sam. Fév 24th, 2024

Respect et humanité dans la gestion du travail et la protection des personnes mais aussi l’attention portée à l’environnement et à des habitudes de consommation saines  sont les lignes fondamentales indiquées par le Pape lors de son audience avec les participants à la conférence « L’économie de François et le monde du vin italien ». 

Selon le pape François Vinitaly ー qui, depuis plus de 50 ans, est l’un des principaux événements internationaux consacrés au vin et aux spiritueux ー est certainement « une réalité significative, tant sur la scène viticole italienne qu’internationale ». Il est donc important de réfléchir ensemble « aux aspects éthiques et aux responsabilités morales que tout cela implique », en commençant par la valeur fondamentale qu’est le respect.

Le mot « respect » est au cœur du discours  qui « dans votre travail, est certainement fondamental : pour un produit de qualité, en effet, l’application des techniques industrielles et de la logique commerciale ne suffit pas ; la terre, la vigne, les processus de culture, de fermentation et de maturation demandent de la constance, ils demandent de l’attention et ils demandent de la patience. « Le respect, la constance, la capacité de tailler pour porter du fruit » sont définis par François comme « des messages précieux pour l’âme, que l’on apprend des rythmes de la nature, de la vigne et de la transformation ». « qui implique une infinité de compétences, « liées au partage d’un savoir pratique, d’un savoir de vie, d’une expérience spécifique à acquérir sur le terrain, plus on s’implique dans la dimension humaine de ce que l’on fait ».

Lire aussi:  Données. L'Istat revoit à la hausse ses estimations de croissance : le PIB devrait atteindre +1,2 % en 2023

« Et si le respect et l’humanité sont valables dans l’utilisation de la terre, ils sont encore plus décisifs dans la gestion du travail, dans la protection des personnes et dans la consommation des produits, afin de faire mûrir, au niveau des individus et des entreprises, cette capacité de « dépassement de soi, en brisant la conscience isolée et l’autoréférentialité », qui « rend possible toute attention aux autres et à l’environnement », en considérant « l’impact causé par chaque action et chaque décision personnelle en dehors de soi », a-t-il ajouté, en citant l’encyclique Laudato si’. En effet, le « soin authentique de notre propre vie et de nos relations avec la nature est inséparable de la fraternité, de la justice et de la fidélité aux autres ». 

Le vin, la terre, les compétences agricoles et l’activité entrepreneuriale sont des dons de Dieu, mais n’oublions pas que le Créateur nous les a confiés », a rappelé le pape en conclusion, « à notre sensibilité et à notre honnêteté, afin que nous en fassions, comme le dit l’Écriture, une véritable source de joie pour « le cœur de l’homme », et de tout homme, pas seulement de ceux qui ont le plus de possibilités ».

Avec Vinitaly », a commenté le président de VeronaFiere, Federico Bricolo, en remettant au pape un carreau du portail de la basilique de San Zeno représentant les vendanges, « nous valorisons le patrimoine œnologique de notre communauté, afin que le vin continue d’être un élément de cohésion sociale et d’ouverture au dialogue ».

L’audience avec le Pape s’inscrit dans le cadre de l’initiative « L’économie de François et le monde du vin italien » organisée par Veronafiere-Vinitaly en collaboration avec le diocèse de Vérone et avec le soutien de la Banca Generali et de Generali Italia, par l’intermédiaire de son unité d’affaires de Cattolica. Plus précisément, la Banca Generali a décidé de soutenir cet événement car elle travaille depuis longtemps aux côtés des PME et du secteur vitivinicole pour accompagner les producteurs dans les défis de la protection et de la planification des actifs dans le temps.

Lire aussi:  Banques. Pour les micro-entreprises, il s'agit déjà d'un "resserrement du crédit".

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *