lun. Juin 24th, 2024

Pas assez 11 mois de croissance presque tous à deux chiffres, pour compenser la perte de volume générée par les crises de marché et de production qui ont suivi Covid : en novembre 2023, le marché automobile italien est toujours en baisse de 321 000 unités par rapport à 2019 (-18,1 %).  Les prévisions pour les années à venir font état d’une stagnation substantielle : jusqu’en 2027, lorsque 1,8 million d’immatriculations sont estimées, le marché sera toujours inférieur aux plus de 1,9 million d’immatriculations enregistrées en 2019.

Les chiffres compilés par l’UNRAE, l’organisme représentant les constructeurs étrangers en Italie – commentés lors de la conférence de presse d’aujourd’hui – sont révélateurs de l’état peu encourageant du secteur automobile dans notre pays. Et le débat actuel n’arrange pas les choses : « On parle de transition durable  En réalité, il ne s’agit pas d’une menace mais d’une opportunité de croissance pour l’industrie et l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement », a souligné le président de l’UNRAE. Michele Crisci . Qui a rappelé que « le la transition passe aussi par la création de nouveaux emplois  ou de convertir les emplois existants, d’attirer des investisseurs étrangers et de nouvelles installations de production ».

L’appel de Crisci est qu’il est bon de discuter, « mais pas de rester immobile ou de défendre des technologies qui seront bientôt obsolètes, sinon le risque est de rester lié à l’avenir de l’immobilité, alors que l’avenir de la mobilité est plein d’opportunités ». L’année 2035 a été diabolisée de manière injustifiée », déclare M. Crisci, « mais elle est suffisamment éloignée pour que l’on puisse planifier efficacement le développement et l’amélioration de la mobilité ». reconversion de l’industrie automobile  en Italie, vers de nouvelles technologies de moteurs et de systèmes logiciels pour une nouvelle mobilité ». Cela doit se faire, ajoute-t-il, « dans le respect de l’environnement ». 1,25 million de salariés  d’une un secteur qui génère encore un chiffre d’affaires équivalent à 20 % du PIB et des recettes fiscales de 76,3 milliards d’euros « . Il a ensuite rappelé que 64,5 % du chiffre d’affaires de l’industrie italienne des composants provient de ventes à des fabricants étrangers membres de l’UNRAE ou à leurs fournisseurs.

Le directeur général de l’UNRAE, Andrea Cardinali a indiqué la tendance du marché automobile, qui pourrait atteindre 85,2 millions d’unités (+8,0 %) dans le monde et 14,5 millions (+11,3 %) en Europe en 2023. La croissance parallèle concerne les véhicules électriques (BEV+PHEV), qui devraient atteindre 14,1 millions d’unités (+34%) et une part de marché de 16% au niveau mondial, tandis qu’en Europe (UE+Efta+UK) 3,1 millions (+15%) avec une part de 21,4%. En comparaison, l’Italie est à 8,4%, et pour les BEV elle est bloquée à 3,9%, dépassée par les pays d’Europe du Nord, leaders avec 39,4%, mais aussi par les 4 autres grands marchés avec 15,5% et enfin par les autres pays de l’UE avec 11,9%. Les choses vont mieux pour les véhicules utilitaires, qui ont retrouvé leur niveau de 2019 et, sur les 11 mois de 2023, ont atteint 178 806 unités avec une croissance de 21,9% par rapport à la même période en 2022. Une tendance soutenue qui ne devrait toutefois pas se reproduire en 2024, où une hausse est encore attendue, mais limitée à +2,6% par rapport à l’année en cours.

« L’anomalie italienne, explique M. Cardinali, ne peut pas être une question de revenu, étant donné que plusieurs pays ayant un PIB par habitant inférieur au nôtre ont une part d’électricité qui va de 17 % au Portugal à 10,6 % en Roumanie et 4,6 % en Grèce, contre 3,9 % chez nous. En fait », ajoute-t-il. la transition énergétique en Italie a échoué et les émissions de CO2 n’ont pas diminué depuis 2021  lorsque, avec les nouvelles immatriculations, d’un minimum de 113,7 g/km atteint en septembre 2021, nous sommes passés à 117,2 g/km. L’essentiel », répète M. Cardinali, « c’est avant tout le système d’incitation, qui ne fonctionne pas  et présentera à la fin de l’année un rapport sur la mise en œuvre de ce système. un excédent de 72,5 % des fonds disponibles pour les voitures 0-60 g/Km ». 

L’UNRAE demande que les fonds non utilisés pour les incitations aux voitures particulières soient reportés à 2024, pour les deux premières tranches d’émissions (0-20 et 21-60 g/Km), soit plus de 600 millions d’euros, en modifiant les règles actuelles inefficaces avec des mesures correctives appropriées (entre autres : inclusion de toutes les entités juridiques, augmentation du plafond des prix et augmentation des contributions unitaires pour les véhicules électriques et rechargeables), avec lesquelles environ 300 000 voitures 0-60 g/Km pourraient être incitées en 2024, sans un excédent de fonds. Le système d’incitation pour les véhicules commerciaux devrait également être révisé, en éliminant l’obligation de mise à la casse pour l’achat de véhicules électriques et en étendant l’incitation aux carburants autres qu’électriques. Par ailleurs, l’UNRAE a également souligné la nécessité pour le gouvernement de prévoir des mesures d’incitation pour les véhicules électriques. un fonds ad hoc pluriannuel pour le renouvellement du parc de véhicules utilitaires en augmentant la subvention pour l’achat de véhicules à zéro émission. Une mesure similaire devrait également être adoptée pour accélérer le remplacement des bus anciens et polluants, tant pour les transports publics de passagers à brève distance que pour le tourisme.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *