ven. Avr 19th, 2024

Les pays de l’UE ont bloqué l’accord politique conclu provisoirement le 12 décembre dernier sur de nouvelles réglementations visant à protéger l’environnement. cavaliers et les travailleurs des plateformes comme Uber, Deliveroo et Glovo.

« Aujourd’hui, l’accord provisoire de l’UE sur les travailleurs des plateformes n’a pas été soumis au vote du Coreper, le Comité des représentants permanents. » expliqué le rapporteur de la mesure, l’eurodéputée PD Elisabetta Gualmini. Plus précisément, il n’y a même pas eu de vote formel, car il était clair qu’il n’y aurait pas de majorité. Selon Euroactiv, les pays baltes, la République tchèque, la France, la Hongrie et l’Italie ont formellement dit non à un accord qu’ils considéraient comme trop éloigné de la version de la directive du Conseil de l’UE.

La présidence espagnole a décidé de reporter le vote.  Cela signifie que les négociations se poursuivront sous la présidence belge et qu’à partir de janvier, les trilogues reprendront. « Le Parlement est uni, il dispose d’une très large majorité et a fait pleinement son travail », a poursuivi M. Gualmini, soulignant également que « les négociations européennes sont longues et ardues », mais espérant que « nous ne disons pas non à 30 millions de travailleurs qui attendent des protections sociales équitables et à de nombreuses plateformes qui ne veulent pas de concurrence déloyale dans le marché unique européen ».

A partir du 1er janvier, la Belgique prendra la présidence de l’UE et pourra rouvrir les négociations. 

« Les travailleurs des plateformes numériques méritent des droits. La directive promue par la présidence espagnole garantit de nouveaux droits à 30 millions de travailleurs, mais l’extrême droite et les libéraux ont empêché son approbation. Nous continuerons à travailler pour une vie meilleure », a écrit X, l’ex-Twitter Yolanda Díaz, vice-premier ministre et ministre du travail espagnol, à propos de l’incapacité des pays de l’UE à se mettre d’accord sur de nouvelles règles visant à protéger les utilisateurs et les travailleurs de plateformes telles qu’Uber, Deliveroo et Glovo.

Le résultat du 12 décembre a été salué comme un accord révolutionnaire le premier cadre réglementaire pour les travailleurs de toutes les plateformes numériques qui vise à garantir la classification correcte du statut d’emploi d’au moins 5,5 millions de personnes en Europe. Et comme leurs performances professionnelles sont contrôlées par un algorithme, ils ne peuvent pas être considérés comme des travailleurs indépendants.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *