lun. Juin 24th, 2024

Le Banque centrale européenne  a fait une pause et a évité jeudi dernier de relever ses taux pour la onzième fois consécutive. Cependant, les effets indirects du plus fort resserrement monétaire depuis l’existence de la monnaie unique se font déjà lourdement sentir sur les entreprises, en particulier les plus petites.

Un problème de liquidités à la banque

Le total des prêts aux entreprises non financières, selon les dernières données collectées par l’Agence européenne pour la reconstruction (AERF), est de 1,5 milliard d’euros. Banque d’Italie a diminué de 54 milliards d’euros au cours de la seule année dernière, pour atteindre un total de 625 milliards d’euros. Il ne s’agit pas seulement de taux d’intérêt trop élevés qui découragent les entreprises. Avec l’augmentation du coût de l’argent, la croissance des taux débiteurs finaux, aussi forte soit-elle, est naturelle. Entre août 2022 et août 2023, le taux d’intérêt moyen sur les nouveaux prêts d’un montant inférieur ou égal à 1 million d’euros accordés aux entreprises non financières est passé de 2,24 à 5,65 %. Mais du fait de l’inflation, de nombreuses entreprises ont vu leurs revenus (et pas seulement leurs coûts) augmenter : comme l’a montré le BCE il n’est pas rare que des entrepreneurs soient en mesure d’augmenter leurs marges bénéficiaires à ce stade.

Le problème du déclin du crédit aux micro-entreprises, celles dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 2 millions d’euros, se situe plutôt à la source, dans la dynamique du monde bancaire. « Il y a une pénurie de liquidités pour deux raisons », explique le président de la Commission européenne. Roberto Nicastro un banquier qui, après avoir quitté UniCredit en 2015, a géré les renflouements des quatre banques liquidées avec l’intervention publique en 2015. Aujourd’hui, M. Nicastro est président de Banque AideXa une fintech qu’il a cofondée en 2020 avec Federico Sforza , un autre ancien manager UniCredit et est également conseiller pour l’Italie du fonds Cerberus . La première raison de la baisse des liquidités était la nécessité de restituer les fonds de la Tltro le programme par lequel la banque centrale a financé les banques à faible coût tout en liant le financement du crédit aux entreprises.

Les banques italiennes ont réussi à lever 450 milliards d’euros de financement en participant au troisième programme de la Banque centrale européenne. Tltro dont le calendrier de remboursement se termine en septembre 2024. En juin, les banques italiennes ont remboursé 137 milliards d’euros  à la BCE et ils restent 174 milliards  à rembourser d’ici l’année prochaine. Les institutions n’ont eu aucun problème à rembourser l’argent à la BCE, mais sans ces fonds, elles ont toujours moins de liquidités disponibles.

La deuxième raison soulignée par Nicastro est la baisse des financements due à la hausse des taux. Les grandes banques ont préféré ne pas participer à la course à la relance des comptes de dépôt, qui avaient presque disparu pendant les années de taux zéro et qui reviennent aujourd’hui à la mode. Dans le même temps, les dépôts souffrent de la concurrence croissante d’instruments tels que le Btp Italia  o i Valeur Btp .

Les premières coupes dans les micro-entreprises

Face à une baisse physiologique des liquidités, les banques ont d’abord sacrifié les crédits les plus compliqués : ceux destinés aux micro-entreprises. micro-entreprises qui n’ont presque jamais de business plan et dont la gestion est plus laborieuse. « Depuis notre observatoire privilégié, nous constatons qu’un credit crunch, un resserrement du crédit, est déjà en cours depuis un certain temps dans les micro-entreprises et que, selon les données de ces dernières semaines, il risque de s’étendre aux petites entreprises, celles dont le chiffre d’affaires n’excède pas dix millions d’euros », prévient M. Nicastro.

Pour une banque comme AideXa, cette situation offre également des opportunités : la demande de crédit des petites entreprises continue de croître de mois en mois. AideXa, entre autres, a su créer un modèle qui intègre l’espace numérique et physique : elle utilise des systèmes d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique pour évaluer la solvabilité en très peu de temps, mais en même temps grâce à une série d’accords avec des réalités telles que les courtiers Confidi  e Poste italienne  est très présente sur le territoire. « Notre objectif est de créer un opérateur spécialisé dans les micro et petites entreprises, d’atteindre le seuil de rentabilité en 2024 et de réussir à devenir un point de référence en collaborant également avec d’autres banques », explique le président.

L’inconnue du système de garantie de crédit pour les entreprises

Pour ne pas compliquer les choses crise du crédit  sur les petites entreprises, le système de garantie qui a été renforcé pendant la pandémie doit rester en place. Les demandes introduites auprès du Fonds de garantie pour les PME  continuent d’être nombreux : 119.000 au premier semestre de cette année, pour un montant total financé de 22,4 milliards d’euros. On parle peu de cet instrument maintenant que le loi de finances 2024 mais sa confirmation est importante pour soutenir les entreprises. « Nous demandons au législateur de prêter attention aux micro et petites entreprises », conclut M. Nicastro. « Il faut maintenir une couverture de garantie, sinon le resserrement du crédit serait encore plus critique. Et si l’Etat est contraint d’allouer moins de ressources, il serait utile d’envisager une progressivité inverse de la garantie en fonction de la taille des entreprises, afin de rendre cet instrument plus efficace ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *