sam. Fév 24th, 2024

Quelqu’un a déjà suggéré que la pire chose à propos du Forum annuel de Davos  est que les « maîtres de l’univers » se croient investis d’un rôle de bienfaiteurs, dans un monde plein d’inégalités que les participants au Forum ont eux-mêmes, d’une manière ou d’une autre, plus ou moins contribué à créer. Au point que les mêmes Davos  risque d’être, pour la 54e fois, une performance rhétorique fatiguée et répétée, dans laquelle ceux qui n’ont pas réussi à apporter des solutions et à assouplir leurs positions, expliquent à la scène mondiale comment faire ce qu’ils ont eux-mêmes été incapables de faire jusqu’à présent.

À propos : Y a-t-il jamais eu un Forum économique mondial dans un contexte géopolitique aussi compliqué et avec autant de crises ouvertes, de la guerre à Gaza et en Ukraine à l’explosion de la crise de la dette et à l’augmentation du coût de la vie ?  Dans le Davos suisse  plus de 2 800 dirigeants politiques et représentants de l’industrie, de la finance et de nombreux autres secteurs se réuniront à partir de lundi. Les analystes, selon un rapport publié à la veille de la réunion, s’attendent à ce que le monde soit de plus en plus fragmenté, à ce que les moyennes et grandes puissances s’affrontent et à ce que les événements météorologiques extrêmes et la désinformation délibérément alimentée par l’intelligence artificielle constituent les plus grands risques mondiaux au cours des deux prochaines années.

Déjà dans les mois à venir, avec de nombreux événements électoraux, des élections présidentielles aux États-Unis et en Russie aux élections européennes, pour n’en citer que quelques-uns, « l’utilisation généralisée de la désinformation et des outils pour la diffuser peut saper la légitimité des gouvernements nouvellement élus », prévient le rapport, selon lequel « les troubles qui en résulteraient pourraient aller des protestations violentes et des crimes de haine à l’agitation civile et au terrorisme ». Sans parler des risques environnementaux, y compris la perte de biodiversité, résultant d’un changement climatique de plus en plus extrême et de l’utilisation possible de l’intelligence artificielle à des fins contraires à l’éthique.

Lire aussi:  Achetez l'action Air Liquide maintenant et profiter de sa hausse !

C’est également la raison pour laquelle le Forum de Davos  a choisi de mettre l’accent dans son le thème de cette année, à savoir « Reconstruire la confiance  qui est perçu par les organisateurs comme de plus en plus nécessaire. Le dialogue, la coopération et le partenariat – dans un monde aux prises avec des conflits et des fermetures, même sur le front commercial, voir les tendances protectionnistes et les affrontements récurrents entre l’UE, la Chine et les États-Unis – deviennent des impératifs clés pour la croissance économique, la sécurité énergétique, la gouvernance technologique, le développement et la transition écologique. « Nous sommes confrontés à un monde fragmenté et des divisions sociales croissantes entraînant une incertitude et un pessimisme omniprésents. Nous devons rétablir la confiance dans notre avenir en allant au-delà de la gestion des crises, en examinant les causes profondes des problèmes actuels et en construisant ensemble un avenir plus prometteur », a-t-il souligné. Klaus Schwab, fondateur et président du conseil d’administration de la  Forum économique mondial .

L’objectif déclaré des organisateurs est donc de « revitaliser et réimaginer la coopération nécessaire pour faire progresser la résilience et la sécurité ; relancer la croissance économique qui améliore le niveau de vie ; poursuivre une action rapide qui protège le climat et la nature tout en sécurisant l’énergie ; veiller à ce que les développements technologiques soient inclusifs ; investir dans les personnes et les opportunités d’équité ». . De bonnes intentions qui risquent, sans ouvertures majeures, de rester de simples bonnes intentions.

Une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement  dont la présence a été confirmée, du président français Emmanuel Macron au premier ministre chinois Li Qiang, du président argentin Javier Milei au président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres seront également présents. 

Lire aussi:  Giulia SWB Zagato. A la découverte de la supercar qui fait rêver les Alfistes

Sur le front de la coopération malgré un contexte mondial plus tendu, les sessions de Davos examineront les partenariats régionaux et les possibilités de renforcer la collaboration Nord-Sud  et envisageront des mesures visant à mettre en place un système commercial plus efficace et inclusif, avec des initiatives clés telles que l’Alliance mondiale pour la facilitation des échanges et l’initiative TradeTech.

En ce qui concerne l’économie, les questions des stratégies industrielles, de la dette, de la nouvelle réalité des taux élevés prolongés et des perspectives d’emploi seront abordées. avec la participation de dirigeants d’organisations internationales, d’institutions financières et d’économistes de haut niveau. En ce qui concerne le climat, la nature et l’énergie, le point de départ sera les résultats de la Cop28 à Dubaï. sur la base desquels une dynamique se met en place pour accroître le déploiement des énergies renouvelables, promouvoir l’efficacité énergétique, répondre à la demande d’énergie et protéger et restaurer l’environnement. Les sujets de discussion ne manquent évidemment pas.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *