jeu. Juil 18th, 2024

« Même s’il nous permet de poursuivre nos activités, puisqu’il n’interdit pas la recherche, nous craignons que le choix du gouvernement soit un choix à courte vue. Nous avons déjà exprimé nos objections à l’approbation du projet de loi en juin dans le document en dix points que nous avons envoyé au Sénat ». Commentant l’arrivée, à partir de lundi à la Chambre des Députés, du projet de loi sur la recherche et l’innovation. projet de loi interdisant la production et la commercialisation en Italie de viande cultivée en laboratoire , è Stefano Lattanzi, directeur général de la société Bruno Cell, basée à Trente la première et unique start-up italienne à faire de la recherche sur ce nouvel aliment.

Inspirée par le philosophe Giordano Bruno, l’un des premiers penseurs de l’histoire à avoir adopté une position pro-végétarienne, Bruno Cell a concentré ses recherches scientifiques et technologiques dans le domaine des aliments « cell-based » – c’est-à-dire produits en laboratoire à partir de cultures cellulaires sélectionnées – et en particulier sur les aliments « cell-based ». la viande cultivée, composée de cellules animales multipliées dans des bioréacteurs spéciaux et ensuite « récoltée sous forme de hamburgers et d’autres produits similaires » pour être commercialisée. .

Toutefois, ce n’est pas la production à grande échelle de denrées alimentaires qui est l’objectif de la start-up, fondée en 2019 en collaboration avec le Centre de biologie intégrée de l’Université de Trente (Cibio), le Hub d’innovation du Trentin (Hit) et un investisseur privé du secteur agroalimentaire : il s’agit plutôt de développer la viande cultivée, ou in vitro, en choisissant la meilleure lignée cellulaire et en partageant la propriété intellectuelle avec d’autres entreprises du secteur afin de faire de cette nouvelle denrée alimentaire, au fil du temps, une ressource économiquement durable.


25 milliards 
en dollars, c’est le chiffre d’affaires que la viande synthétique pourrait produire en 2030, selon McKinsey

300 mille 
en dollars, le coût en 2013 du premier hamburger produit avec de la viande cultivée

100 
start-ups du monde entier impliquées dans la recherche sur la viande synthétique

Je m’intéresse à ce nouvel aliment depuis 2009 car j’étais, et je suis toujours, fasciné par l’idée que l’on puisse manger de la viande sans tuer d’animaux », explique Lattanzi : « Contrairement à la viande traditionnelle, son potentiel est multiple. Elle permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation d’eau et de sol, d’éviter aux animaux des traitements cruels, de s’assurer que ce que l’on mange ne contient pas d’agents pathogènes dangereux pour l’homme et, enfin, de ne pas utiliser d’antibiotiques ». Les experts de l’ONG Good Food Institute Europe ont également rappelé récemment que la viande cultivée « représente une opportunité cruciale pour l’Europe d’accroître la sécurité alimentaire et de lutter contre le changement climatique, tout en créant des emplois ».

Si, dans notre pays, elle est considérée avec scepticisme, ailleurs, elle suscite un grand intérêt : aux Etats-Unis après le Administration des denrées alimentaires et des médicaments (Fda), l’agence gouvernementale américaine qui réglemente les produits alimentaires et pharmaceutiques, a donné son feu vert à sa production, le secteur est considéré comme l’un des plus prometteurs par les grands groupes d’investisseurs. 

Les actions du gouvernement actuel, basées, il faut le dire, sur des préjugés à l’égard d’un aliment que les gens ne connaissent pas encore parce qu’il n’est pas encore sur le marché, ne donnent pas une bonne image de l’Italie sur le plan de l’innovation : tout cela risque également d’avoir des répercussions sur la collecte d’investisseurs et encourage une fois de plus la fuite à l’étranger de nos chercheurs », attaque M. Lattanzi.

Entre-temps, la Ddl a fait une nouvelle publicité involontaire à Bruno Cell lui-même, qui a également participé en 2021 à un appel d’offres de l’Agence spatiale européenne pour étudier la possibilité d’utiliser de la viande cultivée dans l’espace. Plusieurs entreprises suisses de biotechnologie nous ont invités à aller travailler là-bas au cas où il deviendrait difficile de le faire en Italie », conclut M. Lattanzi, « mais je le répète : pour l’instant, la recherche sur la viande cultivée ne semble pas menacée dans notre pays. Si c’est le cas, nous devrons la poursuivre ailleurs ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *