mer. Avr 24th, 2024

Finies les longues files d’attente pour obtenir son scanner leur iris en échange de crypto-monnaies.  . Les cabines qui avaient été installées dans certains centres commerciaux ont maintenant fermé leurs portes, au moins pour trois mois. L’Agence espagnole de protection des données a interdit cette pratique après que de nombreux utilisateurs l’ont dénoncée comme une pratique de « spamming ». manque d’information .

Une telle vente d’iris peut être dangereuse car ces données biométriques pourraient être utilisées de manière illicite . L’avocat numérique Elena Gil  a expliqué à Antena 3 Noticias que la mesure prise par l’Agence espagnole de protection des données est une mesure de précaution « parce que dans ce cas précis il y a plus de questions que de réponses « . Il est à espérer qu’au cours des mois pendant lesquels la pratique sera interdite, la question sera clarifiée. Dans le cas contraire, la mesure pourrait être prolongée.

« À partir de la photo de l’iris, ils prennent un code et ce code est utilisé pour identifier que vous êtes unique ».

« En plus de demander à l’entreprise d’arrêter le balayage, ils ont demandé que de bloquer les informations obtenues  jusqu’à présent et qu’ils ne les utilisent pour rien », parce que pour l’instant on ne sait pas très bien à quoi il pourrait servir a-t-elle expliqué.

L’avocate a rencontré Worldcoin l’entreprise qui réalise cette pratique, et a assuré qu’elle « a confirmé qu’avec l’iris, elle n’a pas besoin d’avoir recours à un système d’authentification ». sont en mesure d’extraire des données de santé supplémentaires mais certaines questions ne sont toujours pas claires ». En effet, « à partir de la photo de l’iris, ils extraient un code et ce code est utilisé pour identifier que vous êtes unique ». on ne sait pas encore ce que cela signifie et à quoi cela servira. . « Nous devons attendre », a-t-il déclaré.

Pour ceux qui ont vendu leur iris, il assure qu’il n’y a pas d’échappatoire juridique pour les défendre : « Il s’agit d’une donnée personnelle (l’iris) et elle est donc réglementée par la législation européenne ». Cette réglementation prévoit notamment que la personne qui fournit ces données doit être majeure. Elena Gil estime que « désormais nous devrons voir s’il est nécessaire de modifier le règlement ». « parce qu’il prévient que, dans ce cas, il s’agit de données à caractère personnel. « plus sensibles ».  que d’autres, parce qu’il est biométrique.

Suivez-nous sur notre Canal WhatsApp  et ne manquez pas les dernières nouvelles de antena3noticias.com

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *