mer. Fév 28th, 2024

Nouvelle année, nouvelles hausses de prix. De la table aux factures des services publics, de la téléphonie à la Rc auto, 2024 réserve aux familles italiennes de nouvelles augmentations pour de nombreuses dépenses quotidiennes qui pèseront sur le budget des ménages, déjà éprouvé par une année où l’inflation a explosé, à l’exception du ralentissement de décembre.  
Entre les augmentations des prix catalogue déjà prévues dans certains cas et celles attendues ou en tout cas redoutées dans d’autres, les associations de consommateurs ont estimé qu’il y a un risque de dépenser un millier d’euros de plus par famille. Selon le Codacons, la facture pourrait augmenter de près de mille euros (974 euros précisément) par ménage au cours de l’année 2024. Parmi les postes qui pèsent lourd, il y a aussi le coût élevé de la téléphonie : l’association de consommateurs Assoutenti a notamment estimé la facture totale à 770 millions d’euros de plus à partir de janvier, les tarifs des services de réseau fixe, de téléphonie mobile et d’internet étant appelés à augmenter. Les familles devront donc mettre la main au portefeuille et se préparer à des hausses de prix qui, dans certains cas, pourraient être particulièrement importantes.
Même pour l’alimentation et les boissons, qui sont déjà en forte hausse depuis deux ans, on s’attend à une augmentation des dépenses, estimée à +231 euros par famille.  En outre, selon Altroconsumo, il y a déjà eu des augmentations de prix de 2 % pour le dîner de la Saint-Sylvestre. Selon une enquête de l’Unione Consumatori au Piémont, le dîner du réveillon a coûté en moyenne 6 % de plus qu’en 2022, et 80 % des Piémontais ont passé la fête à la maison avec des amis et des parents, tandis que seulement 15 % ont réservé pour des fêtes ou des restaurants. Dans le même temps, Altroconsumo – qui utilise les prix relevés par Mkgsm dans les supermarchés, les hypermarchés et les magasins discount de 15 régions italiennes en visitant plus de 130 points de vente appartenant à 18 marques différentes – a signalé des hausses de prix moyennes de 13 % pour les cotechini et les zamponi sur les produits généralement aimés et consommés pour le réveillon du Nouvel An, certains produits dépassant 20 %. Des hausses plus modestes ont été observées pour les lentilles (+3 %), tandis que le saumon coûtait jusqu’à 4 % de moins qu’en 2022. Les prix sont stables en moyenne pour le panettone et le pandoro ; les fruits ne sont pas en reste, avec une hausse de 12 % pour les dattes et de 7 % pour les figues sèches. Les vins effervescents clôturent la liste des achats de la Saint-Sylvestre établie par Altroconsumo, avec des hausses moyennes de 4 %. Mais selon le produit choisi, on peut même dépenser 20 % de plus. Les produits plus chers, tels que les champagnes français et les vins mousseux italiens de méthode classique, ont enregistré des hausses plus modérées.
Des dépenses alimentaires aux transports : la situation n’est pas meilleure pour ceux qui ont l’intention d’utiliser la voiture, le train ou l’avion, qui ont déjà connu des augmentations substantielles en 2023, qu’il s’agisse du coût de l’essence ou du prix des billets d’avion. En 2024, une famille moyenne pourrait se retrouver à dépenser 160 euros de plus par an. Un autre point sensible est le Rc auto : un ménage possédant deux voitures dépensera 62 euros de plus qu’en 2023 rien que pour la couverture d’assurance, a encore estimé Codacons. 
Venons-en à la maison. Si la politique de hausse des taux imposée par la BCE semble terminée pour les crédits hypothécaires, avec pour conséquence que de nouvelles hausses de taux pourraient ne pas être déclenchées au cours de l’année 2024, il n’en va pas de même pour les crédits immobiliers. pour le secteur de l’énergie, où « de lourdes inconnues règnent » : la fin du marché protégé du gaz (prévue pour le 10 janvier 2024) et de l’électricité (juillet 2024) entraînera inévitablement – selon Codacons – des hausses de taux. Dans ce cas, l’augmentation des dépenses pourrait s’élever à 220 euros de plus par an et par ménage. 
Ensuite, il y a les ajustements tarifaires dans le secteur de la téléphonie, plusieurs opérateurs ayant déjà annoncé des augmentations pour la nouvelle année : une dépense plus élevée de +30 à +35 euros par ménage.  Encore plus pour Assoutenti : « Rien que pour les augmentations déjà communiquées par les opérateurs, la dépense supplémentaire peut atteindre +60 euros par an et par utilisateur, en fonction de l’offre souscrite », a déclaré le président Gabriele Melluso. Ensuite, poursuit-il, des ajustements tarifaires liés à l’inflation s’ajouteront, pour un montant compris entre +27 et +30 euros par an et par famille, soit une ponction qui pourrait atteindre un total de 770 millions en 2024.
La liste des hausses de prix estimées par Codacons se poursuit avec les banques (+18 euros par ménage pour les services financiers et bancaires), les tarifs locaux (+60 euros pour les déchets, l’eau), les bars et restaurants (+68 euros par an et par ménage pour les repas et les sorties). Le tourisme n’est pas en reste, avec des hausses de prix qui affecteront les structures d’hébergement, les forfaits vacances, les établissements balnéaires et divers services : 120 euros de plus en moyenne par ménage.

Lire aussi:  Découvrez pourquoi investir dans l'action Vinci est la meilleure décision à prendre en ce moment !

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *