dim. Juin 23rd, 2024

Entre dire et importer, il y a près de 10 000 kilomètres de distance, mais surtout une vision culturelle et réglementaire aux antipodes. Cependant, la possibilité de voir des voitures kei sur les routes européennes  n’est plus aussi éloignée qu’elle ne l’était. Car, étonnamment, la « bénédiction » politique est également venue de Luca de Meo, PDG du groupe Renault et président de l’Acea (l’association des constructeurs européens) qui, dans une récente analyse de l’industrie engagée dans la transition verte, nous a invités à regarder « ce que les Japonais ont créé avec les kei cars, l’exemple parfait de ce que nous devrons également faire ». En outre, le dirigeant italien demande un soutien financier, des subventions à l’achat, une réduction des péages et des politiques qui rendent les véhicules plus écologiques. petites voitures  accessibles aux centres-villes, à l’instar des kei cars au Soleil Levant.

Bref, l’heure est (peut-être, il faut bien le dire) à l’arrivée des l’un des symboles de l’automobile japonaise qui a été créé dans les ruines de la Seconde Guerre mondiale pour aider le pays à se relever. Les voitures Kei sont des voitures pour quatre personnes dont les dimensions maximales sont fixées par la loi 3,40 mètres de longueur, 1,48 de largeur et pas plus de 2 mètres de hauteur : d’où des carrosseries très hautes (presque caricaturales) pour assurer une bonne habitabilité dans une longueur réduite, près de 30 cm de moins qu’une Panda. La cylindrée maximale est de 660 cm3, la puissance maximale de 64 ch. Mais elles sont très populaires au Japon : 1,22 million ont été immatriculées en 2022, soit une part de marché de 36%. Le leader du marché est Suzuki  avec 377 605 unités, ce qui explique pourquoi la société Hamamatsu, voyant la demande de voitures compactes et compétitives, envisage sérieusement de les mettre sur le marché. Leur prix – traduit en euros – varie de 6 500 euros pour les modèles de base à 12 000 euros et plus pour les modèles raffinés.  Et ce n’est pas tout, ils bénéficient d’une bonne avantages fiscaux  au moment de l’achat, les avantages liés à l’utilisation, tels que le droit de timbre et la taxe sur la valeur ajoutée. péages réduits  e taux d’assurance  des tarifs plus bas.

L’un des lieux communs qui a jusqu’à présent empêché son arrivée sur le Vieux Continent est la (prétendue) dangerosité  de petits véhicules légers qui, de surcroît, sont idéaux pour les manœuvres de circulation urbaine. Mais s’il s’agit bien de voitures, les les systèmes de sécurité et d’aide à la conduite sont de haut niveau certifiés selon les normes japonaises JNcap, comparables à EuroNcap. Six airbags sont obligatoires, tandis que l’alerte de franchissement de ligne, le freinage d’urgence automatique, la reconnaissance des panneaux de signalisation et l’alerte de fatigue sont de série sur la plupart des modèles en vente. Une autre particularité des kei-cars doit être soulignée : ce sont des voitures qui nécessitent peu de matériaux pour être construites, elles ont donc un impact limité sur le coût pour le constructeur, mais surtout elles prennent peu de place, consomment peu et émettent peu, elles sont donc (paradoxalement) plus vertes que beaucoup de modèles électriques. Ce qui manque finalement, c’est une législation spécifique en matière d’homologation pour une nouvelle catégorie de voitures. En attendant, Suzuki envisage sérieusement d’importer la Hustler,  un crossover en miniature : à mi-chemin entre le Jimny et le Wagon R+ en taille et avec un air de mini-Hummer qui vous met immédiatement de bonne humeur.

La face avant s’inspire des véhicules tout-terrain avec des phares ronds, une calandre chromée et un puissant pare-chocs avec des inserts en plastique rugueux. La carrosserie est très carrée, soulignée par quelques lignes droites sur les côtés et des passages de roues en plastique foncé. La peinture bicolore orange et noire éclaircit l’aspect de l’arrière, en masquant la lunette arrière verticale. Les dimensions ressemblent à s’y méprendre à celles d’une kei car : longueur de 3,39 mètres, largeur de 1,47 et hauteur de 1,68 pour un poids de 830 kg. Disponible en traction avant ou intégrale, elle est équipée d’un trois cylindres turbo avec intercooler développant 64 ch de puissance et 98 Nm de couple, que le moteur électrique de 2 kW transforme en mild hybrid selon le schéma éprouvé de Suzuki. La boîte de vitesses CVT, grâce aux palettes au volant, qui se trouve pour l’instant à droite du tableau de bord, peut également être utilisée en mode manuel à sept vitesses. Les émissions sont estimées à environ 75 g/km tandis que la consommation déclarée est extraordinaire, 23-24 km/litre. Le moindre espace de l’habitacle est exploité pour des rangements de formes et de tailles diverses, et un panier amovible est dissimulé sous le coussin du siège passager. En outre, l’inclinaison des sièges permet de créer une surface parfaitement plane pour accueillir toutes sortes de bagages ainsi que deux personnes pour une nuit de camping, une caractéristique très appréciée au Japon, aussi spartiate soit-elle. Les prix et la date d’arrivée sur le marché n’ont pas encore été fixés, mais il ne fait aucun doute que les prémisses du Hustler sont intéressantes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *