mer. Mai 22nd, 2024

Moins d’une semaine après avoir été évincé de l’OpenAI, la star de la Silicon Valley Sam Altman est de retour à la tête de la start-up à l’origine de ChatGPT,  qui fera l’objet d’une révision majeure de sa gouvernance. « Nous sommes parvenus à un accord de principe pour que Sam revienne à OpenAI en tant que PDG », a déclaré la société, expliquant que le conseil d’administration qui l’avait démis de ses fonctions sera en partie reconstitué. Bret Taylor, ancien co-PDG de Salesforce, et Larry Summers, ancien secrétaire au Trésor américain, rejoindront le PDG de Quora et l’actuel directeur Adam D’Angelo.  

Sam Altman, que Microsoft avait annoncé vouloir embaucher lundi, trois jours après son licenciement, a déclaré suite à l’annonce qu’il avait le soutien de Satya Nadella, le numéro un du géant de la tech, pour revenir à la tête d’OpenAI. « Avec le nouveau conseil d’administration et le soutien de Satya, j’ai hâte de revenir à OpenAI et de construire un partenariat solide » avec Microsoft, a-t-il écrit sur X (anciennement Twitter).

Son collègue Greg Brockman, l’ancien président du conseil d’administration qui l’a suivi chez Microsoft, a également annoncé son retour sur X. OpenAI a été fondée en 2015 en tant qu’organisation à but non lucratif. Elle s’est depuis associée à Microsoft, qui a investi des milliards de dollars et lui a donné accès à son infrastructure informatique pour lui permettre de développer des modèles d’IA toujours plus puissants.  Le géant de l’informatique est également actionnaire minoritaire – à un niveau non divulgué – de la branche privée d’OpenAI, qui est contrôlée par la fondation d’origine.

L’éviction surprise de Sam Altman vendredi dernier a provoqué un séisme dans la Silicon Valley, rappelant à certains le licenciement de Steve Jobs par Apple en 1985, qui avait repris le flambeau quelques années plus tard. Selon une lettre publiée par plusieurs médias américains, près de 700 des 770 employés d’OpenAI, dont le premier PDG par intérim, ont menacé ce week-end de démissionner si Sam Altman, 38 ans, ne revenait pas. Lundi, l’ancien chef de Twitch Emmett Shear, qui a également été nommé PDG par intérim, a annoncé le lancement d’un examen indépendant des événements récents. Les nouveau conseil d’administration, tout en restant aussi restreint que le précédent, diffère radicalement par l’expérience de ses premiers membres, qui sont tous des hommes.  Bret Taylor, 43 ans,  co-créateur de Google Maps, est un ancien directeur du spécialiste des logiciels Salesforce. Il a travaillé comme directeur technique de Facebook (Meta) et a également été membre du conseil d’administration de Twitter, devenu X lorsque Elon Musk a pris le contrôle du réseau social. Summers, 68 ans, professeur à Harvard, est l’ancien secrétaire au Trésor américain et l’ancien économiste en chef de la Banque mondiale. Adam d’Angelo, 39 ans, est une figure bien connue de la Silicon Valley et l’un des survivants du précédent conseil d’administration. Il a fondé le site de questions-réponses Quora.

En revanche, Ilya Sutskever, le cerveau d’OpenAI, l’entrepreneur Tasha McCauley et Helen Toner, directrice de la stratégie d’un institut de recherche sur les nouvelles technologies, n’ont pas été mentionnés et pourraient avoir été écartés. Ilya Sutskever, connu pour être très préoccupé par les progrès de l’IA et craignant qu’elle ne finisse par poursuivre des objectifs contraires à ceux de l’humanité, a déclaré lundi qu’il « regrettait sincèrement (son) implication dans la décision du conseil d’administration » d’évincer M. Altman.

Le lancement de la première version de ChatGPT le 30 novembre 2022 a donné le coup d’envoi d’une course à l’IA dite générative, c’est-à-dire capable de créer du contenu (texte, images, sons) à la demande dans le langage courant.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *