lun. Mai 20th, 2024

En Italie, un million de personnes handicapées sont au chômage ou à la recherche d’un premier emploi, avec très peu de chances de trouver un emploi dans un délai raisonnable. Les centres pour l’emploi ne parviennent pas à placer plus de 20 à 30 000 personnes par an, alors que plus de 800 000 personnes sont inscrites dans les catégories protégées. Le résultat est qu’en Italie, sur 100 personnes handicapées âgées de 15 à 64 ans capables de travailler, seules 35,8 % le font, contre une moyenne de 57,8 % pour les personnes valides (source Andel- Agence nationale pour l’emploi et les personnes handicapées ). Alors que laIstat  souligne que « l’aide sociale et le système de transferts sociaux visant à compenser la faible capacité de revenu des personnes handicapées jouent un rôle fondamental, constituant souvent une part importante du revenu disponible des ménages. Cependant, les transferts ne sont pas suffisants pour garantir à ces familles des conditions de vie similaires à celles du reste de la population, en raison des coûts médicaux et de santé supplémentaires induits par le handicap ». Face à cette situation extrêmement critique, il faut cependant reconnaître qu’avant la pandémie, l’inclusion des personnes handicapées s’améliorait lentement mais progressivement : les données de l’enquête sur les personnes handicapées de l’Union européenne (UE) ont montré que les personnes handicapées avaient un accès limité aux soins de santé. 9ème rapport du Ministère du Travail et de l’Inapp  a enregistré une croissance, quoique modeste, des inscriptions sur la liste des emplois ciblés et des recrutements. Le nouvel Observatoire national sur la condition des personnes handicapées a été récemment mis en place. Aujourd’hui, le handicap sur le lieu de travail n’est plus perçu uniquement comme une obligation légale et un devoir social, mais, en adoptant les mesures et les outils appropriés, il peut s’avérer être une opportunité de croissance organisationnelle pour les entreprises italiennes. C’est ce qui ressort de la recherche Les personnes handicapées et le travail : au-delà des barrières – Données et témoignages sur l’inclusion dans le monde du travail en Italie promu par Fondation italienne Accenture Ets  en collaboration avec Accenture . Par le biais d’une enquête quantitative auprès de 100 entreprises italiennes impliquées une analyse qualitative de trois cas d’entreprises (Google Italie, E-Work, IntesaSanpaolo) et un examen des bonnes pratiques de collaboration entre les entreprises et le secteur tertiaire, la recherche a permis de dresser un tableau actualisé et multidimensionnel du phénomène, caractérisé par des ombres et des lumières. La principale preuve en est la changement d’opinion  à l’égard du handicap dans l’entreprise, motivé par la prévalence des avantages perçus sur les difficultés : bien que le concept d’inclusion en tant qu’obligation légale et devoir social persiste, le handicap n’est plus perçu comme un problème, mais avec les bons outils, il peut s’avérer être une opportunité pour la croissance de l’entreprise et l’avantage concurrentiel. Les données collectées montrent que 76 % des entreprises ont déjà adopté des mesures d’intégration. des politiques de gestion de la diversité  ne sont pas exigées par la loi, tandis que 22 % déclarent avoir l’intention de les adopter.

Préjugés sur le lieu de travail 

Cependant, tout le monde ne se sent pas à l’aise au sein de son organisation : les personnes souffrant d’un handicap ou d’un état de santé qui limite certaines activités clés signalent souvent des niveaux d’inclusion sur le lieu de travail inférieurs à ceux de leurs collègues qui ne signalent pas de handicap ou même à ceux d’autres groupes au centre des initiatives d’E&I. Extrait de l’étude Your Workforce Includes People with Disabilities (Votre main-d’œuvre comprend des personnes handicapées). Votre stratégie en matière de personnel ?, réalisée par Bcg-Boston Consulting Group  par le biais d’enquêtes sur près de 28 000 employés dans 16 pays  dans le monde entier En effet, il ressort qu’environ 25% des personnes déclarent un handicap sur leur lieu de travail, contrairement à la majorité des entreprises qui déclarent avoir peu d’employés handicapés : 4% à 7% en moyenne.. Les données contenues dans le rapport ont été collectées par le biais de L’indice Bliss de Bcg (acronyme de Sans préjugés, Leadership, Inclusion, Sécurité et Soutien), qui mesure sur une échelle de 1 à 100 la mesure dans laquelle les employés se sentent inclus, offrant ainsi une fenêtre quantitative permettant de comprendre l’expérience professionnelle des employés handicapés (PwD). Les personnes handicapées font état de niveaux d’inclusion inférieurs à ceux de leurs collègues non handicapés : le score moyen de l’indice Bliss est de trois points de moins pour les personnes handicapées que pour leurs collègues non handicapés.  que pour les personnes sans handicap ou état de santé particulier. En outre, elles sont 1,5 fois plus susceptibles d’avoir été victimes de discrimination au sein de leur organisation. L’Italie s’aligne sur ces résultats, avec un score inférieur de 2,8 points à l’indice Bliss pour les personnes handicapées, pour lesquelles la probabilité d’avoir subi une discrimination s’élève à 1,8 %.  Outre les différences identifiées, le Bcg a constaté que les personnes handicapées ont tendance à avoir une expérience professionnelle plus négative : pour les personnes handicapées, la probabilité de se déclarer heureuses sur leur lieu de travail chute de six points de pourcentage. En effet, ces travailleurs déclarent plus fréquemment que le travail a un impact négatif sur leur bien-être mental et physique, ainsi que sur leurs relations avec leurs amis et leur famille (+15%). En Italie, 21 % des salariés interrogés déclarent souffrir d’un handicap ou d’un problème de santé chronique.. 46 % d’entre eux déclarent ne pas avoir révélé leur handicap sur le lieu de travail par peur de la discrimination et des préjugés, tandis que les 43 % qui ont eu le courage de le faire disent avoir été victimes de discrimination. .

Comment promouvoir une culture de l’inclusion 

Politiques et programmes centrés sur l’employé :  Ces politiques et programmes génèrent un sentiment accru d’inclusion. En effet, lorsqu’ils sont appliqués dans l’entreprise, les employés handicapés obtiennent un score plus élevé sur l’indice Bliss, passant de 51 à 74 points et dépassant même le score moyen des employés ne présentant pas de conditions médicales particulières, qui s’élève à 65 points.

Programmes de mentorat Ils améliorent le sentiment d’inclusion des employés handicapés, ainsi que le sentiment de bonheur dans l’expérience du travail. En effet, selon des données, 77 % des employés ayant un mentor se déclarent heureux. contre 57 % sans mentor.

Créer un environnement accessible à tous :  Des équipements et des logiciels sur mesure, ainsi que des modalités de travail flexibles, améliorent considérablement les résultats de l’indice Bliss. Lorsque les demandes d’équipements adaptés sont satisfaites, les données montrent une augmentation de 17 points par rapport aux cas où de telles mesures sont refusées avec une amélioration également du score moyen de l’indice, qui se rapproche ainsi de celui des employés non handicapés, avec une différence d’environ un point.

Ou se concentrer sur des outils numériques innovants pour aider les personnes handicapées à trouver un emploi, comme c’est le cas dans les pays suivants Vénétie avec le projet Habilé . Renforcer les alliances entre le monde productif, les institutions à but non lucratif et les institutions publiques, comme c’est le cas à Piémont avec GoodJob Le premier mai de l’insertion professionnelle, afin d’attirer l’attention sur les « capacités différentes ». Et encore une fois, pour promouvoir la la diffusion des accords ex art 14, qui en 2022 ont généré 2 000 emplois en Lombardie, 500 en Vénétie, 600 en Émilie-Romagne.  Il s’agit des lignes directrices de développement et d’inclusion de Confcooperative Federsolidarietà. «  Nos propositions », explique Stefano  Grenade,  président de Confcooperative Federsolidarietà – ont pour fil conducteur l’inclusion, faite d’assistance et de soins, conçus en fonction des besoins de la personne, et l’accès au monde du travail, qui doit être soutenu par des politiques actives et des outils innovants. La fédération, à travers ses entreprises membres, agit fortement en faveur de l’inclusion et de l’autonomie des personnes, en particulier des personnes fragiles qui risquent d’être laissées en marge. Il s’agit de processus habilitants qui placent la personne au centre dans le but d’en faire un protagoniste. Les chiffres de cet engagement en faveur de l’inclusion nous incitent à poursuivre dans cette voie : lLes coopératives de type b créent des emplois pour 18 500 personnes défavorisées, dont 10 000 sont des personnes handicapées. En outre, 10 000 autres personnes, qui ne sont pas considérées comme défavorisées par la loi 381, sont issues de situations de grande précarité ». . Confcooperative Federsolidarietà représente les coopératives sociales au niveau institutionnel et les assiste au niveau syndical, juridique et législatif, technique et économique. Elle veille à la promotion des voies de l’innovation sociale et au renforcement des organismes associés, également par le biais d’un système de consortium articulé et répandu. Confcooperative Federsolidarietà associe 6 087 coopératives sociales (3 310 coopératives sociales de type A, 1 452 coopératives sociales de type B, 1 045 coopératives sociales mixtes, 198 consortiums de coopératives sociales et 82 autres entités, y compris des entreprises sociales, des associations, des fondations). Il s’agit d’un système économique qui génère un chiffre d’affaires de 7,62 milliards d’euros par an, avec 226 900 membres et plus de 245 000 travailleurs.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *