ven. Avr 19th, 2024

Elle reconnaît son erreur et annonce qu’elle fera un don de 1 million d’euros à une association caritative. Même si elle insiste pour faire appel à l’Agcom et ne parle que d’une « erreur de communication » et de « malentendus ». Bref, Chiara Ferragni tente de s’excuser. Mais elle le fait, bien sûr, à sa manière, en revenant sur une affaire, celle de l’opération pandoro rose de Noël Balocco qui lui a valu d’être la vedette de l’actualité ces derniers jours. A tel point qu’elle a même été mentionnée de manière non voilée par le Premier ministre Giorgia Meloni lors de la fête de l’Atreju pour la fausse association caritative et défendue, par la suite, par son mari Fedez.

Dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux après l’amende maximale de plus d’un million reçue par l’autorité antitrust de la part de deux sociétés qui s’occupent de son image, Ferragni déclare qu’elle a toujours été « convaincue que ceux qui ont plus de chance ont la responsabilité morale de faire le bien ». Ce sont les valeurs qui m’ont toujours guidée, moi et ma famille, note l’influenceuse, et c’est ce que nous enseignons à nos enfants, que l’on peut faire des erreurs et que lorsque cela arrive, il faut l’admettre et, si possible, rattraper l’erreur commise et la conserver précieusement. Et c’est ce que je veux faire maintenant. Présenter mes excuses et concrétiser mon geste : je ferai don d’un million d’euros à la Regina Margherita pour soutenir le traitement des enfants ».

Ferragni ajoute que ses excuses sont publiques « parce que je me suis rendu compte que j’avais commis une erreur de communication. Une erreur que je garderai précieusement à l’avenir, en séparant complètement toute activité caritative, que j’ai toujours faite et que je continuerai à faire, des activités commerciales. Car même si l’objectif final est bon, si la communication n’a pas été suffisamment contrôlée, cela peut conduire à des malentendus ». Toutefois, Ferragni ne renoncera pas à contester la mesure de l’Autorité de la concurrence et du marché, la jugeant « disproportionnée et injuste ». « Si la sanction finale devait être, comme je l’espère, inférieure à celle décidée par l’Agcm, la différence sera ajoutée au million d’euros – explique l’influenceur – Dans les prochains jours, je m’entretiendrai avec le Regina Margherita pour comprendre comment l’hôpital utilisera la somme que j’ai donnée et je communiquerai périodiquement des mises à jour. Mon erreur demeure, mais je veux m’assurer que quelque chose de constructif et de positif soit généré à partir de cette erreur ».

L’affaire Ferragni-Balocco a dégénéré vendredi dernier, lorsque l’Autorité antitrust a sanctionné les sociétés Fenice et TBS Crew, qui gèrent les marques et les droits relatifs à la personnalité et à l’identité personnelle de Chiara Ferragni, pour 400 mille euros et 675 mille euros respectivement, et Balocco Industria Dolciaria pour 420 mille euros. Dans la substance de la mesure de l’Autorité, il s’agirait d’une pratique commerciale déloyale : les entreprises impliquées « ont fait comprendre aux consommateurs qu’en achetant le pandoro « designer » Ferragni, ils contribueraient à une donation à l’hôpital Regina Margherita de Turin. Or, ce don, d’un montant de 50 000 euros, avait déjà été effectué par le seul Balocco quelques mois auparavant. Les entreprises liées à Chiara Ferragni ont récolté plus d’un million d’euros grâce à cette initiative.

L’opération du Pandoro Ferragni de marque, selon les documents acquis par l’Autorité antitrust, était essentiellement une opération de marketing menée par Balocco dans le but d’essayer de repositionner (« rajeunir ») Pandoro Balocco sur le marché en lui donnant une image différente. Les entreprises liées à Chiara Ferragni ont en effet encaissé plus d’un million d’euros grâce à cette initiative, une somme dont Balocco attendait manifestement une publicité adéquate grâce aux posts de l’influenceuse adressés à ses 30 millions de followers. D’un point de vue purement commercial, l’opération « Pandoro Pink Christmas » a cependant été un fiasco total, ce qui montre que le fait d’avoir tous ces followers ne se traduit pas nécessairement par des ventes réelles pour les produits annoncés.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *