dim. Jan 29th, 2023

Le Conseil des Confréries est confronté à l’une des situations les plus complexes jamais connues : il doit entamer une procédure pour la TVA qui a été facturée sur les chaises, il doit rester à l’écoute et garder les yeux grands ouverts avec l’ambitieux projet de réforme de la Semaine Sainte et, enfin, il doit maintenir la tension sur les autorités pour que, ne l’oubliez jamais, il n’y ait pas de problèmes de sécurité. La menace des Madrugonas continue. Dans les derniers jours de 2023, il a été annoncé que les tribunaux ont confirmé que les chaises de la course officielle sont exemptes de TVA. Un succès ? Ça dépend de la façon dont on voit les choses. Il faut s’attendre à ce que la procédure ait un coût en termes de frais juridiques et, en outre, le coût de devoir rembourser ce qui a été indûment facturé. Tout est bien qui finit bien, mais toujours en tenant compte de tous les autres aspects du ragoût, qui sont nombreux. Le site Président Vélez La pression des abonnés de Sierpes, à qui les chaises ont été retirées « pour des raisons exclusives de sécurité publique », commençait déjà à se faire sentir. Cela aurait dû être fait avant, mais Vélez semble avoir préféré concentrer toutes les réformes dans la même année, avec en plus le final d’un Santo Entierro Grande qui, pour la première fois, suscite des critiques, probablement parce que le motif est trop forcé et parce que nous sommes tous trop saturés. Il est temps de soutenir le président, d’être avec le Conseil dans une entreprise nécessaire (celle de Sierpes) et certainement délicate. ; La colère de ceux qui reçoivent la lettre et se retrouvent sans leurs deux, trois ou quatre chaises est monumentale.   Nous ne dirons pas que c’est une tragédie, parce qu’il y a des choses infiniment plus importantes et transcendantes, mais si la Semaine Sainte est la vie, pour beaucoup de gens la chaise est la seule façon de vivre… ces jours-là. ; Les abonnés doivent être traités avec la plus grande diligence lorsqu’ils recherchent des lieux alternatifs.   Le Conseil est assisté par le raisonMais il arrive un moment où l’émotion entre en jeu. Et là, c’est toute la compétence des employés et des collaborateurs qui fera défaut. La compensation sera difficile, mais il n’y a pas d’autre choix que d’accorder une attention personnalisée dans les jours qui suivent le tirage au sort devant un notaire pour distribuer les places gratuites. Et quel sera le prochain défi ? Pour maintenir l’ordre dans les loges des arènes, qui, aux heures de pointe, ressemblent à un souk, pour ne pas dire plus. Mais ce sera un autre front. Pour l’instant, pas à pas, ils sont bien marqués.La solution pour les personnes touchées à Sierpes, le processus de remboursement de la TVA, le résultat de la réforme des itinéraires et des horaires et la sécurité en général. Comment ne pas organiser un ad calorem au président Vélez. C’est juste et nécessaire.

Lire aussi:  George Gänswein, la version romaine de Frère Paul

L’Espérance de Morillas, la Vierge de 365 jours




À la fin de l’année, il apparaît toujours comme un nazaréen d’avance qui apporte la bonne nouvelle, comme ce premier adjoint qui va de l’avant et entre dans les rangs de la confrérie de l’année qui s’en va pour que tout soit prêt, pour que ce qui a été vécu contraste avec ce qui va être vécu, pour que l’on sente le message renouvelé d’Espérance que le chancelier Juan José Morillas nous annonce chaque année en décembre. Ces jours-ci, nous devrions lui demander un calendrier avec l’image de la Vierge et le message écrit dessus, en latin bien sûr. Juan José n’a jamais manqué de se conformer au rite, de professer un amour public et exemplaire pour sa confrérie quelles que soient les circonstances. Peu de membres de la confrérie connaîtront jamais ceux qui prennent si naturellement et si sérieusement au sérieux le fait que la confrérie est absolument au-dessus de tout. Si facile à dire et, hélas, si difficile à réaliser pour tant de personnes. Mais ce n’est pas le cas de ce Morillas qui ne se lasse pas de se rendre à l’atrium. L’année peut se terminer sereinement, la vieille fraternité peut passer, nous laissant les contrastes d’ombre et de lumière qui marquent toute existence, et le cortège des jours nouveaux peut entrer fort et animé. Avec les jours qui passent et avec ceux qui viennent, toujours l’Esperanza de Morillas, sur la table de travail, comme une lampe allumée pour que la Vierge ne manque pas comme sentinelle sûre des heures. Car Esperanza sort à l’aube, mais elle est la Vierge des 24 heures et des 365 jours de l’année. La Vierge du calendrier d’un Macareno qui connaît le latin.

Lire aussi:  Les images de la vénération de Notre-Dame de Grâce et d'Espérance de San Roque

Le poisson rapide et la Divina Pastora de Santa Marina

Sourires, réflexions, défis pour l’avenir… Une rencontre du berger avec les moutons, jamais mieux dit. Mouton très actif. L’archevêque a reçu le conseil d’administration de la Divina Pastora de Santas Marina, dirigé par son frère aîné, Andrés Martín. Monseigneur Saiz a adressé quelques mots d’encouragement aux frères et sœurs de Gloria pour qu’ils persévèrent dans leur travail. Parmi eux se trouvait Francisco Javier Segura, un brillant prédicateur de la Semaine Sainte. Monseigneur Saiz a reçu plusieurs cadeaux, dont une boîte de bonbons avec l’image mariale sur le couvercle, dont la corporation collecte des fonds à des fins caritatives et pour la conservation de son vaste patrimoine historique. Monseigneur Saiz a expliqué aux confrères les critères pastoraux et spirituels à suivre à l’avenir et il y a eu de nombreux moments de bonne humeur. Le soutien de leur directeur spirituel, l’infatigable Don Pedro Rodríguez Molina, n’a pas manqué. Au cours de l’audience, la Pastora a remis à l’archevêque un relief avec une version imagée de sa sainte patronne, ainsi que ses célèbres mantecados ou « bonbons de la Pastora », la boîte susmentionnée qui a parcouru la moitié de l’Espagne avec l’effigie de la Bergère divine sur le couvercle de ses boîtes. L’Archevêque a été agréablement surpris par la force de cette Fraternité, certes petite, mais vraiment grande par son histoire et en avance sur beaucoup d’autres. Il a accepté le poste de vice-chancelier de la confrérie, une sorte de « direction spirituelle honoraire » déjà occupée par des cardinaux et des archevêques de la stature de Marcelo Spínola et d’Amigo Vallejo lui-même, qui a reçu la nouvelle de sa nomination comme cardinal aux pieds de la Bergère dans la cathédrale il y a presque vingt ans.  » Le poisson rapide mange le poisson lent « , un dicton que l’archevêque a composé pour louer l’immédiateté avec laquelle la Pastora de Santa Marina répond toujours à n’importe quel besoin, qu’il s’agisse d’une pandémie, du rétablissement du culte processionnel public ou de toute autre cause. Il s’agit d’un nouveau succès pour Andrés Martín et son équipe, qui n’ont de cesse de maintenir la Pastora Primitiva au sommet des falaises des Glorias de Sevilla.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *