mar. Juin 18th, 2024

En renforçant et en élargissant les politiques actives du travail, en augmentant l’enseignement supérieur et en réduisant l’écart entre les sexes sur le marché du travail, avec plus de femmes dans les différents secteurs, le PIB par habitant de l’Italie pourrait augmenter de 3,5 % d’ici à 2050. Un rapport de l’OCDE sur l’Italie met noir sur blanc ces chiffres en soulignant le poids des Neet, ceux qui n’étudient pas et ne travaillent pas, avec un taux de 23%, inférieur seulement à celui de la Colombie et de la Turquie.

La cause de la faible participation des femmes au marché du travail est due – souligne l’OCDE – non seulement à un problème de soins concentrés sur les femmes et à la présence de stéréotypes dans le parcours éducatif qui poussent très souvent les filles hors des filières (celles qui permettent ensuite d’entrer plus facilement sur le marché du travail avec des salaires plus élevés), mais aussi à un nœud fiscal. « Si, d’une part, le calcul de l’impôt sur la base du revenu individuel et non plus conjoint du ménage et l’introduction récente d’un complément à l’allocation parentale pour le second apporteur de revenu (allocation universelle unique) incitent les femmes à participer au marché du travail », souligne l’OCDE, le système de prélèvements et de prestations reste, en principe, favorable aux ménages à un seul revenu. Cela reflète dans une large mesure les prestations sociales conditionnées par le revenu du ménage et le crédit d’impôt pour conjoint à charge, qui devraient être progressivement supprimés ».

Toujours selon l’OCDE, l’augmentation du nombre d’inscriptions dans l’enseignement supérieur pourrait accroître le PIB par habitant de 1,5 %. « La part des diplômés universitaires dans la population âgée de 25 à 34 ans, écrit l’organisation, est la deuxième plus faible de l’OCDE après le Mexique, et de nombreux diplômés récents émigrent. Entre 2011 et 2021, l’émigration nette cumulée des nouveaux diplômés a été d’environ 110 000 personnes ». L’OCDE souligne également que notre système universitaire pénalise les chercheurs les plus brillants, les poussant à émigrer en raison de la faiblesse des salaires et de l’absence d’incitations liées aux performances. Des conditions de travail plus attrayantes et un lien nettement plus étroit entre les performances et la rémunération sont nécessaires », indique l’OCDE. Le salaire moyen des chercheurs italiens est faible par rapport à celui de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, en particulier au niveau de l’entrée. Cette situation décourage les chercheurs talentueux de poursuivre une carrière universitaire, ce qui prive les universités italiennes des meilleurs talents en matière de recherche ».

Mais c’est sur les politiques actives que le défi des prochains gouvernements devrait se concentrer, avec une amélioration qui pourrait représenter 1 % du PIB. L’introduction de l’allocation de formation (Support for Training and Work) qui remplacera le revenu de citoyenneté pour les personnes aptes au travail pourrait conduire – selon l’OCDE – à des économies budgétaires d’environ 1 % du PIB à court terme, mais « risque d’atteindre ces résultats au prix d’une augmentation de la pauvreté des bénéficiaires, en particulier de ceux qui ne peuvent accéder à une formation adéquate ou qui ont atteint la durée maximale de l’allocation ». Selon l’OCDE, « les incitations financières liées à la prise d’emploi doivent être renforcées » et « le système de formation doit être amélioré de manière décisive ». La création d’une nouvelle plateforme numérique (Système d’information pour l’inclusion sociale et professionnelle, Siisl) est une étape positive ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *