader du secteur de la grande distribution en Italie, tente de faire le point sur une situation économique qui n’est certainement pas rose pour les familles italiennes, contraintes de modifier leurs habitudes de consommation par une inflation stable à deux chiffres. Dans le secteur, souligne M. Pugliese, « j’ai reçu 400 demandes d’augmentation des prix catalogue. Mais si les augmentations de prix sont justifiées et déjà quantifiables pour certains secteurs, je pense par exemple à la transformation des tomates, qui a déjà produit des augmentations réelles et certaines, pour de nombreux autres biens, notamment non alimentaires, on ne peut pas dire la même chose. D’autres éléments doivent également être pris en compte, notamment l’efficacité de l’entreprise individuelle. Ce qui est certain, c’est que si toutes les augmentations que l’on nous demande se concrétisaient, l’inflation grimperait à 20 %, un niveau que le pays ne peut supporter ».

Les familles, explique le numéro un de la Conad, qui détient une part de marché de 15,03% dans le secteur de la grande distribution et de 23,56% dans les supermarchés, ont déjà changé leur caddie, privilégiant les produits de distributeurs (c’est-à-dire ceux vendus sous la marque du supermarché) aux produits de marque, « qui ont représenté une grande alternative ». « Plus que de regarder les marques qui font rêver, qui ont un pouvoir évocateur, explique Pugliese, les familles s’intéressent désormais à la lecture attentive des composants de chaque produit, en les choisissant en fonction de ce qu’ils représentent d’un point de vue qualitatif ». En outre, le gaspillage diminue : les gens ont compris qu’il est plus pratique d’acheter davantage au jour le jour que de dépenser beaucoup, ce qui fait baisser le niveau des stocks. Nous le voyons dans le fait que nous faisons maintenant plus de reçus, bien que de moindre valeur. Selon le PDG de Conad, il existe également un « effet de dévalorisation de la consommation » naturel : les Italiens essaient toujours d’acheter le type de produits qu’ils aiment le plus, mais choisissent ceux qui coûtent un peu moins cher. Ce sont toutes des actions, pour Pugliese, qu' »un chef de famille, souvent la mère, a déjà mises en place. Malheureusement, nous sommes dans une économie de guerre : cela fait très mal parce que le rêve de ma génération était que nos enfants soient mieux lotis que nous, pas moins bien lotis ».

Lire aussi:  L'immobilier. L'Italie fait partie des rares pays européens où les prix des logements sont en baisse

Pour le numéro un de la Conad, « il faut défendre le pouvoir d’achat des consommateurs, mais aussi les chaînes d’approvisionnement, avec une juste rémunération des maillons de la chaîne ». Mais les changements de consommation seront-ils suffisants face aux prochaines augmentations prévisibles ? Si l’on se projette en 2023, on peut s’inquiéter, admet M. Pugliese, car nous dépensons déjà plus pour acheter moins. Et n’oublions pas que 70 % des salaires italiens sont inférieurs à 1 500 euros, ce qui rend la situation très difficile, notamment pour les familles à revenu unique. Il y a trop de facteurs de crise, c’est pourquoi j’espère que nous continuerons à investir pour réduire les coûts énergétiques, surtout pour les plus démunis. Nous lisons déjà trop de signes de ceux qui ne peuvent pas mettre un pot de nourriture sur le poêle. Nous avons recommencé à vendre très peu dans les dernières semaines du mois, lorsque les salaires sont épuisés », poursuit le PDG de la Conad, selon qui « le salaire de novembre a servi à payer les factures, pas à faire les achats de Noël ». Mais de cette façon, cela devient vraiment difficile, nous risquons aussi des tensions sociales ».

Pour Pugliese, « il faut saluer l’intervention que le gouvernement a incluse dans la manœuvre avec 500 millions d’euros en faveur des familles les plus nécessiteuses à travers des cartes prépayées (la carte d’épargne pour les dépenses, ed.), sur lesquels nous pourrions, en tant que distribution, intervenir comme nous l’avons fait lors de Covid, c’est-à-dire en accordant une remise supplémentaire, afin d’avoir un effet multiplicateur de ces fonds également. Mais nous devons croiser les doigts et espérer que le prix de l’énergie va réellement baisser. Peut-on en faire plus ? « Ce gouvernement est entré en fonction il y a quelques mois et, dans ce laps de temps, il a dû manœuvrer. Compte tenu des priorités, je pense que personne, ni eux ni personne d’autre, n’aurait pu faire plus. » Et les manifestations et les grèves de ces dernières semaines ne peuvent pas, pour M. Pugliese, être la réponse : « Protester est facile, mais nous ne voyons toujours pas de propositions. La vraie question aujourd’hui n’est pas de lever le doigt de la protestation, ou des revendications qui sont corporatistes, mais de regarder un contexte plus large, en essayant de trouver des propositions concrètes ».

Lire aussi:  Emploi. Travail domestique, défi de l'émersion

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *