mer. Mai 22nd, 2024

Vous avez essayé de demander un prêt immobilier et votre banque vous a opposé une fin de non-recevoir ? Vous avez vu votre épargne fondre à cause de la hausse des prix de l’énergie et de l’inflation ? Avez-vous demandé un prêt pour l’achat d’une voiture et vous a-t-on demandé des remboursements records ? En cette année 2023 qui s’achève sur l’espoir d’une baisse rapide des taux d’intérêt – la décision de la BCE jeudi suivra celle de la Fed, attendue demain – vous êtes décidément en bonne compagnie. En témoignent, une fois de plus, les données publiées hier par la Banque d’Italie, qui décrivent une Italie où le resserrement monétaire est ressenti par les familles, les entreprises et les commerces. En octobre, les crédits au secteur privé et aux entreprises non financières ont diminué, bien que dans une moindre mesure, tandis que les crédits aux ménages ont connu la plus forte baisse. En outre, les dépôts bancaires ont diminué, signe que le recours à l’épargne devient de plus en plus nécessaire, et les taux d’intérêt des prêts hypothécaires pour l’achat d’un logement, y compris les frais accessoires, ont augmenté pour atteindre 4,72 %.

En particulier, les prêts au secteur privé ont diminué de 3,2 % par an (-3,6 % le mois précédent). Les prêts aux ménages ont diminué de 1,1 % en glissement annuel (ils avaient diminué de 0,9 % le mois précédent), tandis que les prêts aux sociétés non financières ont diminué de 5,5 % (-6,7 % le mois précédent). Les dépôts du secteur privé, quant à eux, ont baissé de 5% en glissement annuel (-3,5 en septembre). En particulier, les dépôts des « ménages consommateurs » s’élèvent désormais à 1 104 172 millions d’euros, contre 1 170 184 millions d’euros en octobre 2022. Une partie de cette baisse a toutefois été compensée par les dépôts obligataires, qui ont augmenté de 18 % (18,4 en septembre).

Comme mentionné, les taux hypothécaires ont également augmenté, pour atteindre 4,72 %, soit une hausse de 0,17 % par rapport à septembre. « Les augmentations continues des mensualités déclenchées au cours des deux dernières années pèsent pour près de +4 400 euros par an sur ceux qui ont contracté un prêt hypothécaire à taux variable », a noté Codacons hier, commentant les données de Bankitalia. « En considérant un montant moyen d’hypothèque à taux variable entre 125 mille et 150 mille euros, pour une durée de 25 ans, c’est-à-dire le montant le plus demandé en Italie par ceux qui contractent un prêt pour l’achat d’une maison, la mensualité a augmenté globalement au cours des deux dernières années entre +270 et +365 euros en raison de toutes les augmentations imposées par la Banque centrale européenne à partir de 2022″, a poursuivi l’organisation de défense des consommateurs. Cela signifie qu’une famille qui a contracté un prêt hypothécaire à taux variable se retrouve aujourd’hui à dépenser en moyenne entre +3.240 et +4.380 euros par an par rapport à ce qu’elle payait en 2021 en raison des politiques monétaires imposées par la Banque centrale européenne ».

En revanche, le taux sur les nouveaux déboursements de crédit à la consommation s’est établi à 10,46 % (il était de 10,52 % le mois précédent). Les taux d’intérêt sur les nouveaux prêts aux sociétés non financières étaient de 5,46 % (5,35 % le mois précédent), ceux pour les montants jusqu’à 1 million d’euros étaient de 5,95 %, tandis que les taux sur les nouveaux prêts au-dessus de ce seuil étaient de 5,17 %.

Selon une enquête commandée par Facile.it à mUp Research et Norstat, c’est précisément à cause de la hausse des taux que près de 200 000 familles italiennes ayant une hypothèque à taux variable n’ont pas pu rembourser une ou plusieurs échéances au cours de l’année écoulée. Tous les regards sont donc tournés vers les prochaines actions de la BCE. Alors que les analystes prévoyaient un redressement des taux pour le second semestre 2024, les données positives sur l’inflation pourraient permettre d’y parvenir plus tôt que prévu. Selon l’Euribor Futures (mis à jour le 4 décembre), l’indice pourrait baisser dès mars 2024, passant de 3,95 % actuellement à 3,68 %, pour clôturer l’année à 2,68 % en décembre 2024.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *