mer. Fév 28th, 2024

Une inclusion réelle et égale dans l’usine de production et non une « expérience sociale » : telle est la philosophie qui sous-tend l’objectif ambitieux du groupe Feralpi d’amener les femmes au cœur de l’aciérie. Dans l’usine de Lonato sul Garda, elles sont cinq, mais bientôt elles seront douze. Ce sont des femmes très jeunes, mais aussi des femmes mûres, âgées de 21 à 49 ans. Certaines en sont à leur première expérience professionnelle, d’autres ont déjà pas mal d’expérience derrière elles. Expliquer le sens de cette opération d’égalité entre les hommes et les femmes Antonio Cotelli, responsable des ressources humaines. 

« Il y a dix ans, lorsque je suis arrivé chez Feralpi, les femmes étaient présentes, mais seulement dans les bureaux, avec des tâches diverses allant du secrétariat à la conception. Elles manquaient cependant à la production, comme c’est le cas dans toute l’industrie sidérurgique, où le nombre de femmes employées n’est que de 0,5 % », explique le directeur des ressources humaines. Les ouvrières ont les mêmes tâches et les mêmes horaires, l’aciérie est ouverte 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, elles gèrent les installations qui ont été fortement automatisées. Depuis la « chaire technique », comme on appelle la salle de contrôle, elles contrôlent le processus de production. Notre objectif est de créer une égalité réelle qui était impossible auparavant, mais qui aujourd’hui, grâce à l’automatisation 4.0 qui a révolutionné la façon de produire, est une réalité », souligne M. Cotelli, « à part la limitation de ne pas pouvoir soulever des poids supérieurs à 15 kg, imposée par la loi, le travail est exactement le même et ce sont justement les nouvelles recrues qui nous demandent de tout faire : nous travaillons en équipe et il faut être capable de jouer différents rôles ».

Lire aussi:  Tendances. Les fonds se concentrent sur l'économie des personnes âgées

Dans les bureaux, il n’y a pas d’écart entre les hommes et les femmes : le pourcentage de femmes et d’hommes est le même ; dans l’usine, le pourcentage de femmes et d’hommes est le même. L’objectif de Feralpi est de multiplier par dix le nombre de femmes dans l’industrie sidérurgique, en embauchant 5 % du nombre total de nouveaux employés au cours des prochaines années. . Des chiffres qui peuvent sembler modestes, mais qui représentent, à toutes fins utiles, une révolution culturelle provoquée par des cours de formation spécifiques, lancés ces dernières années, impliquant l’ensemble du personnel et mettant l’accent sur les compétences non techniques (soft skills). Il y a de nombreux secteurs où les gens travaillent par roulement, des soins de santé à la restauration, où la présence des femmes est élevée, alors que dans l’industrie sidérurgique, ce changement n’a pas encore été amorcé », explique M. Cotelli.

Feralpi veut donc jouer un rôle de précurseur, en se concentrant sur une opération qui n’est pas cosmétique mais basée sur une réelle professionnalisation. « C’est justement la possibilité d’acquérir des compétences qui plaît le plus à nos employés, qui nous demandent de nous mettre à l’épreuve dans toutes les opérations. Bien sûr, pour certains, les éléments de conciliation pèsent aussi lourd, paradoxalement avec les mutations il y a plus d’opportunités de suivre la famille », poursuit M. Cotelli. Feralpi va également dans ce sens en Allemagne. Pour recruter le candidat, elle a mis en place un modèle similaire à celui des écoles : une série d’entretiens d’embauche. journées portes ouvertes, la dernière en date a eu lieu le 17 novembre dernier et a rassemblé une vingtaine de candidats qui ont pu visiter les installations et toucher les œuvres. Pour l’instant, le inadéquation ne semble pas affecter les aciéries. Nous avons une bonne attractivité dans la région et nous n’avons pas actuellement de difficultés à trouver du personnel. Certes, le vieillissement de la population active pourrait être un problème à l’avenir, mais nous y ferons face le moment venu », conclut M. Cotelli.

Lire aussi:  L'affaire. Tupperware au bord de la faillite : l'emblématique entreprise de conditionnement en crise

Le groupe Feralpi a récemment créé un poste de direction dédié à la diversité et à l’inclusion, inclus dans le département de durabilité, et a participé à la rédaction des lignes directrices de l’Observatoire italien du Réseau du Pacte mondial. Feralpi est l’un des principaux producteurs d’acier en Europe avec plus de 1 800 employés 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2022 et se spécialise dans la production d’aciers pour l’industrie de la construction, en particulier les barres d’armature. . Depuis la société mère fondée à Lonato del Garda en 1968, une trajectoire de croissance a donné naissance à un groupe international à la production diversifiée. Ces dernières années, un engagement croissant a été pris en faveur de la réduction des émissions polluantes grâce à l’utilisation de technologies innovantes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *