mer. Juil 24th, 2024

L’inflation a encore baissé en octobre, l’Istat révisant ses estimations à la baisse. L’indice national des prix à la consommation pour l’ensemble de la collectivité (NIC), avant tabac, enregistre une baisse de 0,2 % sur une base mensuelle et une hausse de 1,7 % sur une base annuelle, contre +5,3 % le mois précédent (l’estimation préliminaire était de +1,8 %). « En octobre, commente l’Istat, l’inflation a fortement diminué, tombant à +1,7 %, un chiffre qui n’avait pas été atteint depuis juillet 2021 (+1,9 %). La baisse drastique du taux d’inflation est due en grande partie à l’évolution des prix des biens énergétiques, qui connaissent une nette décélération tendancielle en raison de l’effet statistique de la comparaison avec le mois d’octobre 2022, où de fortes hausses de prix dans le secteur ont été enregistrées ».

La décélération significative du taux d’inflation – explique l’ISTAT – « est due principalement au fort ralentissement tendanciel des prix des produits énergétiques, tant non réglementés (de +7,6% à -17,7%) que réglementés (de -27,9% à -31,7%) et, dans une moindre mesure, de ceux des produits alimentaires non transformés (de +7,7% à +4,9%) et transformés (de +8,9% à +7,3%). Ces effets ne sont que partiellement compensés par l’accélération des prix des services liés au logement (de +3,7% à +4,0%) et des services liés aux transports (de +3,8% à +4,0%). L’hypothèse d’inflation pour 2023 est de +5,7% pour l’indice global et de +5,1% pour la composante de base.
L’inflation de base nette de l’énergie et des aliments frais a également ralenti (de +4,6 % à +4,2 %), tout comme l’inflation nette des seuls biens énergétiques (de +4,8 %, enregistrée en septembre, à +4,2 %). La baisse conjoncturelle de l’indice global est principalement due aux prix de l’énergie non réglementée (-1,9%), des services culturels, récréatifs et de soins personnels (-0,9%) et des services liés aux transports (-0,6%) ; ces effets n’ont été que partiellement compensés par la hausse des prix de l’énergie réglementée (+13,8%) et des services liés au logement (+0,4%). L’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) a augmenté de 0,1% sur une base mensuelle et de 1,8% sur une base annuelle (en nette décélération par rapport à +5,6% en septembre) ; l’estimation préliminaire était de +1,9%.

Les prix des biens alimentaires, ménagers et de soins personnels (de +8,1% à +6,1%) et ceux des biens de haute fréquence (de +6,6% à +5,6%) ont continué à ralentir en termes de tendance. Le taux tendanciel des produits alimentaires est tombé à +6,3%, ce qui a freiné la croissance annuelle des prix des « caddies ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *