jeu. Juin 20th, 2024

« L’activité économique a bien résisté aux crises récentes, mais la croissance ralentit actuellement dans un contexte de resserrement des conditions financières. Compte tenu du niveau élevé de la dette publique, les finances publiques doivent être consolidées ». Et encore : « La dette publique, exprimée en pourcentage du PIB, est l’une des plus élevées au monde.OCDE . Compte tenu des fortes pressions budgétaires qui se profilent à l’horizon, des réformes de la fiscalité et des dépenses sont nécessaires pour aider à ramener la dette sur une trajectoire plus prudente ».

Ce sont deux des annotations contenues dans le document d’études économiques de l’OCDE sur Italie 2024, publié ce matin, qui souligne, entre autres, que notre pays est « fortement exposé aux conséquences du changement climatique, comme l’ont montré les récents événements météorologiques extrêmes ». Pour la période biennale 2024-2025, les projections de l’OCDE prévoient une croissance économique « modérée ». L’inflation « devrait diminuer progressivement, le choc des matières premières énergétiques ayant entraîné des pressions plus larges sur les prix, qui mettront du temps à se dissiper ».

Le document souligne que « la crise énergétique a déclenché un ralentissement de l’activité ». En outre, « un large soutien budgétaire et une compétitivité accrue ont contribué à ramener le PIB réel à son niveau d’avant la pandémie à la mi-2021, et le chômage à des niveaux historiquement bas. Cependant, la hausse de l’inflation dans le sillage de la crise énergétique a érodé les revenus réels des ménages, et le resserrement de la politique monétaire de la zone euro a entraîné une augmentation rapide des coûts de financement pour les ménages, les entreprises et les gouvernements. » Depuis le second semestre 2022, « les taux de prêt aux ménages et aux entreprises ont augmenté d’environ 3 points de pourcentage. La croissance du crédit est devenue négative et le marché du logement s’est affaibli ».

L’OCDE note que les aides publiques liées à la crise énergétique « ont été partiellement retirées et devraient prendre fin, mais le Plan national de relance et de résilience (PNR) et les réductions ciblées de l’impôt sur le revenu soutiennent la demande. Si les prix de l’énergie devaient à nouveau augmenter considérablement, seules les mesures ciblant les ménages les plus pauvres devraient être réintroduites ». Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques, « l’économie est confrontée à des défis liés à une faible croissance de la productivité, à une faible participation au marché du travail, en particulier des femmes, et à une pauvreté relativement élevée. Un ensemble complet de réformes sera nécessaire pour passer à une croissance basée sur l’innovation tout en renforçant l’inclusion ».

Sur le plan environnemental, l’OCDE souligne également que « le rythme des réductions d’émissions s’est ralenti au cours de la dernière décennie avec la reprise de la croissance et l’assouplissement des mesures de soutien à la décarbonisation. Pour atteindre l’objectif intermédiaire d’une réduction de 55 % des émissions d’ici 2030 (par rapport aux niveaux de 1990), il faudra accélérer le rythme de réduction des émissions. La fixation d’un objectif légal de zéro émission nette d’ici 2050 et la création d’un comité climatique indépendant chargé d’évaluer les politiques et de fournir une assistance pourraient contribuer à renforcer la responsabilité du gouvernement ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *