lun. Juin 24th, 2024

Dans un monde confronté à l’escalade des conflits et aux conséquences du changement climatique, la sécurité alimentaire de plus de 735 millions de personnes est menacée, les prix des denrées alimentaires seraient en baisse et au plus bas depuis trois ans, février 2021 . Il s’agit d’une bonne nouvelle, après la flambée des prix de 2022, due également à la hausse des prix de l’énergie, bien que d’autres facteurs compromettent déjà l’approvisionnement alimentaire de communautés entières. Selon le rapport mensuel de la FAO, après la baisse de 13,7 pour cent enregistrée en 2023, les prix des denrées alimentaires ont encore baissé de 1 pour cent au niveau international en janvier, sous l’effet des baisses des prix des céréales (-2,2 pour cent en janvier) et de la viande. En glissement annuel, l’indice est en baisse de 10,4 %.

Le principal facteur de cette baisse a été la blé tandis que les prix des céréales panifiables ont baissé sous l’effet de la forte concurrence entre pays exportateurs et de l’arrivée des récoltes dans l’hémisphère sud. Les prix des maïs  a baissé avec le début de la récolte en Argentine et des stocks plus élevés que prévu aux Etats-Unis. En revanche, les prix du riz, aliment de base dans de nombreux pays, ont augmenté de 1,2 %, « reflétant une forte demande de riz indica de haute qualité en provenance de Thaïlande et du Pakistan et des achats supplémentaires en provenance d’Indonésie », souligne l’agence des Nations unies. L’indice des prix des huiles végétales a augmenté de 0,1 pour cent, tandis que l’indice des prix des produits laitiers s’est stabilisé et que celui de la viande a baissé pour le septième mois consécutif, de 1,4 pour cent. « L’offre abondante des principaux pays exportateurs a réduit les prix internationaux de la volaille, du bœuf et du porc », ajoute la FAO. Enfin, l’indice des prix du sucre a augmenté de 0,8 pour cent, en raison des « préoccupations concernant l’impact probable des précipitations inférieures à la moyenne sur les récoltes de canne à sucre au Brésil, prêtes à démarrer en avril, ainsi que des perspectives de production défavorables en Thaïlande et en Inde ».

Le dernier rapport sur « L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde », publié par les Nations unies en juillet dernier et portant sur les données de 2022, a révélé que la faim touche en moyenne 735 millions de personnes dans le monde, soit une augmentation de 122 millions par rapport à 2019, l’année précédant l’apparition de la pandémie de Covid-19. Ce chiffre ne tient pas encore compte des conséquences des conflits qui ont éclaté par la suite et des catastrophes climatiques de ces deux dernières années, et risque donc d’être sous-estimé. « De nombreuses régions de la planète sont aujourd’hui confrontées à une résurgence des crises alimentaires », souligne l’ONU. Malgré les progrès accomplis dans la lutte contre la faim en Asie et en Amérique latine, en 2022, le phénomène semble encore s’amplifier en Asie occidentale, dans les Caraïbes et dans toutes les sous-régions du continent africain. Avec une personne sur cinq souffrant de la faim, soit plus du double de la moyenne mondiale, l’Afrique reste la région la plus touchée ».

Les motifs d’inquiétude ne manquent pas non plus en 2024, à commencer par l’escalade du conflit au Moyen-Orient, qui pourrait faire grimper les prix des denrées alimentaires en raison de l’augmentation des coûts de production et de transport. Mais ce n’est pas tout : le phénomène climatique El Niño, qui durera au moins jusqu’en avril, pourrait aggraver les sécheresses et les inondations dans des régions telles que l’Afrique du Nord, l’Asie du Sud, l’Amérique centrale et l’Australie. Parmi les autres facteurs de risque figurent les restrictions à l’exportation, telles que celles décidées par l’Inde, qui a interdit l’exportation de riz basmati à titre préventif pour contrer son éventuelle pénurie sur les marchés en raison d’El Niño. D’autre part, les conditions macroéconomiques mondiales, telles que la flambée des taux d’intérêt des banques centrales et l’augmentation des coûts de financement qui affectent les prêts et les investissements dans l’agriculture et les exportations. La tendance positive à la baisse des prix des denrées alimentaires est donc confrontée à un certain nombre de risques qui ne garantissent ni la poursuite de cette trajectoire ni une diminution parallèle de l’indice de la faim dans le monde, même s’il s’agit certainement d’un premier pas dans la bonne direction.

© reproduction réservée

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *