mer. Avr 17th, 2024

En France, c’est déjà plus qu’un projet, ici ce n’est encore qu’une hypothèse en quête de développement. Mais l’idée de lavoiture électrique (ou à impact environnemental limité) proposée en leasing aux familles à faibles revenus est en train de faire son chemin. Elle pourrait devenir une réalité dans le courant de l’année prochaine. Cette solution, qui rendrait la mobilité rechargeable plus accessible en Italie (actuellement limitée à moins de 4 % des acheteurs) et lui permettrait enfin de décoller, est portée par l’organisationAutomobile Club d’Italia,  qui s’appliquerait à la gestion de la flotte de véhicules impliqués dans l’initiative et vient d’entamer des discussions avec trois ministères concernés (Infrastructure, Entreprise, Environnement). « Il y aura bientôt une autre discussion », a déclaré le président de l’ACI, Angelo Sticchi Damiani . « L’important serait de déclencher le test en 2024, même avec un nombre minimum de voitures. Ensuite, il faudra affiner l’outil. En ce qui concerne les ressources, on pourrait puiser dans le fonds d’incitation pour les voitures électriques inutilisé pour commencer.

Selon « Quattroruote »,  notre gouvernement pourrait s’inspirer de ce que fait la France – où la collecte des candidatures a déjà commencé le 1er novembre – en mettant en place un plan pour la mise en place d’un système d’information sur les droits de l’homme. offrir de nouvelles voitures « écologiques » pour 100 euros par mois contre la mise au rebut des anciennes.  En ce qui concerne les revenus des personnes éligibles et la mensualité, il n’y a pour l’instant que des spéculations. 14 000 euros par an Isee pour la redevance, de 75 à 125 euros par mois . L’avance à verser au constructeur automobile serait payée par l’État, c’est-à-dire le propriétaire des véhicules.

Toujours selon l’hebdomadaire spécialisé, un algorithme identifierait la redevance à payer, en tenant compte de l’Isee, des catégories (d’Euro 0 à Euro 3) des véhicules à mettre à la casse, du type de voiture à conduire, et établirait ensuite le formulaire de demande de remboursement. classement des allocations.  Ainsi, 10 millions de véhicules, soit 27% du parc automobile, qui est ancien, seraient retirés de la circulation, au bénéfice de l’environnement et de la sécurité routière. Le locataire disposerait de la voiture pendant des années, sans en être propriétaire : une durée de trois ans est envisageable. À la fin du contrat, s’il le souhaite, le citoyen peut restituer la voiture à l’État, ou payer la redevance de rachat initialement fixée pour devenir le propriétaire permanent du véhicule.

Malgré la valeur positive de l’initiative, il reste de nombreux problèmes à résoudre. Et certaines perplexités fondamentales doivent être surmontées. La première concerne son utilisation réelle, car la mobilité électrique nécessite des « accessoires » presque indispensables et certainement pas bon marché, tels qu’une station de recharge privée, qu’une famille à faible revenu n’est probablement pas en mesure de s’offrir, même d’un point de vue logistique. En supposant que les stations publiques suffisent, le projet, tel qu’il a été formulé, ne précise toujours pas si la redevance comprendra l’assurance responsabilité civile annuelle obligatoire, ainsi que les polices accessoires telles que le vol et l’incendie, le vandalisme, le Kasko partiel ou total, les accidents du conducteur, ainsi que l’entretien ordinaire et extraordinaire. Il convient également d’établir le kilométrage total maximum de ces véhicules proposés à un tarif fixe. Il s’agit là de variables fondamentales pour établir l’applicabilité et le succès éventuel du projet.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *