ven. Avr 19th, 2024

Principal assistant de Pablo Laso sur le banc du Real Madrid pendant plusieurs années, Chus Mateo est devenu célèbre parce qu’il a dû remplacer son patron, qui souffrait d’un problème cardiaque. Plus tard, la volonté du club espagnol de ne pas continuer avec Laso lui a ouvert le rôle d’entraîneur principal, et personne ne peut nier qu’il a passé une saison entière sous le feu des critiques qui ne le considéraient pas comme assez bon plutôt que de le qualifier de « traître » à Laso. Nous sommes allés jusqu’à lire et écrire que même une victoire en EuroLeague 2022-23 ne l’aurait probablement pas empêché d’être licencié, et l’ombre de Sergio Scariolo a longtemps plané au-dessus de sa tête (malgré les dénégations de l’entraîneur italien).

Le fait est que plus personne ne conteste un entraîneur qui vient de jouer 100 matches (dimanche à Tenerife, 101 avec la victoire au match aller du Clasico de l’EuroLeague) à la tête d’une équipe qui semble pour l’instant invincible. 13 matchs gagnés sur 13 rencontres officielles, 14 si l’on tient compte du match amical contre les Dallas Mavericks. Une équipe qui donne le sentiment qu’elle n’a pas besoin de toujours jouer à son meilleur niveau pour gagner, quels que soient les joueurs sur le terrain. Les chiffres, à la date d’aujourd’hui 28 octobre, sont tout à fait en sa faveur.

Mateo a réalisé la performance de Pablo Laso qui, en 860 matches à la tête du Real Madrid, a obtenu 76,6 % de victoires. Comme aujourd’hui avec 77 victoires et 24 défaites en 101 apparitions. Les deux autres grands entraîneurs de l’histoire blanche, Pedro Ferrándiz et Lolo Sainz, ont terminé avec 84,4 % et 81,1 % respectivement. Mateo peut ajouter à son palmarès personnel les 9 victoires en 10 matches du Real, où il a dû remplacer Laso, absent pour cause de maladie ou de problèmes personnels, dont certaines ont été décisives pour remporter le titre de la Liga Endesa 2022. Il détient ainsi les deux dernières Supercoupes d’Espagne et la dernière EuroLeague.

Sachant laisser la vedette à ses joueurs et gérer judicieusement les rotations, Mateo a gagné la confiance des supporters et même quelques retours en arrière de la part de ses détracteurs. Il est vrai que les entraîneurs, par définition, sont toujours sur le terrain. Mais les perspectives qui s’ouvrent à l’horizon de la saison du Real Madrid suggèrent que le temps de la conquête des titres n’est pas encore révolu et que le conducteur est bien en selle.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *