ven. Avr 19th, 2024

Faire pression pour la possibilité de p libérer de l’argent liquide directement dans les magasins équipés de Pos surtout dans les régions intérieures et les petites municipalités, afin de compenser la fermeture des guichets bancaires traditionnels. Tel semble être l’objectif d’une mesure contenue dans la manœuvre qui modifie les règles de lutte contre le blanchiment d’argent (les contrôles sont déclenchés à partir de 250 euros dans le cas de transactions effectuées par l’intermédiaire de parties contractantes et d’agents). L’objectif, selon le rapport technique, est de réduire les « obstacles » qui entravent « l’offre de services de retrait d’argent par l’intermédiaire d’établissements commerciaux répartis sur le territoire (bureaux de tabac, marchands de journaux, pharmacies, supermarchés) ». Une mesure « à contre-courant » de la « contraction des guichets traditionnels ». précise le rapport explicatif, ce qui serait également un avantage pour les commerçants. En distribuant de l’argent liquide, ils auraient en effet « une réduction des stocks » et des « risques de sécurité » liés à la présence d’argent liquide dans le magasin.

Rappelons que entre 2012 et 2022, le nombre de succursales est passé de près de 33 000 à environ 21 000, avec une perte nette de 12 000 succursales. . Il en résulte qu’aujourd’hui, en Italie, 4,3 millions de personnes et 249 000 entreprises résident dans des communes où il n’y a pas une seule banque, tandis que 6 millions de personnes et 387 000 entreprises se trouvent dans des communes où il n’y a qu’une seule agence.

« Nous disons clairement que cela ne nous semble pas être la bonne voie », a déclaré le secrétaire général de First Cisl, Riccardo Colombani, qui a pris connaissance des données sur la désertification bancaire publiées par le syndicat. Cette mesure comporte en effet des risques en termes de légalité qu’il convient d’évaluer avec soin. Il est impensable qu’un problème économique et social de cette ampleur soit résolu par des mesures tampons. Il faut au contraire garantir la présence des banques par des incitations économiques et de réputation à la territorialité. Nous avons également besoin, conclut M. Colombani, de la mise en place d’observatoires régionaux de l’activité bancaire.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *