dim. Avr 14th, 2024

Trop de contenus interdits non supprimés, comme l’incitation au terrorisme contre Israël par le Hamas. C’est le principal reproche fait par la Commission européenne qui a ouvert une procédure d’infraction à l’encontre du réseau social « X  » (l’ancien Twitter) appartenant à Elon Musk .

Il s’agit de la première procédure prévue par la nouvelle législation Dsa  (Digital Services Act), qui impose aux grandes plates-formes Internet (dont, outre X, les géants tels que Google , Facebook , Amazon , Pomme , Réservation , Youtube  o TikTok ) la surveillance des contenus publiés par l’intermédiaire de leurs services, avec l’obligation de supprimer les contenus délictueux ou trompeurs.

La procédure, explique une note de la Commission, est basée sur « une analyse du rapport d’évaluation des risques soumis par X en septembre, du rapport de transparence de X et des réponses de X à une demande formelle d’information ». Au cours de la procédure, la Commission analysera si le réseau social a respecté ses obligations en matière de lutte contre la diffusion de contenus illicites, ainsi que l’efficacité des mesures prises pour lutter contre la manipulation de l’information sur la plateforme, les mesures de transparence.

Le amendes  prévues en cas d’infraction sont très élevées : jusqu’à 6 % du chiffre d’affaires annuel . L’ouverture de la procédure ne manquera pas d’accroître les tensions entre Bruxelles et Musk, qui, après le rachat de Twitter en octobre 2022, avait déclaré vouloir donner aux utilisateurs une liberté totale, sans restriction. En réactivant immédiatement le compte de l’ancien président. Donald Tusk .

Lire aussi:  Le football. Les équipes italiennes sortent du Top10 en matière de turnovers

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *